Preview – Chasm (PC)

Je ne sais pas si les gens derrière Discord Games LLC ont pris le pari le plus simple ou le plus compliqué concernant Chasm. Pourquoi ça ? Parce qu’ils sortent un metroidvania en pixel art. On ne peut pas dire qu’il en manque sur la scène indépendante. Chasm a quand même su attirer l’œil sur lui puisqu’il a réussi à récolter presque 200k$ lors de sa campagne de crowdfunding en avril 2013 qui accumule déjà plus de six mois de retard.

Hai Hi, Hai ho, on rentre du boulot

Vous incarnez un petit blondinet, dont je me demande encore s’il est un archéologue/historien ou un mercenaire. Quoi qu’il en soit, il sera le héros de notre histoire. Il débarque dans une petite ville et par “petite ville”, il faut comprendre qu’il n’y a que deux maison : une auberge, inutile dans cette version preview et la maison du propriétaire de la mine. Ce dernier vous informe que la plus part des mineurs ont disparu dans la mine du village. Pas une ni deux, vous plongez dans la mine, au secours de la veuve et de l’orphelin… ou plutôt de gros mineurs poilu, barbus et puant la sueur. Oui dit comme ça, ça donne moins envie, mais un héros se doit de sauver tout le monde. Alors on arrête de chipoter. Au fil de votre exploration, vous trouverez un paquet de cadavres (pour vous dire que vous êtes un mauvais héros ?) avec des notes, expliquant ce qui s’est passé dans la mine, mais aussi divers dessins peints sur les murs montrant la possible existence d’une autre civilisation.

Vous explorerez la mine de fond en comble, en plusieurs fois, puisqu’il vous faudra certaines techniques (apprendre à glisser au sol, s’accrocher aux rebords) pour explorer certaines branches de la mine. Heureusement, via un système de couloir/passage étroit, la mine ne sera pas que de la caillasse à longueur d’écran. Dans cette version on verra trois décors différents : la mine classique, une mine avec un air de pyramide et enfin une forêt souterraine qu’il ne sera pas possible de vraiment parcourir. Si les niveaux principaux de la mine sont plutôt génériques, tous les niveaux spéciaux (feux de camps, autel de sacrifice, cave à dessin) sont ultra détaillés et font bien plaisir à l’œil. La contrepartie de ceci et le côté générique de la mine, notamment où certain écran en double dans une même partie qui en plus d’apporter de la redondance perdent le joueur. Si on ne se fit pas à la carte, qui se remplie au fur et à mesure, on a une vague impression de tourner en rond.

Comme un air de déjà vu

Le jeu se base vraiment sur un Castlevania : combat nerveux et armement très semblable qui se sépare en deux catégorie : les noms magiques et les magiques. Les premières dépendent de la force alors que les secondes, de l’intelligence. Débloqué au fur et à mesure de vos découverte, chaque arme aura sa particularité : épée courte qui fait peu de dégâts, coup de poing qui fait mal mais avec une faible allonge, épée longue à deux main, qui fait mal mais ultra lente. Du côté des armes magiques, c’est un peu du copier-coller des armes de Castlevania : dagues de jet qui partent en ligne droite, haches de jet qui font des arcs de cercle, boomerang… Enfin, une armure, un casque et deux bagues viennent compléter l’équipement de notre héros. Cet équipement viendra directement influencer les quatre statistiques (force, vitalité, magie et intelligence). Tel un jeu de rôle, il sera possible de faire progresser votre personnage en dépensant la monnaie du jeu : l’essence de monstre. Cette monnaie servira à level-up votre personnage, acheter du matériel, le sacrifier sur un autel contre de l’équipement. Vous récupérerez aussi d’autre objets, dont des feuilles d’arbre, qui permettront de crafter. Impossible de vous dire comment ça fonctionne, car non implémenté dans cette version preview.

Au final, cette courte preview de Chasm laisse présager un très bon jeu. S’il pêche un peu coté level design avec trop de tableaux similaires qui perdent le joueur, la nervosité du titre est suffisante pour tenir le joueur en haleine. Ni trop facile, ni trop dur, l’équilibrage du jeu est pour le moment bien parti, avec des boss (trois dans cette version) intéressant à combattre. Surement l’une des prochaines pépites de la scène indépendante.

Laisser un commentaire