Swords and Soldiers II

C’est en 2009, trois ans avant Awesomenauts, que Ronimo Games nous proposait le premier Swords and Soldiers. Depuis, le concept a été repris maintes fois sans jamais être réellement égalé. Pour ce second épisode, les développeurs ne changent pas une recette qui fonctionne : ils l’améliorent, juste.

Les vikings, encore eux !

Les braves scandinaves sont de retour dans ce second jeu, mais leurs adversaires sont différents. Les Démons et les Perses sont les deux nouvelles factions qui entrent en jeu, dans le seul but d’obtenir une lampe magique permettant d’accéder à une richesse incommensurable. Ces trois factions sont jouables dans un mode campagne linéaire mais bien conçu, ou l’on passe d’une faction à l’autre intelligemment. Mais il y a aussi un mode local et des escarmouches. Mais au fait, le concept, c’est quoi ?

A gauche : votre base, certaines fois mobile. A droite, la base ennemie. Entre les deux, une large zone horizontale. Quand vous créez une unité, elle avance droit vers la base ennemie pour affronter tout ce qu’elle rencontrera. Le but est de créer un maximum de soldats pour attaquer la base ennemie, qui en fera de même. Pour égayer les affrontements, il y a les pouvoirs : chaque faction à les siens et ils sont à activer en dépensant du mana. Ainsi, on peut soigner ses unités, foudroyer un ennemi, rugir et frapper les adversaires en un « dash » fulgurant, transformer un ennemi en mouton, téléporter une unité ou atteindre un haut niveau de mana et lancer un pouvoir massif mettant en scène un gigantesque dieu venu frapper le sol de ses météores qui ne font pas dans la dentelle.

Il faudra aussi surveiller certaines mines et y envoyer des sbires. Ces mêmes sbires pourront être envoyés sur la carte pour chercher des ressources qui popent aléatoirement, un peu comme les caisses d’armes et de soin dans l’ancestral Worms (avec le même effet de parachute). Enfin, il est possible de créer certains tours de guets à certains emplacements, nécessitant toutes un soldat pour fonctionner.

Mélangeons-les !

L’intérêt de ce second opus et ce qui est surement sa meilleure idée reste l’aspect « mélange » des factions proposées. La campagne propose les trois types de factions en une seule histoire et rapidement, il est possible de créer son « deck » d’unités (à partir de toutes celles débloqués parmi les trois factions) pour lancer les batailles avec des unités Perses, Démoniaques ou Vikings sans aucune logique scénaristique… Et c’est fun, ça fonctionne parfaitement et cela casse la linéarité des affrontements. Même chose pour les pouvoirs.

En plus de tout cela, on a les héros : la belle et imposante Olga vient frapper ses ennemis de ses coups de marteau « à la Thor » et chanter de magnifiques mélodies pour motiver les troupes. Et ce viking qui frappe tout le monde dans le niveau, à grande vitesse, on en parle ? Le fun est partout.

Mais ce qui fait la différence avec tout autre « petit jeu » du genre, ce sont les graphismes. Chez Ronimo on ne fait pas les choses à moitié et comme d’habitude, voir mieux encore, Swords & Soldiers II bénéficie d’un trait, d’un aspect 2D absolument ravissant. Véritable dessin-animé du samedi matin, en live, jouable, interactif, l’univers de Ronimo sert à merveille un gameplay somme toute très lent par moment malgré un fun procuré indéniable.

Une version WiiU interessante

Difficile de trouver des défauts à ce titre de qualité. Le gameplay est bon, le principe fonctionne, le fun est omniprésent et même la version WiiU sait être intelligemment pensée. Ainsi, il sera possible d’utiliser l’écran pour quelques raccourcis de création d’unité. Mieux encore : un mode « tactile » est disponible pour jouer sans téléviseur, juste avec le Gamepad. Le tout tactile est très utile, voir bien plus pratique que la version « de salon ». On peut donc sans mal passer de l’un à l’autre lors de certaines pauses, pour ne jamais quitter ses batailles des yeux et du doigt.

Alors oui, il n’est pas traduit en Français (pas bien utile pour le gameplay de toute façon, mais l’histoire est amusante !) et il n’y a pas de multijoueur en ligne. C’est un vrai problème. Mais Swords & Soldiers II est tellement adorable, regardez sa 2D mignonne, écoutez ses musiques travaillées ! On ne peut décemment pas le mettre de côté, si ? Ronimo Games signe de nouveau un très bon jeu et prouve tout le bien qu’on pense de ce studio. Vivement la suite !

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs

Skywilly

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.