Rapide Critique

Shovel Knight – King Of Cards

Développeur : Yacht Club Games – Éditeur : Yacht Club Games
Date de Sortie : 10 Décembre 2019 – Prix : 9,99 € (ou 39.99€ pour la franchise complète)

Dernière aventure dans l’univers de Shovel Knight, King of Cards nous permet d’incarner le vain King Knight sur le chemin de la gloire et des cartes, et de la gloire des cartes. Et des tourtes à la viande aussi.

Après un kickstarter réussi (ça commence à devenir une habitude en début de mes tests, ça) Shovel Knight fut lancé en 2014, une lettre d’amour aux jeux de plateforme 8 bits, Mega Man et Castlevania en tête avec des mécaniques à la Soulsborne, des musiques de Jake Kaufman et Manami Matsumae. A la clef un succès assez énorme, et surtout un respect total de la fanbase et des promesses du kickstarter, même si les talentueux programmeurs de Yacht Club Games ont mis plus de cinq ans à tout finir. En effet, le jeu de base s’est enrichi petit à petit pour devenir la compilation Treasure Trove contenant l’intégralité de ce qui est disponible dans l’univers, mais il est tout à fait possible d’acheter uniquement ce qui nous intéresse, et voici donc venir la dernière aventure solo dans cette franchise.

Cette dernière aventure en date donc, la dernière promise sur le kickstarter en tout cas, nous met au commande de King Knight, l’un des boss rencontrés lors de l’aventure principale de Shovel Knight. King Knight est un faux roi vantard et complètement timbré. Mais il aime sa maman qui lui cuisine des tartes, et il s’est mis en tête de devenir vraiment roi grâce au Joustus, un jeu de cartes qui fait fureur dans la contrée. Le but de l’aventure va donc être de parcourir différents niveaux de plateforme, acquérir de l’argent et des reliques afin de battre les maîtres du Joustus. Mais pas forcément aux cartes. Cependant, le jeu existe réellement dans l’univers et même si ses mécaniques sont un peu déroutantes de prime abord, on y prend rapidement goût et il devient assez plaisant d’affronter les différents protagonistes des jeux pour acquérir leurs cartes.

Comme dans les autres jeux Shovel Knight, King Knight se contrôle d’une façon qui lui est propre. Il n’a pas la pelle de Shovel Knight, ni les potions de Plague Knight, ni la faux de Specter Knight, mais il a un coup d’épaule dévastateur et une propension à faire des pirouettes. Le principe va donc être de se jeter sur les ennemis et les murs, afin de rebondir dessus et faire une pirouette. Sachant qu’une fois en l’air et tournoyant, on peut rebondir sur les ennemis et refaire une charge, le gameplay du jeu se comprend très vite. Évidemment, le level design va venir nous mettre rapidement des bâtons dans les roues avec des murs mous, sur lesquels la charge ne fonctionne pas, des tunnels, des ennemis résistants aux charges ou aux pirouettes, etc. Les niveaux sont toujours remplis de secrets et de trucs à découvrir, le tout restant très lisible et facile à prendre en main. Au fur et à mesure de l’avancée dans l’aventure, on aura la possibilité d’échanger des médailles contre des reliques, qui vont faciliter un peu les déplacements ou les combats et ouvrir divers champs de possibilités pour le Chevalier qui voulait être roi.

Drôle, bien écrit et designé avec amour, cette dernière aventure dans l’univers de Shovel Knight vaut son pesant de cacahuètes, mais maintenant que tout est sorti et si vous ne l’avez pas encore fait, sautez sur Treasure Trove, la compilation complète, qui propose toutes les aventures ainsi que le jeu de baston multijoueurs et un tas de goodies. Shovel Knight c’est un jeu de plateforme à l’ancienne mais dont les auteurs ont en fait réussi le tour de force de le moderniser sans en retirer ce qui en fait le charme. Ce sont des jeux attrayants (si on aime les gros pixels, quand même) difficiles mais justes, et qui sont tout a fait crédible dans leur côté rétro. C’est à dire qu’on pourrait penser qu’un tel jeu aurait pu exister à l’époque, même s’il est bien trop « gros » pour une NES, en réalité. On espère que leurs autres jeux seront tout aussi réussis et accueillis.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Shutan

Shutan

Rétrogamer dans l'âme, mais ouvert aux nouveautés.

D'autres Critiques

Vane

Laisser un commentaire