Critique

Life is Strange 2

Développeur : DONTNOD Entertainment – Éditeur : Square Enix – Date de Sortie : 26 septembre 2018 – Prix : 39,95 €

Au fil des épisodes, nous allons tenter de vous donner notre avis sur ce nouvel opus de Life is Strange, faisant plus ou moins suite au premier jeu. Cette fois, on suit donc Sean et Daniel dans ce qui n’est rien d’autre qu’une fuite vers l’inconnu et la survie pour ces deux jeunes frères soudés. Une belle histoire ? C’est ce qu’on espère tous !

Partager sur facebook
Partager sur twitter

Épisodes 1 & 2

Deux frères se retrouvent en cavale par la force du destin (et une forte ressemblance avec des faits divers très actuels). L’un d’eux, le plus jeune, se découvre un pouvoir. Ensemble, Sean (le grand) et Daniel (le petit) vont donc devoir survivre à la nature, la forêt, le froid, la faim et tout le package Survie pas forcément désiré.

Si lors de la présentation du jeu en août dernier, la survie était fortement mise en avant, c’était aussi et surtout pour parler de Sean et des interactions du joueur qui éduqueront d’une certaine façon le petit Daniel. Ces interactions, déjà au bout de deux épisodes, ont de vraies retombées en termes de narration et d’évènements. Rien de bien incroyable, mais quelque chose d’assez réaliste et imprévu pour étonner et se dire qu’on ne fait pas tout cela pour rien. Et cela fait plaisir.

La cavale ne sera pas des plus monotones. Imaginez ce qui est proposé dans un The Walking Dead de Telltale et vous aurez le contraire, malgré quelques scènes « choc » évidentes pour un jeu narratif qui se doit de rappeler qu’il peut tout oser, quoi qu’il arrive.

Si le premier épisode pose des bases narratives intéressantes, le second se doit de faire sans la découverte du joueur et pour cela, il compte avant tout sur son scénario. De nouveaux personnages, une cavale qui se trouve un point de chute le temps d’autres événements, tout cela pour mettre toujours plus le joueur dans la peau d’un troisième larron imaginaire qui pourrait aider nos deux frangins.

Et puis il y a ces connexions avec Captain Spirit, l’épisode gratuit « à part » des deux Life is Strange. Sans parler des fins imprévisibles qu’il était possible d’obtenir et que l’on découvre soit en discutant avec ses amis, en fouillant sur Youtube ou en visionnant les statistiques des choix en fin d’épisode. Life is Strange 2 et surtout son second épisode est un de ces très rares jeux narratifs à proposer de vraies différences d’une partie à l’autre. Et là aussi, ça fait plaisir.

Les deux épisodes déjà sortis se permettent le luxe d’offrir quelque chose de réellement différent de Life is Strange premier du nom. Tout est nouveau, excepté l’interface. Même le rythme est différent, sans parler de l’ambiance, des rebondissements qui ont cessé d’être évidemment posés en fin de jeu de façon systématique. Life is Strange a grandi et on espère que le récit de Sean et Daniel va décoller toujours davantage et nous transporter avec lui.

Épisode 3 : Wastelands

Sean et Daniel Diaz ont subi bien des tourments dans leurs deux premiers épisodes et continuer à ne pas spoiler tout en donnant son avis va être compliqué… Mais essayons !

Tout d’abord, ce troisième épisode se déroule quelques temps après le second et voit nos héros physiquement grandis, ce qui amène son lot de complications en termes relationnels et humains.

Daniel a 9 ans et à cet âge, on commence à se chercher un peu, on en a déjà assez d’être considéré comme un enfant. Alors voué à soi-même, ces sentiments sont encore plus forts. Difficile pour Sean (et du coup le joueur), de ne pas vouloir crier sur Daniel dès qu’il commence à faire n’importe quoi. Mais c’est un enfant, il faut le protéger coûte que coûte, savoir lui pardonner et c’est complètement le sujet de ce troisième épisode. Un sujet parmi bien d’autres.

Un nouveau groupe de personnages est aussi à découvrir et difficile de critiquer l’écriture tant chaque nouvelle tête a le droit à son historique, sa façon d’être, de sortir du lot. Loin des clichés habituels, ce troisième épisode force le trait de certains pour en faire ressortir d’autres, plus simples et pourtant pas dénués d’intérêt scénaristique. L’écriture de Life is Strange 2 continue d’être superbe.

Mais c’est aussi dans son gameplay que ce troisième épisode ne passe pas à côté de bonnes occasions remarquables. Le quotidien fatiguant y est bien représenté, le boulot ingrat, les tâches ménagères… Mais aussi les choix, cruciaux dans Life is Strange, qui sont ici très nombreux et souvent cornéliens. On notera que comme toujours dans cette nouvelle saison, les choix sont davantage « éducatifs » pour Daniel et que déjà, le petit garçon a beaucoup appris de vos précédentes règles des deux premiers épisodes. Et s’il parle très mal, c’est peut-être à cause de vous non ? Ce sentiment de réelles conséquences dans nos choix est précieux.

On va éviter de répéter que l’épisode est saisissant, qu’il démarre d’un coup sans jamais s’arrêter sur un morceau culte qu’on ne vous révèlera pas et que la fin donne envie de voler le quatrième épisode au studio de développement. On se contentera de parler d’un épisode très humain, proposant de beaux moments entre des personnages à l’écriture peaufinée et agréable. Ce fut un magnifique moment.

Skywilly

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs

D'autres Critiques

Owlboy

Laisser un commentaire