Rage Runner

Qui n’a jamais rêvé d’attaquer l’Etoile Noire à bord d’un x-wing ? C’est presque ce que proposent les deux développeurs d’Hypercane Studios avec Rage Runner. Vous devrez évoluer dans des couloirs très étroits parsemés d’obstacles à toute allure.

Réflexes et apprentissage des niveaux par cœur

En vue à la troisième personne, le vaisseau se pilote comme un avion et vous devrez donc doser au mieux votre stick analogique pour zigzaguer entre tous les obstacles (pas de rail comme dans certains runners). Votre véhicule avance tout seul en permanence, vous ne pouvez d’ailleurs pas ralentir et vous pouvez collecter du carburant (des « gribouillis » bleus dans les niveaux) pour enclencher vos propulseurs et aller encore plus vite. Je devrais même plutôt dire vous devrez car le temps est limité pour atteindre la fin du niveau et se laisser bercer en vitesse normale ne sera pas suffisant.

Votre vaisseau peut également effectuer une rotation de 45° pour se mettre à la verticale et passer entre deux parois rapprochées. De temps en temps, vous verrez des sphères bleues dans les niveaux. Chaque unité collectée vous permettra d’utiliser au choix un de vos quatre pouvoirs spéciaux (missile pour détruire le premier obstacle devant vous, bouclier pour absorber le premier choc avec un obstacle, super freins pour figer le temps et bénéficier d’environ trois secondes pour vous replacer sur la bonne trajectoire et enfin super propulseurs pour évoluer à la vitesse maximale pendant quelques secondes mais attention, car contrairement aux propulseurs simples qui se coupent lorsque vous relâchez le bouton, ceux-ci ne peuvent pas être interrompus).

Le jeu va vraiment vite et se base plus sur l’apprentissage par cœur des niveaux que sur les réflexes purs. Honnêtement, même en étant très bon il est quasi impossible de terminer un niveau dès le premier essai. La description du deuxième est d’ailleurs amusante : les développeurs nous expliquent que c’était celui qu’ils mettaient en démonstration lors des salons / conventions et que personne ne l’a jamais fini dans ces conditions !

Sensations garanties mais contenu un peu maigre

Il faut l’avouer, slalomer à toute vitesse entre les débris, murs, presses et autres pièges se dressant sur votre route est réellement grisant. Chacun des neuf niveaux est plus dur que le précédent mais en s’acharnant un peu (beaucoup) aucun n’est impossible à terminer. Plus vous avancerez dans le jeu, plus vous devrez jongler entre les postures horizontale et verticale et plus vous devrez essayer d’avoir vos propulseurs constamment allumés pour arriver avant la fin du chrono. Vous devrez également utiliser au mieux vos pouvoirs pour traverser les niveaux (vous avez d’ailleurs la possibilité d’en stocker jusqu’à six) et parfois même découvrir des zones cachées.

La bande-son est tout simplement excellente. Chaque morceau s’intensifie lors de votre avancée dans le niveau et j’ai un petit coup de cœur particulier pour celui du huitième niveau qui ralentit au moment où vous devez utiliser le super frein pour repartir de plus belle ensuite !

Chaque mort sera accompagnée d’une citation d’un philosophe ou d’une personne célèbre, ainsi que d’un petit #HyperRage en bas de votre écran (si jamais vous voulez crier votre désespoir au monde). Croyez-moi vous aurez le temps de faire le tour de toute la base de données des citations avant de terminer le jeu.

Défauts et avenir

J’ai tout de même quelques reproches à lui faire. S’il est dommage (bien que prévisible) que l’environnement évolue peu, l’action se passe en permanence dans des couloirs étroits. Avoir par moment des zones plus ouvertes ou proposant plusieurs embranchements aurait été appréciable, surtout qu’il n’y a pour le moment que neuf courses. Heureusement, les développeurs sont en train de travailler sur une mise à jour prévue pour la fin du mois de juin qui ajoutera trois nouveaux tracés ainsi qu’un éditeur de niveaux fonctionnant via le steam workshop pour permettre à la communauté de proposer ses créations.

Autre souci, alors que le jeu propose un scoring basé sur le nombre d’objets récupérés dans le niveau ainsi que le temps restant lorsque l’on franchit la ligne d’arrivée, le classement des joueurs n’est pas accessible en jeu. On voit uniquement notre score à la fin de la course. Pour le moment il faut passer par l’interface steam, section succès ce qui n’est absolument pas instinctif. Là encore, la prochaine mise à jour devrait corriger le problème.

Mis à part ces deux choses, je tiens à insister sur le fait que le jeu s’adresse à un public particulier : les joueurs qui aiment les jeux très difficiles et qui ont la patience de recommencer encore et encore un niveau jusqu’à le connaître quasi par cœur pour le passer. Ces personnes prendront réellement plaisir ici car une fois les niveaux maîtrisés, les sensations de vitesse sont incroyables et il y a toujours moyen de s’améliorer en essayant de collecter un peu plus d’objets au prochain essai ou en essayant d’utiliser au maximum les super propulseurs. Les graphismes assez pauvres et les décors répétitifs seront alors vite oubliés. Les autres n’auront par contre aucun intérêt à acheter Rage Runner car ils n’y prendront aucun plaisir, ils auront tout au plus le courage de boucler les deux premiers niveaux. Perso j’appartiens à la première catégorie et j’attends la mise à jour de la fin du mois avec impatience pour découvrir tout ce que la communauté créera !

Bestio

Bestio

Fan de shmup, de hack'n slash et plus globalement de tout ce qui est typé arcade. Si je teste un jeu, il y a de fortes chances que ça explose de partout et que l'écran soit rempli de boulettes.
Bestio

Les derniers articles par Bestio (tout voir)

2 pensées sur “Rage Runner

  • 18/06/2014 à 16:04
    Permalink

    Elle est oùu la soundtrack bordel ?

    (les fichiers sont dispos en mp3 ou format lisible dans le jeu ou faudra dépacker ?)
    Merci.

    Répondre
  • Bestio
    19/06/2014 à 21:14
    Permalink

    Alors j’ai posé la question aux dévs, ils feront peut-être un DLC mais en attendant la plupart des titres sont dispos sur youtube, ils proviennent d’un artiste du nom de TeknoAXE.

    Répondre

Laisser un commentaire