Rapide Critique

Astérix & Obélix XXL 3 :
le Menhir de Cristal

Développeur : OSome Studios – Éditeur : Microids
Date de Sortie : 21 novembre 2019 – Prix : 50 €

Il n’y a vraiment que moi pour revenir de la Gamescom avec des étoiles dans les yeux après avoir vu un jeu Asterix & Obélix. Mais il faut dire que j’aime les adaptations, j’aime l’idée de jouer avec des personnages que j’apprécie. Après une série de XXL plutôt corrects sur PlayStation 2, j’ai été plutôt refroidi de voir le second épisode revenir en “remasterisé” (les guillemets n’ont jamais été aussi importants) cette année. En attendant ce troisième opus qui change complètement la donne, la caméra, le gameplay et les ambitions. C’était promis pour le meilleur ! Et on a eu le “Mouaif”.

Visuellement extrêmement dépouillé, cet XXL3 a toutefois le bon sens de respecter les codes couleurs des dernières productions Asterix au cinéma. Ce jeu donne envie quand on le voit tourner, les premières minutes tout du moins. A la prise en main, c’est très rapidement que tout s’effondre.

Racontant l’histoire un peu folle (mais qui s’en plaindra) d’Astérix & Obélix partant à la recherche d’un menhir “magique” aux pouvoirs élémentaires forcément recherchés par les romains, le joueur se retrouvera donc à jouer soit Astérix, soit Obélix, en claquant la gâchette pour changer de personnage. Il est aussi possible de jouer en coopération dans un style qui n’est pas foncièrement mauvais, même si la caméra ne s’en sort pas toujours avec les honneurs.

On frappe du poing, on combote avec une gâchette suivi d’un bouton pour des compétences spécifiques et la castagne se promet variée. Problème : rien ne va autour de ces bagarres. Les zones de collision tout d’abord : on a l’impression que les romains n’ont aucune logique et ne font que vous foncer dessus sans cran d’arrêt ni respect des distances. Les romains à bouclier vous forcent à quelques secondes d’inactivités si vous les frappez, les soldats à piques ont une allonge honteusement longue et les archers sont de fins tireurs qui mettront à mal votre barre de vie sans que vous ne vous en rendiez compte.

Autre gros souci : les coups ne portent pas, on ne ressent aucun plaisir à envoyer valdinguer du romain dans les airs et ça, pour un jeu Astérix, c’est le comble ! Et pourtant, l’esprit sonore est là, avec un bon casque ou de bons hauts-parleurs on entend tout ce que les développeurs ont voulu faire de chouette à ce niveau. Mais la prise en main est bizarrement rigide, on a l’impression de jouer à un Twin Stick Shooter raté avec des zombies complètement sans I.A qui vous poursuivent, se compactant autour de vous et frappant la zone dans le vide en espérant vous toucher.

Rajoutez à cela un système d’exploration laborieux sans sauts (mais avec des galipettes qui permettent de passer d’une plateforme à une autre, ce qui fonctionne moins bien) et un principe de camps romains à détruire de bout en bout qui se répètent inlassablement tout au long du jeu et vous aurez de quoi rager. Dommage, car il y a de bonnes idées, comme ces passages dans le noir ou un joueur doit éclairer l’autre, où l’utilisation à débloquer des différents éléments du menhir. Mais globalement, c’est assez raté et c’est un vrai déchirement de l’avouer.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Skywilly

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs

D'autres Critiques

Laisser un commentaire