Preview – Albion Online (PC, Mac, Linux, Android, IOS)

Economie entièrement gérée par les joueurs, pvp ouvert, housing, pas de restriction de classes, cross platform, combats guilde contre guilde pour la prise de territoire, sur le papier Albion Online affiche de nombreuses ambitions. La Winter Alpha ouverte jusqu’au 23 février est l’occasion rêvée de faire le point et voir ce qui est déjà en place.

Création d’un personnage et premiers pas dans le monde

La création est très sommaire. Pour le moment, seuls les humains sont déjà en jeu mais cinq autres races sont prévues  (elfes, nains, cruds, trolls et orcs) sans précisions si ce choix aura une influence en jeu, sur les caractéristiques du personnage par exemple ou sur la zone de départ.

Vous pouvez choisir votre coupe de cheveux et votre pilosité parmi trois, leur couleur, votre couleur de peau, votre avatar (6 hommes et 6 femmes) et c’est déjà parti pour l’aventure.

Vous commencez en sous-vêtements et votre première tâche est de collecter un peu de bois et de pierre pour confectionner un couteau à dépecer. Pour cela, rien de plus simple il suffit de cliquer sur un arbre ou un rocher et votre personnage se met au travail. La vue et le déplacement au clic gauche rappelle les hack’n slash et se prend en main très rapidement. Le rendu du jeu très cartoon est vraiment agréable à l’oeil et parfaitement adapté à l’affichage sur tablettes et téléphones portables car Albion Online est le premier MMO réellement cross-platform. A terme il sera jouable dans les mêmes conditions sur PC, Mac, Linux, Android et IOS.

Votre couteau à dépecer en main, vous pouvez maintenant attaquer les lapins aux alentours pour récupérer leur peau et fabriquer votre première armure. La suite du « tutorial » vous fera visiter les bâtiments de base (forge, scierie, atelier de tissage…) pour vous familiariser avec les différentes compétences du jeu et vous faire comprendre qu’ici, la base du gameplay est le farming intensif, vous allez répéter les mêmes actions en boucle pour progresser !

Vous pouvez portez un casque, une armure, des bottes, une arme plus un bouclier ou une arme à deux mains, une cape et un sac qui deviendra vite indispensable pour éviter les allers-retours trop fréquents entre zones de récoltes et la ville pour vider votre inventaire. Dans ce jeu, tout à un poids et dépasser les 100% d’encombrement vous ralentira énormément et il sera utile de rapidement s’acheter un cheval (ou de l’élever si vous avez la chance de trouver la ressource de base) ou même carrément un bœuf avec de gros paniers.

Puis-je vraiment tout faire ?

Alors la réponse est oui… et non ! En théorie rien ne vous empêche de monter toutes les compétences du jeu, si ce n’est le temps nécessaire pour cela. En cliquant sur le bouton Destiny Board en bas de votre écran, vous verrez apparaître un « arbre » sur votre écran, partant du centre et s’écartant en étoile de toutes parts.

En jeu, tout est découpé en tiers. Une épée T4 sera moins puissante qu’une épée T5 qui sera elle-même moins puissante qu’une T6 et ainsi de suite. Il en va de même pour les compétences de récolte, d’artisanat ou de combat. Ainsi, ramasser beaucoup de bois T1 vous fera gagner des points de renommée dans cette compétence et vous permettra de débloquer le palier suivant pour vous attaquer au bois T2. Ce même bois T2 vous permettra, une fois que vous aurez suffisamment progressé dans la fabrication d’arc d’en faire un T2 que vous pourrez manier une fois que vous aurez assez combattu avec un T1.

Si au départ (T1/T2) vous pouvez tout monter en parallèle, vous devrez très vite vous spécialiser. L’intérêt d’appartenir à une guilde se fait rapidement sentir, chaque membre pouvant s’occuper d’un domaine particulier et se mettre au service des autres. Basique (et surtout très long), ce système ne plaira clairement pas à tout le monde et beaucoup se décourageront durant la transition T3 à T4.

Les compétences de combat disponibles sont liées à l’équipement porté. Equipez-vous d’un bouclier et vous aurez une capacité permettant de provoquer et d’interrompre un ennemi pendant qu’il incante un sort. Portez une masse et vous pourrez voler le mana de vos adversaires et soigner vos alliés, une épée pour un coup puissant et un saignement et ainsi de suite. Une seule restriction à cela, pour porter un équipement, il faut déjà s’être entraîné avec celui du tiers précédent en décimant de nombreux adversaires.

Lors de la création d’une arme ou armure, le fabricant peut choisir les sorts associés au matériel, les bottes peuvent ainsi recevoir un boost de vitesse de 100% pendant 3s, ou un boost de 50% pendant 7s ou encore un buff de résistance et anti-contrôle. Très simple, cela permet tout de même de se spécialiser dans un domaine et dire que telle pièce est faite pour les tanks alors que telle autre convient mieux aux dps. Dernière chose, plus un artisan sera compétent et plus il aura de chance de réaliser une pièce de niveau supérieur (excellent, épique, légendaire…) qui aura alors de meilleurs statistiques.

