Not the Robots

Après plusieurs jeux flash, Not The Robots est le premier projet commercial de 2DArray, un petit studio indépendant de deux personnes seulement. Le moins que l’on puisse dire est qu’ils ont pris un risque en développant un jeu unique en son genre : un rogue-like d’infiltration où vous dirigez un robot dévorant tout ce qu’il trouve sur son passage.

[singlepic id=36088 w=320 h=240 float=right]

A table !

Dans un univers futuriste où les humains ont manifestement déserté leurs bureaux, vous incarnez un robot qui n’a qu’un seul but, engloutir toutes les fournitures encore présentes sur les lieux : chaises, ordinateurs, tables… rien ne sera épargné ! Malheureusement pour vous, cela ne sera pas si simple que ça. Les systèmes de sécurité sont toujours en place et actifs, vous devrez donc vous faufiler sans vous faire repérer. Lasers qui tournent, sentinelles arpentant les niveaux à la recherche d’intrus, dalles piégées, mines, plus vous avancerez dans le jeu et plus la difficulté sera élevée.

Pour vous aider dans votre quête, des objets seront à récupérer dans les niveaux (téléportation, invisibilité, sprint…). Vous disposerez de nombreux atouts pour tout manger sans être détecté. Le jeu est un rogue-like, comprenez par là que vous débuterez chaque partie entièrement désarmé et qu’il faudra recommencer à chaque fois à zéro dans des niveaux générés aléatoirement. Une subtilité cependant, vous gagnerez de l’expérience à la fin de chaque partie pour déverrouiller des bonus permanents.

Ainsi, la pioche basique vous permettant de supprimer un mur invincible se transformera en pioche plus performante utilisable trois fois de suite et l’invisibilité de base vous permettant de devenir immatériel autant de temps que vous le souhaitez sans pouvoir bouger vous permettra d’être invisible tout en vous déplaçant durant dix secondes. Pour ne pas rendre l’opération trop facile, les pièges deviendront au fur et à mesure plus dangereux également (double rayon laser, murs énergétiques…) et vous n’aurez pas fini d’en baver.

Là où le jeu est bon, c’est que les objets que vous devez dévorer pour accéder au niveau suivant sont également ceux qui vous permettent de vous cacher des rondes des sentinelles ou des lasers tournoyants (vous pouvez d’ailleurs vous accroupir). Vous serez donc en permanence tiraillé entre le fait de tout engloutir pour changer de zone rapidement quitte à prendre des risques ou laisser quelques objets par-ci par-là au cas où vous devriez vous mettre à couvert.

[singlepic id=36085 w=320 h=240 float=left]

Un contenu conséquent

Plusieurs modes de jeu sont disponibles. La campagne tout d’abord, où le but sera de gravir six étages de deux niveaux chacun pour affronter le boss final. La difficulté y est exponentielle. Si au premier étage il n’y aura que des lasers pour vous embêter, au second vous devrez éviter des sentinelles, au troisième vous devrez non seulement manger un certain nombre d’objets mais également appuyer sur une série d’interrupteurs dans un certain ordre et à partir du cinquième vous devrez en plus de tout ça récupérer un objet spécifique, le tagger, pour ensuite marquer tous les systèmes défensifs du niveau, sentinelles y compris.

Deux objectifs secondaires sont réalisables à chaque niveau. Celui du maximum de nourriture si vous avez absorbé l’ensemble des éléments comestibles et un autre si vous n’avez perdu aucun point de vie dans l’accomplissement de votre tâche. Une fois votre but atteint, certains conteneurs jusqu’alors verrouillés s’ouvriront et vous octroieront un scanner permettant de voir ce que contiennent les caisses, un multiplicateur de points ou encore un emplacement d’inventaire supplémentaire.

Pour varier les plaisirs, vous pourrez également lancer l’une des quinze opérations (qui sont des campagnes allégées vous proposant par exemple de parcourir deux étages au lieu des sept de l’aventure principale) ou l’un des vingt défis du jeu qui vous placeront dans des situations données (salle pleine à craquer de lasers, niveau recouvert de dalles piégées…)Un dernier mode, le custom, vous permettra de générer des niveaux avec des paramètres prédéfinis (taille de la zone, nombre d’objets à dévorer, choix des systèmes de défense, nombre de caisses, etc.).

