Rapide Critique

Crysis Remastered

Développeur : Crytek – Éditeur : Crytek
Date de Sortie : 18 Septembre 2020 – Prix : 30 €

Le jeu-benchmark de Crytek se faisant vieux, les fiers Allemands ont dû se dire : « eh, mais pourquoi quand les techeux font des tests de carte graphique, Crysis n’apparaît plus comme étalon ? » et nous voici donc avec une version remise au goût du jour de Crysis, du moins d’un point de vue technique, si on peut dire.

Comme à la bonne époque, la blague « est-ce que Crysis tourne là-dessus » va donc revenir car ce jeu est conçu pour mettre à genoux les composants de votre PC. Malheureusement, Crysis n’était finalement qu’un FPS assez basique avec un enrobage technique fifou. Même si le jeu reste beau, est-ce qu’il justifie de claquer le PIB du Mozambique pour acheter un PC capable de le faire tourner à fond ? Pas vraiment, car il a plutôt mal vieilli.

Dans les faits, on est devant un FPS assez classique, où on se retrouve dans la peau d’un super soldat qui possède une super armure qui lui permet de devenir invisible, d’être plus fort, plus rapide, plus résistant mais pas tout en même temps… Il va falloir accomplir des missions (en général aller à un endroit et buter tous les méchants en chemin) en évitant de mourir à tout bout de champ. Les défauts de l’époque sont toujours présents, le jeu reste relativement convenu dans son déroulement, mais en plus c’est vraiment moins bien qu’avant.

Vous savez, l’impression nostalgique quand vous relancez un vieux jeu et qu’il est moins beau que dans vos souvenirs ? Crysis Remastered est le nouveau mètre étalon. C’est à dire que non seulement c’est moins beau, mais en plus ça rame ! Alors à moins d’avoir un PC qui bouffe de la poudre protéinée après sa séance de muscu, (et encore : en 4K et même sur les dernière cartes sorties il faut sortir le pédalier à hamster),  le jeu va vous sembler être bien trop gourmand pour ce qu’il affiche. Évidemment il y a eu des améliorations, les textures et modèles sont plus détaillés, les effets spéciaux sont plus spéciaux, mais on peut quand même se demander dans quelle mesure les gars de chez Crytek n’ont pas juste poussé le potard graphisme à fond et jeté l’optimisation dans un container en direction de l’usine de recyclage la plus lointaine. Hors impressions personnelles, le jeu est plus fin, mais le changement de colorimétrie le rend finalement plus terne qu’à l’époque. Il n’y a plus de mode multijoueur et il manque aussi la mission où on pilotait un avion vers les deux tiers du jeu. Autant dire que le soufflé reste plat. Et en plus ça rame.

C’est un investissement qui peut éventuellement se justifier avec une config de bourrin toute neuve, histoire de pousser tous les curseurs à 11 et voir si ça explose, mais honnêtement, à part ça, il ne reste pas grand chose à Crysis…

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Shutan

Shutan

Rétrogamer dans l'âme, mais ouvert aux nouveautés.

Laisser un commentaire