Rapide Critique

Life Is Strange : True Colors

Bestio
Publié le 23 octobre 2021

Développeur

Deck Nine

Éditeur

Square Enix

Date de Sortie

9 septembre 2021

Prix de lancement

59,99 €

Testé sur

PC

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur reddit
Partager sur email

Développé par Deck Nine (à l’origine du assez mal-aimé Life Is Strange : Before The Storm), Life Is Strange : True Colors nous met dans la peau d’Alex Chen, une adolescente dotée d’un pouvoir original : elle peut voir ce que ressentent les autres lorsque leurs émotions sont vraiment intenses, une aura colorée apparait alors autour d’eux (rouge pour la colère par exemple).

Si cette faculté parait géniale sur le papier, c’est en fait plus une malédiction qu’autre chose car cela influe sur ses propres sentiments. En présence d’une personne très énervée, Alex aura également tendance à hurler sans pouvoir se contrôler.

L’histoire débute après plusieurs années passées en foyer, lorsqu’elle peut enfin retrouver son grand-frère dans la petite ville minière d’Haven Springs pour commencer une nouvelle vie. L’accueil des habitants est chaleureux et très rapidement Alex commence à prendre ses marques. Malheureusement, un terrible accident va mettre fin à ce début idyllique et l’incitera à enquêter sur ce qui se passe vraiment dans cette bourgade qui ne se révélera pas si amicale que ça finalement.

Je ne veux évidemment rien révéler de l’intrigue car comme vous vous en doutez l’intérêt du jeu repose dessus, mais sachez juste que cet opus est découpé en 5 actes qui, pour une fois, sont tous sortis d’un coup et je vous avoue que c’est une très bonne chose. Comptez environ 2 à 3h par acte, suivant le temps que vous consacrerez à discuter avec tous les PNJs rencontrés, à lire toutes les descriptions d’objets, consulter le journal intime d’Alex, etc.

Graphiquement le jeu est vraiment joli, le changement de moteur fait vraiment du bien et permet une meilleure immersion. Côté gameplay les habitués de la série ne seront pas dépaysés, vous aurez très souvent des choix à faire, influant non seulement sur vos relations avec les autres personnages, mais également sur la suite de l’aventure et la fin que vous obtiendrez. Petit à petit, Alex apprendra à mieux utiliser son pouvoir et s’apercevra que ses dons d’empathie lui permettent également de manipuler et d’absorber les émotions des autres… mais est-ce vraiment une bonne idée ? Est-ce d’ailleurs moral ?

Si la fin est un peu forcée, j’ai trouvé l’intrigue intéressante et le rythme global bien maîtrisé. Les personnages rencontrés sont aboutis et je les ai trouvés moins manichéens que dans les précédents épisodes. On perçoit mieux leurs faiblesses, leurs doutes et leurs ambitions. L’aspect petite ville est bien rendu et on a vraiment l’impression de s’intégrer dans une communauté bien établie.

Si vous achetez l’édition Deluxe, vous aurez également accès à Steph’s Wavelengths, une aventure se déroulant juste avant True Colors et centrée sur la disquaire / DJ d’Haven Springs. Au programme, vous devrez vous occuper du magasin et de KRCT la radio locale : passer de la musique, répondre aux auditeurs, lire des publicités, etc. Cela permettra également d’en apprendre un peu plus sur son passé et sur ses relations avec les autres habitants.

Au final j’ai bien aimé ce nouveau Life Is Strange. L’idée du pouvoir empathique est intéressante et permet à Alex d’enquêter sur une affaire qui n’aurait pas pu être découverte sans ça. Je sais que de nombreux fans de Life Is Strange avaient un peu peur après Before The Storm (que j’avais pourtant bien aimé) mais je pense que cette fois-ci tout le monde sera d’accord pour dire que True Colors est une réussite. Alors oui il ne sort pas des sentiers battus, la formule déjà présente dans les précédents opus est appliquée à la lettre, mais personnellement c’est exactement ce que je viens chercher en lançant un Life Is Strange, ça me convient donc parfaitement.

Life Is Strange : True Colors
30XX

Un manque de nouveauté ?

Laisser un commentaire