Murdered : Soul Suspects

Jouer les enquêteurs du paranormal est assez classique désormais quand on est un détective, mais moins lorsqu’il s’agit d’enquêter sur sa propre mort. Murdered sort de nulle part et tente de faire l’évènement en proposant quelque chose d’original. Mais l’est-il réellement ?

Fantomatique à souhait

Ronan O’Connor fut un voyou, puis un détective privé au sein de la police avant de se retrouver confronté à quelque chose qui dépasse l’entendement et le mena à une chute fatale. il se réveille avec sept impacts de balle encore fumant dans la poitrine et voit son propre corps. Il se retrouve transporté en suivant la lumière blanche, qui le mène à sa femme, décédée quelques années plus tôt, à la base de sa rédemption mais aussi de son chagrin le plus total. En dépression, une épave qui tente de survivre (raté !), Ronan O’Connor n’est pas le genre de gars à se faire des amis… Encore moins maintenant qu’il rode dans le monde des morts.
Sorte de dimension parallèle à celui des humains, le monde fantomatique est teinté de gris/bleu face aux couleurs sombre et dures de la réalité. Dans le monde ou Ronan évolue, là ou il doit parvenir à résoudre son meurtre (et bien plus encore) pour accéder au Paradis et retrouver sa femme, les deux mondes se superposent. Des objets d’antan, des fantômes des empreintes ectoplasmiques, se mélangent à la froideur des rues américaines dans plusieurs niveaux reliés entre-eux par un léger chargement, faux monde ouvert ou plusieurs objets sont disséminés pour augmenter une durée de vie pourtant déjà correcte concernant l’histoire principale. on peut alors traverser les murs “‘humains” à une condition : qu’une fenêtre ou une porte soit ouverte. L’excuse parfait pour limiter tous les déplacements et cloisonner les zones de jeu en faisant croire à une naïve liberté.

N’appellez-pas les Ghostbusters !

Évoluant à la troisième personne, le joueur n’a donc aucune arme, aucun réel moyen de se défendre directement à une quelconque menace. Le jeu se divise en deux parties. L’enquête, représentant 80% des moments de gameplay, consiste à fouiller des zones de fond en comble pour en dénicher des indices et ensuite, relier les choses entre-elles pour comprendre ce qui s’est passé. Cela sert à l’histoire principale mais aussi et surtout pour aider des âmes perdues à éclaircir leur mort et à monter au paradis. C’est très beau, intéressant à jouer, mais aussi extrêmement facile et guidé. La linéarité est assez énorme dans Murdered : Soul Suspects à tous les niveaux de récit et malheureusement, c’est un de ces plus gros défauts.
Néanmoins les histoires racontées sont intéressantes et les objets à dénicher, un nombre précis par zone, vous débloqueront aussi quelques “histoires de fantômes” bien écrites. Plusieurs autres objets “bonus” sont à débloquer : des plaques historiques et des fragments d’histoire pour tous les personnages du jeu. Cela rend l’exploration amusante, à défaut d’être originale au bout de quelques heures. Seule la possibilité d’incarner un chat pour passer dans des endroits impossible à traverser en tant que fantôme humain viendra dynamiser l’action, même si on frôle le ridicule à certains moments (il faut voir le chat grimper du lierre comme une Lara Croft en puissance !). Bref, il y a du bon et du moins bon dans Murdered.

Attachant

Avec ses qualités et ses nombreux défauts, ce jeu d’aventure qui ne dit jamais son nom est néanmoins gâché par de rares mais ennuyantes phases d’infiltration. Celles-ci vous demandent de vous camoufler dans d’étranges fragments d’âmes pour ne pas être repéré par les démons alentours. Une vision “nocturne” vous permet d’assombrir tout ce qui n’est pas démoniaque (ou secret) pour mieux voir vos ennemis (ou vos objets à récupérer) et ainsi, vous devez les contourner pour lancer un QTE lorsque vous êtes derrières eux. Deux boutons plus tard, ils explosent et vous laissent le chemin libre. C’est ennuyant, hors de propos, vraiment à oublier.
Malgré cela, Murdered : Soul Suspects est un jeu totalement distrayant, vraiment intéressant scénaristiquement parlant et furieusement attachant. Parce que la volonté naïve de développeurs créant un jeu d’aventure à la troisième personne se ressent totalement, donne envie d’en savoir plus et surtout, de voir le concept perdurer. Avec des énigmes beaucoup plus complexes et variées, sans infiltration, avec une introduction un peu moins longue avant qu’apparaisse l’excellent duo principal, mais en tous les cas avec la même formule. Cette même formule qui m’a fait passer une dizaine d’heures entre le monde des morts et des vivants sans que jamais l’ennui ne s’installe vraiment. Il y a certes du mauvais dans Murdered : Soul Suspects, mais il y a aussi de terribles bonnes choses, une VF tout juste correcte et une certaine fraîcheur globale qu’il est plaisant de jouer.

[youtube owhbZy-9W7c 640 390]

Laisser un commentaire