The Textorcist : The Story of Ray Bibbia

The Textorcist : The Story of Ray Bibbia

Le but premier des typing game a toujours été d’apprendre à (mieux) taper au clavier tout en s’amusant. Mais là où au départ le côté fun était très restreint, au fil du temps différents studios ont essayé de proposer des jeux plus ambitieux en ajoutant d’autres éléments de gameplay. Je pense par exemple à Modern Dream et son Typing of the Dead Overkill où vous devez lutter contre des morts-vivants en saisissant des mots au lieu de tirer directement à l’écran avec un pistolet ou plus récemment à Fishing Cactus et son excellent Epistory (dont le second épisode sortira en fin d’année) qui mettait en avant le côté aventure avec une grosse part du jeu dédiée à l’exploration et à la découverte du monde.

The Textorcist : The Story of Ray Bibbia va encore plus loin dans le croisement des genres improbables, il associe typing game et bullet hell. Oui oui, comme dans un shmup vous devez éviter des centaines de tirs ! Vous dirigez ici un exorciste luttant contre des forces démoniaques et essayant de déjouer un complot remontant jusqu’au Vatican. Pour chasser les créatures, Ray doit lire des passages de sa bible. Vous devez donc saisir des phrases en latin tandis que vos adversaires vous attaquent. Votre main droite sera sur les flèches de votre clavier pour pouvoir esquiver tandis que la gauche se déplacera un peu partout pour valider les lettres. Ça nécessitera un petit moment d’adaptation, car même une personne habituée à écrire sans regarder les touches aura du mal à aller chercher le P avec la main gauche sans se tromper. Évidemment, le but est de profiter de chaque temps mort pour taper à deux mains et être bien plus efficace.

Plus vous tapez vite et plus les points défilent mais attention, la moindre erreur est punitive. Le jeu revient une lettre en arrière et si vous ne vous en rendez pas compte assez vite vous pouvez vite enchaîner les erreurs, d’autant plus que j’insiste vraiment sur le fait que vous devez taper les phrases dans un écran surchargé de tirs ennemis ! Lorsque vous vous faites toucher, Ray fait tomber son livre. Ce n’est pas trop grave, sauf que vous n’êtes plus protégé et que si vous encaissez une nouvelle attaque vous perdez un point de vie (vous n’en possédez que trois par combat et ils sont assez longs). Autre subtilité, si vous mettez trop de temps à le récupérer, Ray perd le fil de son incantation et doit recommencer au tout début de sa phrase, une vraie catastrophe dans les niveaux un peu avancés.

Graphiquement le titre est très agréable avec un pixel art bien maîtrisé. Les combats de boss sont vraiment intéressants et les développeurs ont trouvé pas mal d’idées pour varier les plaisirs (vomi qui cache les lettres à saisir, frappe au sol qui mélange les lettres…). Par contre attention, The Textorcist est très difficile même pour un joueur qui se débrouille bien avec un clavier.

Si je devais trouver un point négatif ce serait au niveau de l’humour lourd et forcé. Les blagues et références s’enchaînent sans jamais s’arrêter, même quand il n’y a pas vraiment lieu. Mais bon, c’est vraiment un détail car le cœur du jeu est excellent.

J’avais beaucoup aimé la démo sortie il y a quelques mois, la version finale est meilleure en tout point avec bien plus de diversité et des combats de boss mémorables. Le mix typing game / bullet hell fonctionne parfaitement et c’est un régal de voir des développeurs prendre des risques en tentant quelque chose d’original, bravo à eux !

Laisser un commentaire