Rapide Critique

Mosaic

Développeur : Krillbite Studio – Éditeur : Raw Fury 
Date de Sortie : 05 Décembre 2019 – Prix : 20€

On peut faire toutes les études que l’on veut, rien ne nous prépare à la vie active. Il faut apprendre à gérer le rythme, gérer les attentes, aussi bien les nôtres que celles des autres, à développer des compétences, à s’adapter, à travailler avec les autres. Tout ceci consomme une énergie folle, à déployer chaque jour. Le week-end nous permet de respirer, le temps de quelques heures, avant de se préparer de nouveau à affronter une routine quotidienne. Et dans tout ceci, évidemment, il ne faut pas oublier de vivre.

Et c’est là que se propose le nouveau jeu de Krillbite Studio. Car Mosaic essaie d’une certaine manière de répondre à cette question. Qu’est-ce qui nous permet de tenir, de vivre lorsque notre vie professionnelle a complétement pris le contrôle de tout ? Nous y vivrons cinq journées d’un jeune homme, vivant seul, du réveil jusqu’à la fin de sa journée de travail, vous permettant de faire un certain nombre d’actions notamment le matin avant de quitter votre appartement, allant de faire sa toilette jusqu’à regarder la télé. Évidemment, tout est fait pour vous rappeler votre but, travailler, mais tout est aussi fait pour vous dévier de cette voie. Et c’est sur ce contraste que le jeu est lui-même bancal.

Car si toute la partie “travail” est réussie, allant de l’ambiance monotone, de la pression sociale qui entoure le joueur (la foule, le métro, les pubs divisées entre médicaments pour la productivité et sites de rencontre), de la lourdeur dans la maniabilité de notre jeune cadre ou même du mini-jeu représentant le travail et surtout la lecture qu’on en fait de celui-ci, la partie “vie” est quant à elle bien trop bancale. Colorée dans sa représentation, elle est toujours amenée de manière bien trop brute, mais aussi parfois sans aucun sens.

Un sens que l’on saisit tardivement à la fin du titre, mais qui n’arrive pas à trouver de justification ni de cohérence dans son écriture. On en ressort un peu triste, aussi bien par la dure réalité du quotidien que beaucoup trop de personne vivent (et en ça, le jeu est une réussite), que par la maladresse avec laquelle Mosaic nous rappelle qu’il faut réussir à sortir de sa routine, pour admirer la beauté du monde qui nous entoure.  

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Crim

Crim

Intégriste gaucher depuis 1983. Les cailloux: GOTY des armes depuis 2013.

D'autres Critiques

Laisser un commentaire