Mothergunship
Windows PlayStation 4 Xbox One

J’avais beaucoup aimé Tower of Guns, le premier jeu de Joe Mirabello. Le principe était simple, gravir une tour en détruisant tout sur son passage. De nombreux bonus, armes et passifs se débloquaient au fur et à mesure pour des parties ultra dynamiques. Autant dire que je n’ai pas été dépaysé par Mothergunship. Le principe reste similaire, sauf que vous devrez cette fois faire exploser une multitude de vaisseaux jusqu’à atteindre le Mothergunship, LE vaisseau mère des forces ennemies.

Ce ne sera évidemment pas une promenade de santé. Chaque vaisseau est constitué de salles générées procéduralement, remplies d’ennemis à exterminer pour atteindre la salle de commandes et lancer la procédure d’auto-destruction. Canon, mines volantes, drônes de sécurité, boss immenses, il y en aura pour tous les goûts.

Votre personnage peut porter et tirer avec deux armes simultanément. Mais contrairement à ce qui peut se faire dans les autres jeux du genre, vous pourrez ici créer l’arme de vos rêves en assemblant les éléments récoltés ou achetés. Vous souhaitez créer un fusil à pompe qui fait également lance-flammes en lançant des mines ? Aucun problème, placez sur la base un raccord avec trois sorties, ajoutez-y les armes souhaitées et le tour est joué ! Les munitions ne sont pas un problème puisque seule la consommation d’énergie est comptée, c’est d’ailleurs ce qui limitera vos ardeurs car une arme surpuissante c’est bien, mais si elle peut tirer un peu plus souvent que toutes les 15 secondes, c’est mieux. Les possibilités sont folles et je me suis vraiment éclaté avec cette fonctionnalité, surtout que l’outil de création est intuitif, simple et efficace.

Au fil de vos missions vous débloquerez des points de passif pour obtenir plus de vie, de sauts et autres choses du genre, ainsi que l’accès à de nouveaux marchands (celui du marché noir par exemple). Parallèlement à la campagne principale, d’autres objectifs vous seront également proposés pour récupérer de nouvelles pièces d’équipement car il y a un “petit” détail que je n’ai pas encore abordé. Toutes les pièces que vous gagnez ou achetez vont dans votre inventaire, mais si jamais vous mourez, tout ce que vous aurez équipé sera perdu, faites donc attention où vous mettez les pieds si vous partez en mission avec un équipement très rare et puissant. Mais cette prise de risque est aussi ce qui fait le sel de Mothergunship.

Cerise sur le gâteau, depuis quelques mois le titre est jouable en coopération pour encore plus d’explosions, ce serait dommage de s’en priver ! L’équipe ne s’est d’ailleurs pas reposée depuis la sortie puisqu’il y a également un mode infini ainsi qu’une seconde campagne.

Difficile de trouver plus défoulant que Mothergunship et son système de création d’armes complètement fou. Entre les campagnes, les nombreux biomes (car oui les intérieurs de vaisseaux sont très variés), les salles spéciales, les zones secrètes, les modules légendaires impactant réellement le gameplay, l’humour général et plein d’autres choses que je ne veux pas spoiler, le jeu est un superbe défouloir que je recommande à tous les amateurs de FPS et de bullet hell. J’aimais beaucoup Joe Mirabello avant ce titre, je l’aime encore plus maintenant.

Bestio

Bestio

Fan de shmup, de hack'n slash et plus globalement de tout ce qui est typé arcade. Si je teste un jeu, il y a de fortes chances que ça explose de partout et que l'écran soit rempli de boulettes.

Bestio

Bestio

Fan de shmup, de hack'n slash et plus globalement de tout ce qui est typé arcade. Si je teste un jeu, il y a de fortes chances que ça explose de partout et que l'écran soit rempli de boulettes.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.