Fermi’s Path

PROUN fait des petits et voici un nouveau jeu en reprenant entièrement le concept. Proposant un univers visuel différent, Fermi’s Path réussit-il à faire plus attrayant que son modèle ?

La particule de l’ennui

Fermi est une particule voyageant à travers l’espace subatomique. Enfin ça, c’est ce que nous dis le synopsis officiel du jeu. En vrai, Fermi’s Path, c’est la rencontre d’une boule contrôlée par le joueur avec un tube qui sert d’accroche et de couloir linéaire pour son avancée automatique vers l’avant. Sur ce tube, vous pouvez tourner comme bon vous semble vers la gauche et la droite, puis sauter. Le but étant d’éviter les obstacles tout en collectant des pièces et d’atteindre la fin du niveau sans encombre.

Pour finir un niveau, il ne faut pas perdre tous ses points de vie. Pendant le jeu il sera aussi possible de tirer des boules d’énergie (pour certains ennemis apparaissant sur la piste), de sauter sur des flèches « de rebond » pour atteindre des pièces trop hautes, ainsi que de toucher des accélérateur permettant de foncer vers l’avant du niveau pendant un très court laps de temps. Et c’est tout.

Le gameplay détaillé, autant vous le dire : Fermi’s Path est d’un ennui mortel, est complètement à côté de la plaque. Lent, jamais en rythme avec une musique même pas entraînante, le jeu est vraiment raté. C’est dommage car visuellement, il en a dans le ventre et pouvait promettre de bons moments, mais on s’y ennuie beaucoup trop pour cela. La faute à un gameplay beaucoup trop simpliste, dirigiste, répétitif, qui n’a absolument pas la finesse du pourtant déjà perfectible PROUN.

Des niveaux à créer…

Pour le sauver un peu du manque d’intérêt, Fermi’s Path a la bonne idée de proposer un éditeur de niveau permettant de partager ces créations. Néanmoins, le rythme lent est toujours là même dans nos réalisations. Plusieurs modes sont pourtant au rendez-vous avec une campagne, un mode infini, des classements en ligne… Mais là, impossible de sauver Fermi’s Path du manque d’intérêt.

Il est vraiment impossible de défendre Fermi’s Path dans le sens ou même si il était intéressant dans son gameplay, il passerait pour un jeu quelconque. Imaginons qu’un joueur n’a jamais lancé une partie de PROUN et tente l’aventure de Fermi’s Path : il trouvera alors le principe amusant, mais bancal. C’est exactement cela : de l’obsolète avec du déjà pas franchement inoubliable, c’est ce qu’a réussi à créer malgré eux les développeurs de chez GameArt Studio. Et on est fichtrement désolés pour eux.

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.