Critique

The Talos Principle 2

Nyam Hazz
Publié le 6 janvier 2024
The Talos Principle 2

Développeur

Croteam

Éditeur

Devolver Digital

Date de Sortie

2 novembre 2023

Prix de lancement

29,99 €

Testé sur

PC

Après le succès de The Talos Principle (2014), le studio croate Croteam (Serious Sam, The Hand of Merlin) de Devolver Digital remet le couvert, presque 10 ans après, avec un deuxième épisode qui pousse encore plus loin le concept pour notre plus grand plaisir. Annoncé depuis 2016, The Talos Principle 2 est sorti début novembre 2023 sur PC, PS5 et Xbox Series. Cette séquelle reprend le concept de puzzle game du premier opus et poursuit son intrigue autour de thèmes philosophiques et à travers des environnements soignés dans lesquels évolue la nouvelle civilisation robotique.

One Key

The Talos Principle nous avait déjà confronté à la fin de l’humanité liée à un virus libéré par le permafrost suite au réchauffement climatique, mais qui avait su perdurer grâce à un projet d’intelligence artificielle testée par des énigmes à résoudre dans un environnement virtuel appelé la Simulation pour pouvoir intégrer des androïdes chargés de former une nouvelle humanité. Nous suivions alors Athéna, la première éveillée qui, avec ses douze apôtres premiers compagnons, devait construire la Nouvelle Jérusalem, vouée à accueillir une génération de 1000 robots. Après avoir incarné le n°1, The Talos Principle 2 nous propose de se glisser désormais dans les rouages de 1K, le millième et dernier androïde qui achève le projet d’Athéna, désormais disparue et déifiée sous le nom de la Fondatrice, ouvrant la voie vers l’inconnu. C’est ainsi, qu’après avoir fait nos preuves dans la Simulation, nous rejoignons nos frères et sœurs à la Nouvelle Jérusalem pour fêter ce moment clé et qu’un hologramme de Prométhée, enchaîné par Pandore, surgit pour encourager la nouvelle civilisation de robots à chercher maintenant la Flamme pour connaître la Vérité.

L’origine de ce signal provenant d’une île lointaine, même si certains s’y opposent pour des raisons de dépense énergétique excessive, une expédition de 5 membres, à laquelle nous appartenons bien évidemment, se rend sur place et découvre une mégastructure pyramidale. Il s’agit alors d’explorer les différentes zones reliées à celle-ci pour trouver comment y entrer. Et, curieusement, divers puzzles comparables à ceux de la Simulation, mais introduisant de nouveaux éléments, attendent d’être résolus, lâchant à chaque fois des nuages de particules permettant d’accéder à des tours que l’on doit relier pour envoyer des faisceaux vers la mégastructure. Les explorateurs découvrent aussi des technologies avancées, ainsi que des enregistrements d’humanoïdes inconnus. De qui s’agit-il et quel but poursuivaient-ils ? C’est ce que vous découvrirez progressivement en avançant dans l’histoire, et en croisant régulièrement des hologrammes de Promothée qui vous encourage à trouver la flamme, mais aussi de Pandore qui vous prévient que celle-ci pourrait détruire votre civilisation naissante, ou encore du Sphinx qui rappelle la folie des hommes à vouloir toujours plus et le danger que cela représente.

Nouvelle civilisation 2.0

Le Plan laissé par la Fondatrice étant achevé, la nouvelle génération humanoïde doit trouver comment avancer sans commettre les mêmes erreurs que par le passé. Il s’agit de vivre en harmonie avec la nature et d’apprendre à la respecter. Beaucoup d’interrogations sont soulevées sur les us et coutumes de l’ancien monde, leur raison d’être et leur utilité, mais aussi sur bien des sujets philosophiques dépassant le cadre du jeu et allant jusqu’au sens même de l’existence, sans jamais apporter de réponse et en présentant différents points de vue. Tous ces thèmes sont diffusés de manière bien plus naturelle que dans le premier épisode, grâce à un scénario impliquant davantage le joueur et que l’on doit à Jonas Kyratzes (The Eternal Cylinder) et Tom Jubert (Subnautica) qui parviennent à poursuive efficacement l’épopée initiale. Bien que les robots ne soient pas dénués d’humour, ce côté très narratif, avec beaucoup de texte à lire et de blabla, déplaira peut-être à ceux qui ne jurent que par l’enchaînement de puzzles et trouveront que cela rallonge inutilement l’aventure, mais il a le mérite de pousser à réfléchir. Certaines discussions et autres interactions sur les réseaux sociaux via des réponses à choix multiples sont en effet incontournables pour faire avancer le scénario.