[singlepic id=36083 w=320 h=240 float=right]

RNG je te hais

Le jeu est plutôt dur, surtout lorsque vous débutez et que vous n’avez que les objets de base. Ca ira mieux par la suite une fois que vous aurez débloqué l’emplacement d’inventaire supplémentaire ainsi que les pouvoirs plus puissants mais même comme ça, il y a deux choses qui pourront vous rendre fou : la génération des niveaux et l’intelligence artificielle des sentinelles ! Vous pouvez au début de chaque niveau scruter les lieux et établir une stratégie, mais si vous n’avez pas de chance, il arrivera que votre zone d’apparition soit située dans une salle où trois sentinelles ou plus patrouillent. A ce moment là vous aurez deux choix, patienter avant de cliquer sur le bouton d’ouverture du sas jusqu’à ce que ces sales bestioles sortent (si elles veulent bien le faire un jour) ou vous lancer directement en jeu quitte à ce que certaines commencent directement à vous tirer dessus et soient en alerte.

La deuxième chose frustrante est le comportement des sentinelles. Puisque les niveaux sont générés aléatoirement, elles n’ont pas de trajet prédéfini. Ainsi, si vous vous faufilez derrière l’une d’elles et que vous décidez de la suivre, vous devrez prier pour qu’elle ne se retourne pas d’un seul coup sans raison particulière ! Et honnêtement, je trouve que ça pénalise grandement l’aspect infiltration du titre. Autant vous pourrez vous réjouir après avoir feinté une sentinelle à l’angle d’un couloir en en profitant pour passer dans son dos sans qu’elle ne vous repère, autant des fois vous vous ferez repérer à l’autre bout du niveau sans aucune raison, juste parce qu’après avoir parcouru un tiers d’un couloir une sentinelle a subitement décidé de faire demi-tour.

[singlepic id=36081 w=320 h=240 float=left]

Durée de vie et potentiel

Comme je l’ai dit précédemment, le concept de base du jeu est vraiment excellent et original. Plus vous jouerez et plus vous réussirez à progresser dans le jeu pour atteindre fréquemment le niveau final. D’ailleurs, une fois que vous serez bien en confiance vous pourrez augmenter la difficulté de la campagne et commencer par exemple avec la moitié de vos points de vie et/ou des ennemis bien plus puissants. Les objets à ramasser sont variés et vous devrez en permanence vous adapter à l’architecture des niveaux pour progresser et faire au mieux avec ce que vous avez ramassé durant votre aventure (les étages sont d’ailleurs de plus en plus grand au fil de votre progression pour offrir de nombreuses cachettes et possibilités de replis en cas de problème).

L’histoire se débloquera petit à petit, à chaque fois que vous absorberez un ordinateur portable (il y a 21 enregistrements à récupérer). Vous découvrirez ainsi ce qui s’est réellement passé dans ce monde et pourquoi les bureaux sont si déserts. On peut également noter une autre idée excellente, les effets cachés. Si vous déclenchez par exemple une mine de proximité sur des dalles piégées, ces dernières deviendront enragées et adopteront un comportement totalement différent. Sur le même principe, vous découvrirez une utilisation secrète du pouvoir de téléportation ou des méthodes non conventionnelles pour vous débarrasser des sentinelles !

Un regret cependant, malgré la tentative des développeurs de varier un peu les décors en modifiant les couleurs ou en incluant plusieurs sets d’objets, on a le sentiment d’évoluer en permanence dans les mêmes lieux. Je pense qu’il aurait été intéressant (mais bien plus long en terme de réalisation j’en suis bien conscient) de changer réellement l’environnement en commençant par exemple par le hall d’entrée, puis les bureaux, la cafétéria, etc. Le jeu n’en reste pas moins très bon et si vous aimez les jeux d’infiltration il devrait satisfaire toutes vos attentes. Le contenu en jeu est là, la variété dans les modes de jeu également, ce serait donc dommage de passer à côté de cet ovni vidéo-ludique.

Laisser un commentaire