Preview – Guild Wars 2 (PC)

C’est lors d’une version Beta organisée en privée, juste pour les acheteurs du jeu et quelques heureux élus, que je me suis plongé dans l’univers de Guild Wars 2. Juste pour vous en parler, histoire de bien faire les choses. Puis, je suis tombé amoureux…

48 heures passionnantes
Au début je me lançais dans un écrit très banal, vous expliquant les races disponibles, les contrées proposées, les différents pouvoirs et possibilités puis finalement, je pense qu’il est bien plus intelligent de vous raconter tout simplement mon expérience de jeu. De Guild Wars, je ne connais que la quinzaine de premiers niveaux du jeu original, sans aucune extension ni véritable implication. À vrai dire, je ne m’en rappelle que trop peu pour me définir comme étant un joueur de Guild Wars. Bref, je lance ce second épisode juste par curiosité et envie de nouvelles découvertes.
Les artworks qui décorent les différentes fenêtres du jeu sont tous plus beaux les uns que les autres. Je choisis tout d’abord l’élémentaliste, dans un menu d’une telle beauté qu’on en viendrait presque à en demander davantage. Cette classe me promet de la magie, liée aux éléments et comme c’est une Beta, que je ne vais pas pouvoir garder mon personnage pour le jeu final, je me force à sortir un peu de mon habituel combo “Tank mais pas trop” en matière de MMORPG. Grand bien m’en a fait : j’ai découvert une classe d’une rare finesse avec la possibilité de switcher entre les différentes barres de raccourcis, une part élément, chacun à débloquer au fil de la progression.
Les combats sont alors tout de suite dynamiques et surprenants d’amusement. Vous lancez des boules de feu, pressez sur F2 pour changer d’éléments, frappez alors votre ennemi avec de l’eau, puis des bourrasques de vent, puis chargez quelques grosses attaques de zone entre-temps. Tout cela avec une fluidité sans pareil dans le monde du jeu massivement multijoueur. On est loin de l’aspect “tour par tour” des autres jeux et si évidemment Guild Wars 2 reste un jeu de rôle, avec ses jets de dés cachés, ses coups critiques et ses automatismes, ses affrontements n’en sont pas moins terriblement plus orienté action et donc amusant à jouer. On ne perd rien en aspect rôliste, on gagne en dynamisme et seul l’aspect franchement lourd des combats qui durent des heures sans jamais être originaux disparait via ce système.
Un scénario au coeur du jeu !
C’est ce qui faisait le charme du premier Guild Wars et qui fera de nouveau envie aux rôlistes de s’y intéresser : le scénario est totalement implanté dans l’aventure que vous allez vivre. Vous être un héros de plus dans cette contrée, mais vous allez malgré tout faire partie de l’Histoire. Vivre quelque chose, en “solitaire” malgré tout. Pour le multijoueur, de toute façon, il y a l’entraide : combattez avec d’autres joueurs et vous obtiendrez de l’expérience avec eux, sans pour autant avoir besoin de les rejoindre dans un groupe ou autre réunion très officielle. Cette dernière possibilité a surtout de l’importance pour les grands événements à plusieurs… et aussi pour ceux qui aiment faire des raids et autres escapades en communauté. En cela, Guild Wars 2 est surprenant : il est possible de faire énormément de choses seul et c’est très amusant. À plusieurs ça l’est encore davantage, évidemment, mais d’après les quelques bons moments de Beta passés en un week-end, il semble clairement difficile de s’y ennuyer quel que soit ces choix de jeu.
On émet évidemment quelques réserves sur certaines choses, comme la présence d’événements aléatoires dans le monde qui sont passionnants à découvrir, mais n’oublient pas de faire dans le cliché : aller chercher une plante, tuer un type d’ennemis… Sauf qu’à chaque fois, une petite variante vient changer la donne. Il est clair que le but est de tuer en masse un nombre certain de ces étranges bestioles des cavernes ! Mais plutôt que de vous mettre un compteur de mort, on vous place des sachets de victuailles à aller chercher, puis à protéger ensuite. Pour valider l’objectif et donc la quête, il faut alors ramener la nourriture ou tuer de l’ennemi : tous les joueurs qui participent de quelque façon que ce soit à la quête ont alors la possibilité de la valider. C’est du multijoueur, c’est aussi du solo et franchement, c’est surtout une belle idée pour un MMO.