Les énigmes proposées par The Talos Principle 2 reprennent le principe de son prédécesseur en rajoutant de nouveaux éléments de gameplay. Avec une vue à la première personne, chaque puzzle s’inscrit dans une zone fermée où il faut atteindre un bouton sur lequel appuyer. Pour cela, il faut déverrouiller des passages ou activer des mécanismes en reliant des générateurs de lasers à des récepteurs grâce à des connecteurs, le tout en tenant compte des murs, mais sans jamais croiser les faisceaux. On peut aussi désactiver une barrière en utilisant un brouilleur, ou en déposant un objet sur une plaque de pression. Des hexaèdres (de grosses caisses) permettent de franchir des clôtures ou d’atteindre plus de hauteur, y compris en utilisant des ventilateurs. Les puzzles, bien qu’un peu répétitifs, sont intelligents et gagnent en complexité en se renouvelant sans cesse avec de nouvelles mécaniques. On peut par exemple citer les convertisseurs RVB dans lesquels on envoie deux couleurs pour en créer une troisième, les foreuses permettant de percer certains murs pour glisser des objets ou laisser passer des faisceaux, le changement de gravité, des plateformes de téléportation, l’utilisation de drones… Le soft fait appel à votre créativité en vous demandant souvent de faire des combinaisons et parfois des allers-retours pour déplacer et changer les objets de place.

Chat alors

Mais pas de panique, si jamais vous bloquez, il existe une porte dérobée. Vous pouvez demander l’aide de Prométhée pour résoudre les énigmes. Et, à moins de trop vous immerger ou de faire un grand saut dans le vide, point de risque de trépasser, les tourelles et les drones ne sont plus de la partie, sauf dans un niveau optionnel pour les drones. Le titre propose 12 zones à explorer, chacune avec 8 énigmes principales, mais aussi des énigmes facultatives débloquant des secrets, largement de quoi s’occuper. Deux énigmes perdues plus complexes doivent ainsi être résolues pour accéder aux portes dorées qui offrent un défi encore plus relevé et pouvant légèrement influencer la fin de l’histoire. À cela se rajoutent encore un laboratoire perdu et deux étoiles à trouver en résolvant une énigme en lien avec les monuments de Prométhée, de Pandore ou du Sphinx. Quant aux 8 puzzles principaux, ils permettent de débloquer une énigme de tétromino qu’il s’agit de déplacer et de retourner pour créer le pont permettant d’accéder à chaque tour centrale.

En passant à l’Unreal Engine 5, Croteam permet à The Talos Principle 2 de profiter de graphismes resplendissants. En contrepartie, un SSD ou un disque dur défragmenté sont recommandés pour éviter les saccades et autres ralentissements, voire la présence de textures indésirables. Les 12 environnements traversés, avec de beaux panoramas et des structures impressionnantes, sont variés, détaillés et profitent de textures fines, mais aussi d’effets de lumière et de réflexion efficaces. Et c’est plutôt bienvenu puisque l’exploration est un pan du jeu non négligeable, avec toujours l’omniprésence incontournable des chats. Il n’y a pas de carte, mais des panneaux et une boussole directionnelle signalant les points d’intérêt permettent facilement de s’orienter et de trouver les différentes énigmes. Et si l’on rajoute à cela une ambiance sonore aux petits oignons avec une bande-son à nouveau signée Damjan Mravunac (Serious Sam), avec la participation de Chris Christodoulou (Risk of Rain), et un doublage soigné en anglais sous-titré en français, tout particulièrement la voix off, on se plonge avec plénitude dans cette suite. Et, cerise sur le gâteau, la durée de vie des 5 actes du jeu, atteint aisément les 25 heures, ce qui est loin d’être négligeable pour un jeu de ce genre.

Combiner philosophie et jeu vidéo n’était a priori pas gagné d’avance, mais The Talos Principle avait su relever le défi. Sa suite retente l’expérience et élève le concept un cran au-dessus en intégrant plus efficacement la réflexion à la narration. Alors, bien sûr, si ce qui vous intéresse réside uniquement dans la résolution de puzzles, le titre vous semblera certainement trop bavard et nécessitant d’explorer de trop grandes zones entre chaque défi, mais cela fonctionne très bien si vous vous immergez dans l’univers conçu par Croteam et prenez le temps de réfléchir aux thèmes soulevés. De plus, les puzzles sont intelligents et efficaces, les environnements séduisants, avec une bande-son et un doublage réussis, ainsi qu’une belle durée de vie. Il y a de nombreuses énigmes à résoudre et celles-ci introduisent régulièrement de nouveaux éléments de gameplay à combiner entre eux. Comme quoi, on peut faire des jeux bourrins et être aussi capable de se poser pour réflechir.

Tchia

Une vraie déclaration d’amour

Laisser un commentaire