Le raffinage et la fabrication coûtant assez cher, vous devrez également affronter des humanoïdes (brigands, disciples de la Fée Morgane, morts-vivants) pour récupérer des silvers, la monnaie du jeu. Des camps sont présents un peu partout dans le monde et vous pourrez également rencontrer ces ennemis dans des donjons, des donjons élites (pour 3 à 5 personnes) ainsi que des donjons de raid (10 à 12), les meilleurs endroits pour ressortir avec les poches remplies.

Les joueurs dirigent l’économie

Mis à part dans la première ville, le jeu ne possède pas de PNJs. Une fois que vous attaquerez le T4, tous les bâtiments et les villes que vous traverserez appartiendront à des joueurs ou à des guildes. Chaque ville possède un certain nombre d’emplacements libres que l’on peut acheter (un coût d’entretien journalier est ensuite payer) pour y construire une cinquantaine de bâtiments différents (écurie, échoppe de mage…). Les joueurs qui l’utiliseront devront alors vous payer une commission.

On comprend très vite que certains lieux peuplés deviendront vite très rentables et que les guildes haut niveau se les arracheront. Il faut d’ailleurs noter que chaque ville est indépendante des autres et son hôtel des ventes par exemple, affichera uniquement les ressources en vente dans celle-ci. Aucun moyen de transport immédiat n’est possible (sauf de port en port mais le trajet coûte très cher surtout si vous êtes chargé), on sent que les développeurs veulent faire un jeu à l’ancienne où vous devrez beaucoup communiquer pour dénicher les meilleures affaires.

C’est un retour aux sources qui personnellement me plaît beaucoup. Le serveur étant unique, on peut imaginer que, comme il y a encore quelques années, certains noms sortiront du lot et tout le monde saura que pour acheter une épée T8 il faut s’adresser à tel joueur, que tel autre est spécialisé dans l’alchimie, que la guilde machin propose ses services pour vous escorter pendant que vous déplacez vos ressources d’une ville à une autre et ainsi de suite… du vrai MMO avec relations entre joueurs.

Zut, je pensais que cette zone était PVE

Pour ne pas affoler trop rapidement le joueur, les premières zones de jeu (jusqu’au T4) sont dédiées au PVE. Vous pourrez donc évoluer dans la joie et la bonne humeur aux côtés des autres joueurs sans vous demander à tout instant si l’individu qui vous regarde amoureusement le fait car il est très heureux ou s’il attend le meilleur moment pour vous planter un poignard dans le dos et s’enfuir avec vos effets personnels.

Pour commencer à ramasser des ressources T5, vous devrez vous rendre dans des zones où le PVP est possible, comprendre par là que vous pourrez activer le combat contre joueurs pour affronter tous ceux qui auront l’audace de croiser votre chemin. Votre présence sera alors signalée en rouge sur la carte et les victimes potentielles qui ne sont pas partantes pour se battre et qui n’ont pas activé ce mode auront un bonus pour vous résister. Mais soyons clairs, même avec ce buff, si un groupe de deux ou trois joueurs s’en prend à vous, vous n’aurez quasi aucune chance de vous en sortir vivant.

Vous découvrirez alors ce qui se passe en cas de mort, vous perdez tous les objets équipés ainsi que tout ce qui est dans votre inventaire (probablement récupérés par vos bourreaux qui dépouilleront entièrement votre cadavre). Un conseil, entrez en zone à risques uniquement avec du matériel que vous pouvez facilement fabriquer à nouveau !

Les dernières zones seront entièrement PVP et il ne sera plus question d’un quelconque buff pour vous protéger, quoi qu’il arrive vous pourrez attaquer à vue les autres joueurs et les sorties en groupe seront obligatoires, d’autant plus que les ressources T8 seront très convoitées.

Guilde contre guilde

Les attaques de villes et de territoires se déroulent à 5 contre 5 pour, dixit les développeurs, ne pas trop désavantager les petites guildes. Si on peut saluer l’initiative, il est évident qu’il sera beaucoup plus simple de se fabriquer à nouveau des équipements complets quand on fait partie d’une grosse guilde capable de collecter les ressources en masse que quand on est juste une poignée de personnes.

Les combats en petit comité ont l’avantage d’être très tactiques et avec les choix disponibles pour les armes (arbalète, épée, hache, masse à deux mains…), plusieurs stratégies seront possibles et il faudra de nombreux affrontements pour travailler en équipe et trouver des compositions très efficaces. On peut suivre les attaques à venir sur la carte du monde où elles sont indiquées par des flèches rouges avec les forces disponibles de chaque côté.

Une fois un territoire conquis, la guilde le possédant peut fixer la taxe qu’elle prendra pour chaque transaction effectuée dans celui-ci, autant dire que si c’est un lieu d’influence, cela peut vite devenir rentable… et très convoité ! Autre idée intéressante, capturer une ville nécessite de la force, mais également de la nourriture, car pour la conserver vous devrez nourrir ses habitants. Cela permettra donc aux joueurs moins avancés d’écouler leurs stocks de nourriture à l’hôtel des ventes.

