Rapide Preview

World of Horror

DĂ©veloppeur : Panstasz – Éditeur : Ysbryd Games
Date de Sortie Early Access : 20 FĂ©vrier 2020 – Prix : 12,49€

Au fil des ans, la technologie Ă©volue, gagnant en puissance, permettant ainsi de plus en plus d’effet waouh rĂ©aliste. C’est pour cette raison que depuis des annĂ©es, une grosse partie de la scĂšne indĂ©pendante fait des jeux avec de moins en moins de pixels, allant jusqu’Ă  dĂ©velopper des jeux 3D mais avec un seul bit (donc deux couleurs) comme le magnifique The Return of the Obra Dinn. C’est dans ce mĂȘme esprit que le dĂ©veloppeur polonais Panstasz a rĂ©alisĂ© World of Horror.

S’il n’est pas question, ici, de 3D, les contraintes techniques sont bien lĂ . Évidemment, quand on s’en impose, il faut assurer sur deux points : la direction artistique et l’interface utilisateur (UI) afin de rendre le jeu lisible.

Se dĂ©roulant au Japon du milieu des annĂ©es 80 avec une grosse emphase lovecraftienne, World of Horror est Ă  la fois un rogue-like, un jeu de rĂŽle et un jeu narratif. Du premier il prend la partie unique avec permadeath, oĂč la mort signifie recommencer le jeu de zĂ©ro sans rien garder de notre partie, en dehors de l’expĂ©rience que le joueur lui-mĂȘme aura acquis face aux diffĂ©rents Ă©vĂ©nements qu’il aura rencontrĂ©s. Du jeu de rĂŽle il rĂ©cupĂšre la fiche de personnage avec les caractĂ©ristiques classiques (force, endurance, chance, etc.), le level-up et la gestion d’Ă©quipement Ă©tant donnĂ© que notre personnage peut porter une arme, deux objets ainsi que des sorts magiques. Enfin, le jeu est trĂšs typĂ© narration.

Notre objectif est de mener Ă  bien cinq enquĂȘtes, toutes plus morbides les unes que les autres, afin d’accĂ©der Ă  au phare de la ville. Pour avancer dans l’enquĂȘte, il faudra aller au point de la carte dĂ©signĂ©, sachant qu’Ă  chaque dĂ©placement un Ă©vĂ©nement alĂ©atoire interviendra, qu’il faudra rĂ©soudre par un jet de dĂ©s cachĂ©. Celui-ci permettra Ă  notre personnage de trouver des objets, ou au contraire de subir des dĂ©gĂąts physiques ou psychiques, voir affronter toutes sortes de crĂ©atures. Une fois tout ce systĂšme en tĂȘte on peut revenir Ă  mon point initial : la lisibilitĂ©.

Si cĂŽtĂ© direction artistique le jeu fait parfaitement le taff, on a aucun mal Ă  comprendre tous les Ă©lĂ©ments affichĂ©s en jeu (que cela soit des environnements, des monstres ou des notes nĂ©cessaires pour rĂ©soudre certaines Ă©nigmes), il en est tout autre pour l’UI, extrĂȘmement chargĂ©e. DivisĂ©e en 5 parties, l’interface voit s’afficher un nombre d’informations Ă  l’Ă©cran bien trop dense, notamment quand il s’agit de la navigation en ville, (le milieu de la partie infĂ©rieure du menu, mais aussi parfois sur la partie en bas Ă  gauche). Du coup, les premiĂšres parties sont ultras expĂ©ditives jusqu’Ă  comprendre comment le jeu fonctionne, oĂč mĂȘme le tutoriel prĂ©sentant les mĂ©caniques du jeu est un peu avare en information.

Lovecraft oblige, le jeu est assez difficile, allant jusqu’à  rendre la rĂ©solution d’enquĂȘte impossible par faute d’armement contre un boss de fin. Pourtant, malgrĂ© tout ces petits soucis, on prend un plaisir (un peu masochiste, comme pour un Darkest Dungeon) a y retourner, pour son ambiance, pour y dĂ©couvrir l’ensemble de ses enquĂȘtes et de ses rĂ©solutions. Si vous n’ĂȘtes pas rebutĂ© par la difficultĂ©, vous pouvez y aller les yeux fermĂ©s car World of Horror fait partie de ces (rares) Early Access a ĂȘtre solides. Du nouveau contenu est prĂ©vu, et espĂ©rons que les quelques problĂšmes d’interfaces seront rĂ©glĂ©s d’ici la sortie finale du jeu.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Crim

Crim

Intégriste gaucher depuis 1983. Les cailloux: GOTY des armes depuis 2013.

D'autres Previews

Deru

Laisser un commentaire