Break Blocks

Greater Good Games porte-t-il bien son nom ? Difficile de se lancer dans l’aventure de la création vidéoludique avec un nom aussi faussement présumé prétentieux, mais Break Blocks va tout faire pour montrer ce qu’on dans le ventre ses développeurs !

Rythme et Puzzle

Difficile de mélanger deux genres quand ils n’ont pas grand-chose en commun. Quand il s’agit par contre de mixer de la musique à du puzzle, c’est déja plus harmonieux. Break Blocks se la joue “breakdance” dans sa playlist et propose donc, comme son nom l’indique, d’empiler des briques pour réaliser de jolis scores. On a la musique, le concept, faisons donc place au gameplay.

Sur un dancefloor représenté par un parfait cercle, le joueur doit enchainer des combinaisons de touches fléchées en les validant en rythme avec la musique. Les compositions sont tout originales et ne vous attendez donc pas à retrouver des titres connus dans la playlist : vous savez tout de même ce qu’il en retourne quand on touche à de l’indépendant. Ces titres manquent cependant de style, même s’ils sont extrêmement rythmés (en fonction de la difficulté de stages néanmoins). Aucun d’eux ne vous restera en tête une fois le jeu fermé, mais malgré tout, les sons font parfaitement leur office : donner un sens à l’aspect Rythme de Break Blocks.

Dommage cependant que pour commence, les combinaisons à effectuer ne soient pas toujours très claires. On ne sait jamais à quel tempo il faut se fier : celui de la batterie, du mix, du synthé. Il faut toujours chercher un peu au hasard pour trouver la bonne note à suivre. C’est ennuyant particulièrement lors des niveaux les plus ardus qui ne vous laissent aucun droit à l’erreur.

Audiosurf fait des émules ?

À chaque combinaison effectuée en rythme (ou non) vous obtenez des rectangles de couleurs à disposer sur le dance floor. Celui-ci est séparé en douze zones de six rectangles chacune, ou vous devez idéalement y coller des rectangles de mêmes couleurs. Une simple pression sur la barre Espace lorsque tout ce beau monde clignote suffira à valider les points obtenus.

Si vous n’êtes pas en rythme lors de la séquence de notes, vous obtenez des couleurs au hasard ce qui peut rapidement gêner votre progression. Évidemment, si vous n’avez plus de place pour y insérer vos blocs, vous avez perdu. C’est rapidement compréhensible, mais un peu trop simple pour les amateurs du genre. En effet, il suffira d’avoir un peu joué à Audiosurf ou un autre titre de ce genre pour trouver la réalisation de combinaisons de couleurs trop facile à effectuer. Seules les musiques les plus complexes, aux niveaux les plus évolués, viendront vous mettre des bâtons dans les roues.

D’une réalisation juste honnête, proposant des personnages un poil trop quelconques et aux animations chiches, Break Blocks est un bon divertissement, mais est bien loin d’être aussi excellent qu’il n’y parait de prime abord. On s’y amuse, on s’y ennuie vite aussi, pour ne plus le ressortir que pour de courtes sessions de jeux qui nous rappellent à quel point son mélange des genres est soit trop simple, soit trop complexe et dans les deux cas, malheureusement biaisé par des musiques sans “âme”. L’idée est bonne, mais on attend surtout de voir ce que les talents de Greater Good Games vont bien pouvoir nous proposer d’encore plus original la prochaine fois !

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs

Skywilly

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.