Réellement free-to-play et comment participer ?

La précédente session d’alpha s’était déroulée l’été dernier et le contenu était bien moins important (seuls les quatre premiers tiers étaient disponibles, les joueurs ne pouvaient pas posséder d’île pour cultiver et élever des animaux…). Jusqu’au 23 février prochain se déroule la Winter Alpha, les serveurs seront ensuite coupés jusqu’à mai / juin où ils ouvriront à nouveau (après une remise à zéro des comptes et personnages) pour une autre phase d’alpha d’un mois environ que j’espère encore plus complète que celle-ci.

Il y aura une pause, puis le jeu passera vers la fin de l’été en béta fermée pour finalement sortir courant 2016 en free-to-play. Si vous souhaitez rejoindre l’aventure d’ici là, vous devez acheter un pack fondateur. 50 ou 100$ pour l’accès à l’alpha ou 30$ pour la béta. Ces packs donneront également d’autres avantages à la sortie (compte premium durant un certain temps, mais aucune information sur ce que ça comporte réellement, skins alternatifs, avatar exclusif… ainsi que des golds, la seconde monnaie du jeu). Plutôt que de payer en silvers un service, vous pouvez le faire via les golds que vous achetez contre des euros dans la boutique, ce qui peut poser problème.

Quand je disais que c’était extrêmement long de monter une compétence, c’était en partie parce que vous devrez enchaîner les donjons pour obtenir assez de silvers pour effectuer les actions souhaitées. Se passer de cette étape accélère énormément les choses et on peut avoir peur que l’économie soit rapidement dirigée non seulement par de grosses guildes, mais surtout par de grosses guildes qui auront payé pour arriver au top plus rapidement pour tout contrôler.

Il est encore bien trop tôt pour le savoir, l’équilibrage étant loin d’être fini, rien que depuis le début de l’alpha les humanoïdes donnent maintenant plus de silvers et la réparation coûte 40% moins cher qu’au départ.

Bilan sur l’alpha

Si je devais définir rapidement Albion Online, je dirais que c’est un croisement entre Ultima Online et Runescape avec une économie à la Eve Online. J’ai passé de très bonnes soirées dessus à collecter les ressources, monter mes métiers, vider les donjons et paniquer dès que je croisais un autre joueur dans les zones où le PVP est possible. Le contenu est déjà bien fourni et vous pouvez dès à présent passer des heures à jouer avec la sensation de progresser en permanence.

Je ne peux pas encore dire si le jeu sera bon. D’une part car il reste encore au moins un an de développement et que tout ou presque peut changer d’ici là et d’autre part à cause de l’aspect sandbox du titre. Comme je vous l’ai expliqué, mis à part dans les premières zones, aucun PNJ n’est présent en jeu et tout est laissé aux mains des joueurs. S’ils font n’importe quoi, l’économie peut rapidement se planter, il n’y a qu’à voir l’échec de Wakfu pour s’en convaincre.

Je tiens également à insister sur le côté ultra répétitif qui ne conviendra pas à tout le monde. Que ce soit pour la collecte, le raffinage ou encore la fabrication d’objets, le système simpliste vous obligera à répéter encore et encore la même tâche (par exemple débloquer la forge de boucliers T4 vous demandera de fabriquer une centaine de boucliers T3 ce qui est long… très long).

Il faut bien prendre en compte que le jeu est un vrai MMO dans le sens où vous devrez faire partie d’une guilde et parler avec les autres joueurs si vous souhaitez progresser, c’est un peu bête à dire mais je sais que ça s’est bien perdu ces dernières années et que ce n’est plus si évident que ça.

Enfin, les packs supporter sont plutôt chers et si vous en prenez un, il faut plus le faire en se disant que vous soutenez Sandbox Interactive (le studio indépendant allemand d’une vingtaine de personnes à l’origine du projet) que pour avoir un quelconque avantage, surtout que tout sera remis à zéro à chaque nouvelle phase de test.

Pour conclure, oui j’ai beaucoup aimé jouer à Albion Online, mais il ne s’adresse pas à tous les joueurs et encore moins à ceux possédant peu de temps de jeu malgré l’aspect cross-platform qui pourrait faire penser au contraire (cela dit farmer des ressources dans les transports en commun est séduisant). Les développeurs suivent activement le forum officiel et j’espère sincèrement qu’ils prendront en compte les retours de tous les joueurs pour proposer une alpha en mai / juin encore plus aboutie et équilibrée.

2 réflexions au sujet de “Preview – Albion Online (PC, Mac, Linux, Android, IOS)”

  1. Arf, je pensais plutôt une sortie courant 2015. Sa va être dur d’attendre le jeu en 2016. En tout cas, je préfère attendre la version finit. Qu’une autre béta free two play de plus. Ou les gens paient, pour un jeu qui ne sortira jamais finit.

    Idem que Druss, si le jeu tiens ces promesses… finit le social :p

Laisser un commentaire