Riptide GP2

Après un premier épisode sorti sur tablettes et smartphones, la série Riptide GP débarque sur Steam pour son second opus. Le principe reste identique, faire la course et des figures sur des jet-skis surpuissants. Nostalgiques de Wave Race ou d’Hydro Thunder, ce titre est pour vous !

C’est un jet-ski ou une fusée ?

Venant tout droit du monde des supports mobiles, les commandes ont été simplifiées au maximum. Deux touches de direction, une touche d’accélération, une touche de frein et une touche de boost, on peut même si on le souhaite utiliser l’accélération automatique pour avoir une commande de moins à gérer ! Les figures se déclenchent via les sticks analogiques (les deux vers la gauche pour lancer un can-can, les deux vers l’intérieur pour effectuer un backflip ou encore un vers le bas et l’autre vers le haut deux fois de suite pour réaliser un 720°).

Chaque figure réussie permet de charger la jauge de boost utilisable pour effectuer une pointe de vitesse. Les figures les plus compliquées sont longues à effectuer et nécessitent un énorme tremplin pour avoir le temps de retomber correctement mais ce sont également celles qui remplissent le plus la barre. Veillez également à varier à chaque fois car lancer plusieurs fois la même figure durant une course vous apportera de moins en moins de boost.

La physique de l’eau est bien rendue et il est vraiment plaisant d’évoluer sur les flots en utilisant les vagues pour se propulser dans les airs. Le jeu procure également une bonne sensation de vitesse et l’effet de flou lors des boosts n’est pour une fois pas trop désagréable.

Un mode solo très / trop dense

Le mode carrière n’est pas scénarisé, il vous demande d’enchaîner les courses les unes après les autres. Réparties en neuf groupes de plus en plus difficiles, votre but sera de vous emparer de la première place à chaque fois pour obtenir trois étoiles et déverrouiller la suite des épreuves. Course simple, concours de figures, survie, contre-la-montre, rien de bien original mais tous les modes classiques des jeux de course sont présents. Vous serez également récompensé à chaque fin de course par un peu d’expérience et de l’argent. Vous monterez ainsi peu à peu de niveau, débloquant de nouvelles figures toujours plus dangereuses à réaliser. Vous pourrez de même déverrouiller des passifs vous octroyant plus de boost à chaque figure réussie et des améliorations raccourcissant le temps nécessaire pour accomplir une figure.

L’argent vous permettra d’acheter un nouveau jet-ski plus puissant (dix disponibles) ou d’améliorer celui que vous pilotez. Les machines sont notées selon quatre caractéristiques : accélération, vitesse maximale, maniabilité et boost. Dépenser votre argent vous permettra de les augmenter jusqu’à leurs valeurs maximales (différentes pour chacun des jet-skis). Il faudra de très nombreuses heures pour venir à bout du mode carrière, non pas à cause de sa difficulté, mais tout simplement parce que vous serez obligé de refaire plusieurs fois chaque course jusqu’à pouvoir acheter le jet-ski supérieur ou augmenter suffisamment le vôtre pour remporter la course suivante. Un travers des jeux mobiles que l’on aurait aimé voir disparaître dans ce portage.

VR Challenge, multijoueur local et en ligne

Trois autres modes de jeu sont disponibles : le VR Challenge, le multijoueur local et en ligne. Le premier est tout simplement un mode contre-la-montre où vous affrontez les fantômes de vos amis. Pas franchement intéressant, il a au moins le mérite d’exister même si je ne comprends vraiment pas pourquoi on ne peut affronter que ses amis et non les meilleurs temps mondiaux.

Le multi local est par contre une franche réussite puisqu’il permet à deux, trois ou quatre amis de s’affronter simultanément en écran splitté. Je n’ai malheureusement pas pu tester le multi en ligne car il n’y a aucun joueur malgré de nombreuses tentatives à différents horaires. Mais d’après ce que j’ai vu je n’ai pas l’impression que l’on puisse créer des salons pour choisir le mode de jeu, les courses, mettre des restrictions pour éviter que les niveaux cinq affrontent les niveaux vingt, etc.

Sympa mais moins fun qu’un Hydro Thunder

Je vais être franc, Riptide GP2 m’a laissé sur ma faim. Le pilotage est précis et agréable, la physique de l’eau et la vitesse procurent de bonnes sensations, le fait de pouvoir améliorer son jet-ski petit à petit est très bien, mais la progression est trop longue et fastidieuse. Si recommencer les mêmes courses pour tuer le temps dans les transports en commun n’est pas trop dérangeant, faire de même devant son ordinateur l’est beaucoup plus.

Le nombre de figures disponibles est par contre vraiment génial, mais là encore j’ai été frustré par les circuits un peu trop classiques. On visitera évidemment des paysages tropicaux, glaciaires, industriels… mais il n’y aura quasiment jamais de chemins alternatifs là où dans Hydro Thunder on pouvait parfois trouver des raccourcis en explosant un mur ou en traversant une cascade.

Riptide GP2 reste tout de même un bon choix pour les amateurs de course qui devraient avoir la patience de profiter pleinement du mode carrière, mais ayez bien en tête que les serveurs sont vides et que vous y jouerez principalement en solo ou en multi local si vous avez des amis de passage à la maison.

[youtube unZ8gzLKals 640 390]

Laisser un commentaire