Beatbuddy : Tale of the Guardians

On l’a attendu, celui-là ! Depuis son concept présenté en tant que projet étudiant jusque maintenant, Beatbuddy des Allemands de THREAKS a clairement changé. En bien, en mal ? On vous dit tout ci-dessous, mais quoi qu’il en soit : gardez le rythme !

Le Beatbuddy dans la peau

Vous contrôlez un petit être venu redorer son monde au fin fond des océans, coupés de toute musique à cause d’étranges événements survenus après le show du diabolique Prince Maestro. Pour sauver sa famille, ses amis et sa propre vie, le petit Beatbuddy est donc obligé de travers six niveaux parsemés d’embuches. Heureusement, le rythme est là pour l’aider à tenir le choc et à passer les nombreux puzzles qui lui sont proposés.

Dans le rôle du petit bonhomme, héros de cette aventure musicale, vous allez passer le plus clair de votre temps à nager et à “dasher”, à foncer droit devant vous. Il est possible d’accélérer vos mouvements laissant le bon bouton appuyé et quelquefois, vous devrez porter des objets pour activer/désactiver certaines portes au bon endroit, au bon moment, mais rien de plus difficile à prendre en main. Beatbuddy se comprend facilement et sa difficulté se fait davantage dans son level-design, plutôt réussi et clairement original.

Toute l’atmosphère du jeu, avec ses couleurs vives et ses ambiances sous-marines, est entièrement rythmée par l’environnement. Les fleurs rebondissantes, les crabes qui stoppent la cadence des anémones de mers qui vous barrent la route, tout existe en rythme avec un instrument, produisant la musique que vous entendez en fond. Vous devez orienter des plateformes pour rebondir dans la bonne direction, frapper les crabes pour pouvoir passer dans les chemins les plus dangereux, casser des rochers pour obtenir un peu de vie en cas de coup dur et surtout, comprendre votre environnement pour savoir ou aller et quoi faire.

Visuellement impeccable !

Beatbuddy est difficilement critiquable d’un point de vue visuel tant il est magnifique, entièrement en 2D, réalisé à la perfection avec des effets de lumières ravissants. On a quand même de gros bugs de collision et de scripts qui débarquent par moment, en espérant que ce sera corrigé dans les jours à venir, néanmoins rien ne vient entacher la progression puisqu’il y a des checkpoints tous les dix metres. En soi, ce n’est absolument pas grave et cela permet un jeu calme, reposant, réfléchi, mais pas hardcore. Un juste milieu.

Parfois, Beatbuddy rencontrera son grand père et son véhicule sous-marin d’exception. A l’intérieur, la musique s’emballe, une chanson apparaît et tout est encore plus rythmé, frénétique, chaotique aussi, mais c’est dans ces scènes de qualité musicalement parlant que le jeu est le plus prenant. Six niveaux sont proposés, chacun avec une musique particulière, certaines composées par des musiciens aussi célèbres qu’Austin Wintory ou Parov Stelar. C’est très classe et réussi.

Néanmoins, ça n’a absolument pas le même charme que le projet étudiant que nous avions essayé à l’époque, en preview. Le jeu était beaucoup plus bourrin, rythmé, la musique se mettait au coeur du jeu. Ici, Beatbuddy troque son esbroufe géniale (mais qui aurait pu être laborieuse au fil du temps) par de vrais moments de puzzle, de réflexion, au beau milieu d’une atmosphère visuellement et musicalement très reposante. Un mal pour un bien.

Hautement recommandé aux mélomanes

Six niveaux c’est court (comptez environ vingt à quarante minutes pour voir la fin de chacun), mais c’est une belle justesse au final. On y reviendra, on en demande pas franchement plus, le jeu est complet et possède un bon rythme. On se fait un niveau, on y revient le lendemain, on tente de recommencer certaines sections histoire de collecter des joyaux, débloquant eux-mêmes quelques images making-of des développeurs. Bref, il y a un peu de rejouabilité, mais Beatbuddy est surtout une expérience d’une demi-douzaine d’heures qui tranche des habituels titres du genre.

Les mélomanes vont adorer, c’est une certitude. Est-ce que le jeu s’adresse à tous les publics ? Ne vous attendez juste pas à bourriner dans tous les sens, ce n’est absolument pas le propos. Beatbuddy est un jeu calme, reposant, un véritable concert interactif avec une belle mise en avant de chaque instrument utilisé. Une petite curiosité parmi les jeux les plus communs. Un très beau jeu loin d’être exempts de défauts et éloigné de ses origines, mais un très beau jeu un point c’est tout !

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs

Laisser un commentaire