Une réserve disait-je ? Oui, car malgré l’originalité de ce concept, celui-ci devient lui-même répétitif et on en revient au problème initial : un MMO ne fait que se répéter, davantage qu’un jeu solo et peut donc rapidement ennuyer. C’est surement pour cela que l’exploration a autant de place dans Guild Wars 2. Selon ce qui a été montré dans cette beta, il y a beaucoup à découvrir dans le monde du jeu : des points précis à repérer servant ensuite de checkpoints/téléporteurs, mais aussi une multitude de lieux originaux. Ajoutez à cela la présence d’un craft très amusant ou il s’agit de couper du bois, faire la cueillette et autres traditionnelles actions du genre, pour confirmer la présence d’une solide liste de choses qu’il est possible de réaliser des heures sans s’en rendre compte.
Artistiquement, c’est la claque ?
Menus, vidéos et personnages sont magnifiques. Les décors ? Malgré quelques ratés ou textures un peu chiches, on en a vraiment pour nos rétines. Les musiques sont tout aussi sublimes et enchantent l’aventure avec maestro. Seule la version française, pas très motivée, vient gâcher la fête. Mais sincèrement, on voit mal comment Guild Wars 2 pourrait rater sa sortie (encore non précisée malheureusement). Tout simplement parce qu’en plus d’avoir un univers d’Heroic Fantasy original, ce qui n’est pas du luxe de nos jours, Guild Wars 2 se permet de chambouler le principe de quêtes et d’événements aléatoires. De plus, il dynamise l’impossible : les combats, qui en ressortent passionnants seul ou à plusieurs. On fait claquer les touches de raccourcis comme dans aucun autre MMORPG et surtout, on sort un peu de ces jets de dés trop apparents qui manquent de nous faire aimer les affrontements dans la plupart des jeux du genre.
On ne vas pas crier au tueur de World of Warcraft, parce que ce serait trop facile et déjà vu autre part, mais sachez qu’à mon humble avis de joueur pas du tout accro au genre massif (si ce n’est avec un certain City of Heroes fut un temps), cela fait clairement plaisir de pouvoir voyager dans un monde et dire bonjour à ses alliés, qu’ils soient réels ou non, sans avoir à recruter sur le chat en explosant toute possibilité de Roleplay au passage. Ici, on vit notre vie comme dans un jeu solo, le recrutement se fait presque exclusivement via des rencontres sympathiques en pleine traversée de la carte, en combat, lors d’une cueillette ou dans une taverne. Bref, c’est encore plus comme dans la vraie vie. Et si évidemment, l’aspect “Alone Together” est bien présent, que les développeurs ont pas mal de pain sur la planche pour sociabiliser du bon côté tout ce beau monde de Guild Wars 2, il serait totalement stupide de ne pas croire en eux tant cette Beta est encourageante.
En un mot comme en cent : vivement la sortie. Par contre d’ici là, je vais réinstaller le premier Guild Wars histoire de connaître l’histoire et l’univers du jeu. Car je peux vous assurer que comme moi, les néophytes vont absolument rien y comprendre. Et du coup, je suis content, j’ai trouvé un gros défaut à pointer du doigt dans cette preview. Ouf !

Merci à Kirub pour ses nombreux screens…

0 réflexion au sujet de « Preview – Guild Wars 2 (PC) »

  1. J’ajouterais que j’ai test le WvWvW et, bien qu’assez désert pour le moment, ça m’a l’air plutôt intéressant… J’ai jamais trop fait de PvP dans les mmo mais là jme suis laissé tenté et force est de constater que c’est plutôt plaisant: prendre d’assaut un fort défendu par une armée de joueurs, tout en devant construire un bélier pour venir à bout des portes et en esquivant les coulées d’huile brulante. Récupérer le fort et défendre les caravanes de ravitaillements pour garder la possibilité d’acheter des plans pour une catapulte ou une baliste…
    Bref, une fois bien peuplé ça risque d’être très intéressant. La gestion des troupes et la stratégie risque d’être primordial avec tout ce que ça implique : discussion, pacte voire allégeance entre guilde… à mon avis ça promet.
    Je sais pas si les autres MMO proposent déjà ça mais dans tous les cas ça m’avait jamais autant attiré.

    Répondre

Laisser un commentaire