Rapide Critique

Potata

DĂ©veloppeur : Potata Compagny – Éditeur : Potata Company
Date de Sortie : 17 DĂ©cembre 2019 – Prix : 7,39€

Potata, développé par la Potata Company nous met aux commandes de Potata sur vos Potata Computer PC. Potata est une petite fille, un peu faignante, qui aime bien dormir, jouer avec son renard, manger les tartes aux myrtilles de sa maman, mais n’est pas très attentive au cours de sorcière de son village. Problèmes du matin : Le renard est malade et sa mère n’a plus de myrtille pour faire une tarte (qui n’a strictement rien à voir avec la maladie du renard, il n’est ici que question de gourmandise, et comme on le sait tous, c’est important). Du coup Potata va devoir explorer les environs pour trouver les ingrédients du remède, de la tarte et en profitera pour sauver le monde sans que personne ne s’en rende compte. Bref, c’est classique et c’est un peu gênant dans sa narration.

Car figurerez-vous, Potata est un peu ronde. Évidemment, elle se prendra des remarques tout au long du jeu, sans vraiment de répondant, ni ne prise de conscience, si ce n’est les actions de Potata (qui viendra à bout d’araignées géantes et autres élémentaires), hélas insuffisantes pour faire passer un message positif. Mais le plus gros problème de Potata ne vient pas que de là. Mélange de plateforme et de puzzle, aucun des deux aspects n’est réussi, ni raté.

Un peu mou dans ses déplacements, un level design pas très inspiré et surtout des hitbox un peu trop généreuse (pouvant aussi bien avantager le joueur que le pénaliser) et des puzzles efficaces même si très classique (une figure à remplir de tétrominos ou une sorte d’Otello) et surtout skipable contre quelque pièce à la terreur-intello du village, pratique si le jeu est joué par les plus petits.

Est-ce qu’il en ressort quelque chose de Potata ? Indéniablement sa direction artistique, réalisée avec grand talent, mais hélas incohérente dans son ton. Si l’ensemble est cohérent d’un point de vue de l’ambiance, c’est d’un point de vue technique que l’ensemble ne fonctionne pas, où on se retrouve avec des champignons super flashy contre un background tout en pastel. On sent clairement que la Potata Company a mis beaucoup d’amour et d’énergie dans son titre, mais avec beaucoup trop de maladresse, dans sa cohérence visuelle et vidéoludique. Et ça, c’est bien dommage.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Crim

Crim

Intégriste gaucher depuis 1983. Les cailloux: GOTY des armes depuis 2013.

D'autres Critiques

Laisser un commentaire