In Between

In Between est un puzzle-platformer proposant un gameplay où le joueur manipule la gravité et résout des énigmes environnementales afin d’atteindre la fin de chaque niveau. Loin de se contenter d’un simple jeu d’énigmes, le studio Gentlymad ajoute un sens réel à cette rude traversée en nous contant l’histoire d’un homme aux portes de la mort.

Un thème délicat

Le thème du jeu est sombre et dur.
Le thème du jeu est sombre et dur.

Rongé par un cancer, un homme passe par plusieurs phases psychologiques lors desquelles il va se remémorer les moments heureux et les coups durs qu’il a vécus. Il va devoir faire face à la maladie en évoluant mentalement. D’abord c’est le déni, puis la colère, les tentatives de marchandage, la dépression pour enfin arriver à l’acceptation de son sort. Une histoire dure, poignante qui se reflète à chaque étape dans les mécaniques de jeu.

Des mécaniques de jeu réinventées à chaque niveau

Le jeu se divise en 6 parties, chaque partie à l’exception de la dernière se divise en 12 niveaux, soit au total 60 niveaux qui défient les lois de la physique.

Ces caisses sont très utiles comme rempart contre les pics.
Ces caisses sont très utiles comme rempart contre les pics.
  • Tutoriel : La première partie du jeu est destinée à vous familiariser avec les bases du gameplay. In Between est un jeu facile à prendre en main mais on se rend très vite compte que la réflexion est de mise puisque même les niveaux servant de tutoriel ne sont pas dénués de complexité. A la manette, le stick gauche vous permet d’avancer, le stick droit sert à inverser la gravité. Vous ne pouvez rien faire d’autre. Vous ne pourrez pas sauter par exemple et, une fois la gravité inversée ne vous attendez pas à pouvoir réaliser un saut de ninja en ré-inversant la gravité à la volée. Non, une fois un angle choisi votre personnage ira automatiquement jusqu’au bout de sa trajectoire. Vous pourrez simplement dévier son atterrissage en le faisant avancer avec le stick gauche lors de sa chute. Cela nécessite donc une bonne réflexion avant chaque action et une grande précision ! Vous serez aussi initiés lors de ces niveaux introductifs, à l’utilisation de caisses. Celles-ci fonctionnent avec la gravité et se dirigeront donc selon le même angle que votre personnage. Vous devrez les mettre à profit pour actionner des mécanismes ou pour éviter des pics.
  • Déni : A chaque nouvelle partie de l’histoire une nouvelle mécanique de jeu est introduite après une courte phase narrative. Dans Déni vous allez revivre les peurs enfantines de l’homme, oppressé par l’obscurité. Ainsi les ténèbres vous poursuivront sur chaque niveau, à moins que vous ne leur fassiez face. Le jeu devient déjà ardu car il faudra d’autant plus anticiper ses actions pour ne pas être rattrapé par ce sombre rideau qui vous poursuit !
  • Colère : Exit les ténèbres, place à la rage. “Pourquoi moi ? Pourquoi pas eux” se dit l’homme. Sa colère le consume, il en veut aux autres parce qu’ils vivent, il en veut à sa femme parce qu’elle va lui survivre. En jeu, cette haine va se traduire par des bulles qui enflent et qui vous tueront si vous les touchez. Il faudra donc soigneusement les éviter sachant qu’elles ne sont pas toujours statiques et qu’elles pourront même vous poursuivre !

    L'autre, c'est moi.
    L’autre, c’est moi.
  • Marchandage : Après la colère, l’homme tente de se reprendre en main, il se souvient de sa visite chez le docteur et du lourd diagnostic qui en est ressorti. Il ne sera pas là pour s’occuper de sa fille. Pour les quelques semaines qui lui restent à vivre il doit se réconcilier avec lui-même. Cela se traduit par des niveaux inventifs où l’homme devra rejoindre une projection de sa propre personne. En contrôlant l’homme vous contrôlez cet autre lui qui va réagir de manière inversée. Vous devrez faire attention aux deux personnages et leur faire éviter tous les pièges qui seront sur leurs routes respectives.
  • Dépression : La mort approche à grands pas et l’homme doit faire face à une lourde dépression. Il ne pourra pas être le bon père qu’il aurait voulu être pour sa fille, il va l’abandonner et cette pensée le rend profondément triste. Pour ne pas sombrer, il doit rester dans la lumière. Ainsi, en jeu vous devrez avancer avec les faisceaux lumineux, en déplacer certains grâce à des mécanismes ou utiliser des caisses lumineuses pour avancer.
  • Acceptation : Cette courte partie est avant tout narrative et offre une conclusion à cette histoire triste et bouleversante.

Corsé mais addictif

Réussir tous ces niveaux ne sera pas une mince affaire !
Réussir tous ces niveaux ne sera pas une mince affaire !

Ce gameplay original et addictif offrira un challenge conséquent aux joueurs. Les développeurs justifient cette difficulté par le fait qu’ils ne voulaient pas créer un jeu en rapport avec la mort qui soit trop simple. Non, la mort n’est pas à prendre à la légère et on le ressent très bien en jouant à In Between. Alors oui, c’est un try & die. Vous allez souvent recommencer parce que vous vous êtes coincé entre deux pics, que vous avez appuyé sur la direction droite au lieu de haut ou que les ténèbres vous ont rattrapé. Heureusement les développeurs ont constaté à quel point leur jeu pouvait être frustrant et ils ont eu la bonne idée d’ajouter des checkpoints sur les niveaux les plus longs. Vous pourrez d’ailleurs passer à la partie suivante avec 9 niveaux terminés sur les 12 proposés par section, de quoi faciliter la progression si un niveau vous tient tête.

Une mise en scène époustouflante et émouvante

Si cette histoire est aussi poignante c’est aussi et surtout grâce au soin apporté à la réalisation artistique du jeu. Entre chaque partie on aura droit à une phase narrative, à un tableau illustrant une étape de la vie de l’homme qu’elle soit heureuse ou non. Le style dessiné à la main est original, une vraie patte se dégage de tous les détails qui composent ces illustrations interactives.

La mise en scène est splendide !
La mise en scène est splendide !

J’ai personnellement surtout été bluffée par une mise en scène superbe où tout se construit et se déconstruit sur notre passage. Ces phases narratives sont si belles qu’on aimerait en profiter plus longtemps avant de se replonger dans les puzzles du jeu. On est cependant en partie exaucés par la découverte de fragments de souvenirs qui parsèment les niveaux et qui nous en apprendront plus sur la vie de notre personnage. Cette ambiance sombre et lourde qui pèse sur tout le jeu est très réussie grâce à la voix dure du narrateur et à la musique tantôt chargée de tension, d’émotion ou de tristesse. C’est à écouter ici.

Au final, il n’est en rien étonnant que le studio Gentlymad a remporté des prix pour son jeu In Between. Aussi réussi sur le plan narratif qu’il ne l’est sur le plan du gameplay, ce jeu offre une expérience complète qui, bien qu’elle soit complexe reste très agréable et immersive. Bravo à eux, vraiment !

Kitsune-Musume

Ancienne amasseuse compulsive de jeux boite, j'aime à me perdre désormais sur les terres fertiles de l'indépendant. Gameuse à tendance no-skill/casu/basheuse de la touche X, testeuse de résistance mentale aux low-framerates avec ma vieille (mais fidèle) brouette connectée, j'aime les armes lourdes et badass, les univers immersifs et les scénarios bien ficelés. A l'inverse, j'ai horreur des jumpscares (flipette de catégorie 3), je fuis les collectes poussives de piécettes et je recule devant mes devoirs de rédaction d'une biographie.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.