Linelight
Windows mac

Qui a dit que les graphismes étaient une nécessité absolue dans le jeu vidéo ? Sûrement pas le studio My Dog Zorro qui a poussé le concept encore plus loin que Mike Bithell et son Thomas Was Alone. Encore plus dingue, Linelight a pour ambition d’être un puzzle game… relaxant.



Line Wobbler 2

Plus que de s’embêter avec une direction artistique et technique pesante, le studio est allé au strict minimum. Pourquoi faire de la 3D, ou même de la 2D, quand on peut tout faire en une seule dimension ? OK, techniquement le jeu est bien en deux dimensions, étant donné que l’on peut se déplacer sur deux axes (vertical et horizontal), au détail prêt que vous vous déplacez sur un fil et n’êtes qu’un point lumineux sur celui-ci.

Toute la partie puzzle viendra de la couleur du fil, ou d’autres entités telles que vous, qui se baladent sur ce dernier. Si vous suivez Game Side Story régulièrement, ce petit descriptif peut vous rappeler un autre jeu présenté au détour de l’Indiecade Paris et se nommant Line Wobbler. Ce dernier se jouant sur un cable de LEDS multicolores, il vous propose d’arriver au sommet de celle-ci avec de vrais éléments de game design définis grâce aux couleurs. Linelight c’est la même chose, mais avec un énorme aspect puzzle en plus. Si le jeu se contente de faire le strict minimum sur la partie graphique, il en va de même sur la narration où, pas une seule fois, quelqu’un ne vous racontera une histoire métaphysique-trop-choupi-chouette-naïve-à-souhait. Et pourtant, Linelight a énormément à conter, par son level design, son ambiance et sa musique. Tout est harmonieux, géométriquement défini. Il y est question de différence et d’entre aide.


Quand le pot sublime la confiture

Côté mécanique de jeu, on ne va pas se mentir, tout ou presque a déjà été vu et revu. Interrupteurs à actionner pour jouer avec de plateformes, ennemis à éviter en rythme, copie d’action de notre avatar pour coopérer avec soit même, changement de taille, transformation de votre point lumineux en serpent… À aucun moment le joueur habitué aux puzzle-games ne sera perdu.

La magie du jeu viendra de son level design qui est d’une intelligence rare. Toutes les mécaniques seront expliquées via un puzzle, de manière naturelle. On s’étonnera à enchaîner les longs niveaux sans rester bloqué plus de quelques minutes. Non pas que le jeu soit facile : ceci est dû à une courbe de progression parfaite dans la succession de chacun des puzzles. Avec ses six longs niveaux, chacun d’eux proposera toujours une variante, ajoutant toujours plus d’éléments. Si les cinq premiers niveaux serviront à présenter les mécaniques et notamment les ennemis, point fondamental du jeu, le dernier niveau sera un melting-pot de tout ce que l’on a découvert depuis et mettra une fois de plus en évidence l’intelligence du level design.

La première demi-dizaine de tableaux vous présenteront tour à tour chacun des ennemis : le rouge qui se ballade librement, l’orange qui ne se déplace que lorsque vous vous déplacez, le rose imitant tous vos mouvements et enfin le mauve,  pouvant être « piloté » en l’attirant tel un aimant. Si chacun est présenté tour à tour, le dernier monde mettra en scène des puzzles où plusieurs d’entre eux devront intervenir ensemble pour réussir à récupérer les saints losanges oranges. Afin de pimenter encore plus le jeu, chacun des mondes aura ses quelques puzzles bonus, dans des niveaux cachés, facilement repérables grâce à la carte de chaque niveau. Une fois le jeu terminé, deux niveaux à la difficulté bien plus relevés apparaîtront. Deux niveaux qui, pour le coup, mettront vos nerfs et votre dextérité à l’épreuve.


LineLight est une réussite sur tous les points. Malgré son aspect minimaliste, il offre une cohésion visuelle et sonore en parfaite adéquation avec les puzzles mis en place par My Dog Zorro. Le jeu a le mérite de relaxer le joueur alors qu’on lui demande de réfléchir. Cela est rendu possible par la courbe de progression constante mais surtout régulière d’un level design réglé au poil, où le joueur apprend de manière naturelle chacune des subtilités de l’ensemble des règles du jeu.

Crim

Crim

Intégriste gaucher depuis 1983.
Les cailloux: GOTY des armes depuis 2013.
Crim

Les derniers articles par Crim (tout voir)

Laisser un commentaire