Rapide Critique

BE-A Walker

Développeur : Tequilabyte Studio
Éditeur :
Games Operators, PlayWay S.A.
Date de Sortie : 07 mai 2020 – Prix : 8,19 €

C’est l’heure de bonne idée, mauvaise idée :

Bonne idée : Faire un jeu où on contrôle un Walker armé, genre AT-ST, dans une jungle où on défonce à la pelle une ribambelle d’ersatz d’Ewoks ou de Stormtroopers.

Mauvaise idée : lui adjoindre une mécanique de déplacement à la QWOP sans pouvoir changer les contrôles.

Dans ce jeu, on contrôle donc un pilote de Mecha (appellons-le Patate) sur une planète que l’humanité tente de coloniser, pour des ressources dont on se fout. Entre les joyeux civilisateurs et les ressources précieuses se situent souvent des tribus de méchants tribaux aux lances acérées qui ont décimé les troupes de choc envoyées pour tu.. euh, pacifier la zone. Afin de rendre justice et liberté aux travailleurs et permettre d’accroître le compte en banque des CEO, sont déployés des Walkers, donc et Monsieur Patate en est le pilote. Simplement, ces Mechas ont un gros défaut. Ils ont été conçus par des incompétents.

Dans le principe pourtant ça aurait pu bien tourner. En effet, un jeu à la Walker sur Amiga où on se balade sur un plan en 2D de gauche à droite, en tirant sur des cibles et en évitant des tirs, un genre de shooter un peu plus lent que d’habitude c’est pas idiot. Soit. Alors Ok mais pour rendre le jeu vraiment inoubliable il a fallu ajouter un truc, le high concept le plus pété possible : manipuler chaque jambe indépendamment. Il va donc falloir, un peu comme dans Qwop, un jeu flash très drôle (essayez-le tant que c’est possible) lever la jambe gauche, avancer, poser la jambe gauche, lever la jambe droite, etc. C’est ultra lent, ultra lourd, et évidemment ultra pas précis et pas très amusant. À cela s’ajoute un système d’armement conçu on ne sait trop comment et probablement en dépit du bon sens. Les armes principales surchauffent très vite, tirent en alternance sur les deux lignes avant et arrière (où se situent les ennemis et obstacles éventuels, mines,etc) et les armes secondaires souffrent d’un cooldown très long. Ce qui fait qu’en réalité on passe plus de temps à marcher sur les ennemis qu’à leur tirer dessus. D’autant qu’ils débarquent aussi derrière le robot et que celui-ci ne peut tirer que devant lui. Vu le fun procuré par ce mode de déplacement je vous jure qu’on se tape des barres de rire à tout bout de champ (non).

On peut donc tenter de jouer à la manette où avancer avec le mecha est plus classique, quoique toujours très pénible, on penche le corps d’avant en arrière avec le stick et on utilise les gâchettes pour lever et baisser les pattes. OK. Sauf que pour viser, pas d’utilisation du stick ici, que nenni. Nooon, pour viser il faudra pencher le corps en avant ou en arrière, ce qui, dans le feu de l’action est une idée parfaitement stupide. On va dire que ça fait partie du package, puisque tout le monde dans ce jeu est parfaitement idiot.

On va ajouter un faux timer aussi, bien sûr en la présence d’un compteur d’oxygène qui se vide un peu trop vite, le tout est donc un jeu qui confond challenge et ennui. On peut ajouter une histoire qui évidemment va faire passer le pilote et son mecha du côté des gentils autochtones, pas de quoi se relever la nuit, encore une fois. Les graphismes sont plutôt réussis, ceci dit, mais les design des personnages semblent sortir de chutes rejetées de Totally Spies, ce qui est un poil troublant…

Un bel emballage, mais un jeu vraiment très agaçant et ennuyeux. Dommage. Voir si des patches pourront régler les plus gros soucis d’équilibrage, mais le fond (marcher sur ou en évitant des trucs) n’est pas suffisamment intéressant pour attendre grand chose, malheureusement.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Shutan

Shutan

Rétrogamer dans l'âme, mais ouvert aux nouveautés.

D'autres Critiques

Laisser un commentaire