GC13 – Out There

Mi-Clos nous a déjà concocté Space Disorder et c’est avec un nouveau projet bien plus ambitieux encore que ce petit studio français tente de marquer les esprits sur tablettes et PC. Out There est un Rogue-Like d’exploration spatiale pas comme les autres et on va vous dire pourquoi… Attention, coup de coeur !

Un peu Rogue-Like, un peu “Livre Dont Vous Êtes le Héros”, Out There est un condensé de tout ce qu’aime son créateur, Michael Peiffert. Avec Fibre Tigre (Game Design, écriture) et Siddharta Barnhoorn (bande-son) , ils vont donc tenter de nous raconter l’histoire d’un astronaute se retrouvant coincé au beau milieu de la galaxie, dans un futur assez proche de notre temps.

Racontée avec des cases de bande dessinée, l’histoire est comme un journal de bord de l’astronaute. Il trouve une base alien et en son sein, un cube lui “imprimant” intellectuellement la capacité de voyager dans l’espace. Son but : retrouver un système solaire et qui sait, la Terre.

On possède donc un vaisseau qui peut être chargé de plusieurs éléments en nombre limité. Le vaisseau possède trois jauges : le carburant, l’oxygène et la résistance de la coque. Il vous faudra alors utiliser vos éléments glanés au fil du jeu, comme le Fer (pour réparer la coque) ou l’Oxygène (pour remplir la jauge du même nom) afin de survivre aux nombreux défis proposés. Pour cela il faut avancer point par point dans le système solaire et espérer tomber sur un endroit intéressant, possédant quelques ressources. Mais quelquefois, il n’en sera rien…

Aléatoirement, les systèmes que vous visiterez vous donneront donc peut-être de quoi survivre, mais vous aurez aussi l’occasion de rencontrer des extraterrestres (une vingtaine de races environ). À chaque rencontre, vous apprendrez de nouveaux mots et pourrez faire des échanges en fonction de votre niveau de compréhension. C’est ainsi qu’une certaine ressource, rare pour vous, pourra vous être échangée contre une autre ressource, rare pour eux. Des compromis idéaux que vous ne pourrez faire que si vous vous comprenez.

Niveau tactique, il y a bien d’autres points que nous survolerons pour ne pas plonger dans le piège du test “avant l’heure”, mais il sera par exemple possible de réparer et démonter son vaisseau en fonction de vos besoins. On aura aussi un système de craft en combinant des éléments trouvés sur les planètes, ainsi que des Blueprints à glaner aléatoirement à travers la galaxie. Et pour ceux qui voudraient savoir comment la survie tient debout : sachez qu’il y aura des “stations” ou une fois votre vaisseau arrivé à destination, vous ferez le plein dans vos jauges et pourrez repartir sur un bon pied.

En orbite autour d’une planète, vous pouvez creuser en son sein pour en capturer des éléments. Attention cependant : cela utilise du carburant. Mais pour cela, il vous faut l’objet de la foreuse prenant d’ailleurs de la place dans votre inventaire. Plusieurs autres éléments de ce genre pouvant, par exemple, analyser les dangers d’une planète avant de s’y poser, seront extrêmement utiles, mais gêneront votre progression en prenant de la place sur votre vaisseau. Il faudra choisir ! Au fil du temps vous aurez bien entendu de nouveaux vaisseaux plus gros, pouvant transporter plus de choses, mais vous aurez aussi des améliorations d’objets prenant davantage de place. Bref, c’est un éternel cycle de gestion qui vous est demandé de surveiller.

Mais nous n’avons pas parlé du plus bel aspect du jeu : son univers. Magnifique, avec ses airs de comics de science-fiction des années 30, son look “Moebius” moins fou mais aussi coloré, Out There est surtout un livre dont vous êtes le héros qui vous raconte l’épopée solitaire d’un astronaute et surtout sa psychologie. Tout cela est souvent écrit à la première personne pour encore plus de profondeur. On nous annonce plus de 300 événements aléatoires, ce qui permettra de faire “une partie de plus avant de stopper” sans retomber toujours sur la même chose.

D’autres idées sont déja prévues par Mi-Clos comme du contenu High Level, une difficulté supérieure, des missions d’escortes, avec une stratégie de survie beaucoup plus poussée mais aussi des technologies de pointe (pour traverser des trous noirs par exemple). Enfin, le scénario proposera plusieurs fins, pour le bonheur de ceux qui aiment recommencer les titres dont ils tombent amoureux.

Out There sort en cette fin d’année sur Android et iOS, normalement pour 2014 sur PC et Mac et on ne va pas vous mentir : c’est l’un de nos coups de cœur du salon !

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs

Skywilly

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.