Game of Thrones : Épisodes 5 & 6

Suite et fin de la saga Game of Thrones passée sous le spectre analytique de Telltale. Ce fut une première saison remplie de rebondissements et d’intensité tout comme de quelques passages à vide. Comment s’est-elle finalement tenue sur la longueur et surtout, que vaut-elle en fin de compte par rapport à sa grande sœur télévisuelle ? Verdict dans la suite.

Attention, spoilers possibles, allez directement à la conclusion si vous voulez être sûr de les éviter.

GOT56 (2)Episode 5 – Un Nid de Vipères

Cet épisode passe beaucoup de temps au côté d’Asher, qui semble décidément prendre une importance plus grande qu’auparavant dans cette série alternative. Comme toujours avec lui, c’est l’occasion de multiplier les bagarres et la séduction. Telltale semble avoir trouvé en lui un personnage intéressant par la dynamique qu’il apporte au récit. Et force est d’avouer que sa nature positive et très directe, ainsi que le fait qu’il ne recule devant rien, change un peu la donne par rapport au reste du casting trop souvent occupé à broyer du noir quand ils ne complotent pas.

Mira continue de son côté à jongler admirablement entre son envie de sauver sa famille et sa fidélité pour son amie et Margaery Tyrell. Sous l’impulsion de Cersei, elle s’y verra pourtant forcée à rencontrer de nouveau Tyrion pour lui tirer les vers du nez dans sa geôle. Si vous suivez la série, vous devriez savoir pour quelle raison il s’y trouve. Bien qu’il soit toujours aussi agréable d’entendre Peter Dinklage dans son rôle du Lannister le plus aimé des spectateurs, on ne pourra s’empêcher de trouver ce passage purement gratuit, comme un moyen de nous rappeler où nous sommes, faire des connections avec l’univers canon.

Du côté du domaine des Forrester, c’est la découverte du traître et de son sort qui aura son importance. On sent que la fin approche puisque les derniers points encore noirs de l’intrigue s’éclaircissent. Si ce n’est ce foutu North Grove. De son côté, Gared ne fait pas grand-chose pour stimuler notre curiosité vis à vis de cette étrangeté dont on ne sait finalement rien. Tout juste est-on introduit à un nouveau personnage dans le froid glacial de ce nord au-delà du mur.

Finalement, cet épisode aura vu pas mal d’action au détriment de l’avancement de l’intrigue si ce n’est sur quelques points bien précis. Il reste néanmoins très intéressant et nous prépare pour le sixième et dernier d’entre eux, qui d’après sa propre conclusion, devrait s’annoncer sanglant.

GOT56 (3)Episode 6 – Le Dragon de Glace

Nul n’est besoin de s’étendre trop longuement sur ce dernier épisode. Une multitude de choix difficiles vont s’y succéder à vous en faire tourner la tête, puisque de toute évidence, Telltale veut que vous décidiez du sort de chacun des derniers membres encore vivant de la famille Forrester.

Le libre arbitre y reste malgré tous leurs efforts illusoire, étant donné que tout le long de cette aventure, aucune de nos décisions n’influenceront le sort des têtes d’affiche de la série télévisée. Il faut le garder en tête, cette première saison sur le destin de la famille Forrester reste une intrigue sur « le côté » par rapport à celle jugée plus importante de l’œuvre originale. Elle ne pourra par conséquent pas trop s’en écarter.

La fin elle-même n’apporte de toute façon pas de réelle satisfaction. Cet ultime épisode reste riche en moments forts. Il y a aussi beaucoup d’action et de sang versé. Beaucoup de fureur et de haine. Malheureusement, ce final est trop peu satisfaisant, car d’un côté notre vengeance – enfin je veux dire – celle des Forrester, n’y est pas absolue. De l’autre, pour les survivants, rien n’est certain Telltale nous offrant un final très ouvert préparant inévitablement le terrain pour une seconde saison. Un peu décevant après tant de souffrance et de frustrations partagées avec cette noble famille du Nord. Et compréhensible également.

ss_7d3c6a661d1c1a03d2d25fb38fca3ace11c22b9e.1920x1080Conclusion finale

Ce Game of Thrones vu par Telltale aura su se maintenir cohérent avec l’univers d’où il tire son sel. Il y aura eu des hauts et parfois des bas, notamment à cause de moments creux dans son intrigue qui aura eu trop souvent tendance à se rallonger inutilement. Ce qui peut aussi jouer en sa défaveur, c’est toute comparaison immédiate avec la série télévisée ou les livres. Le doublage réussi n’y est pourtant pas à mettre en cause. La mise en scène tient aussi parfaitement la route. Les soucis de rythme cités plus haut ne posent pas non plus de problème.

Par contre, sa réalisation datée en est un. Le rendu peinture des graphismes est sympathique, mais ça s’arrête là. Je comprends la volonté de Telltale de vouloir faire en sorte que son jeu soit accessible au plus grand nombre. Il est nécessaire que cela puisse tourner sur tablette puisqu’une grosse partie du public pour ce genre de jeu se tourne de plus en plus vers ces engins. Ce qui est d’ailleurs mon cas. Malheureusement, le jeu de Telltale souffre de graphismes parfois, voire souvent, moyens.

La direction artistique tient le coup, mais le rendu encore trop bande-dessinée des personnages ne marche pas aussi bien avec Game of Thrones qu’avec Borderlands ou The Walking Dead, qui était un comics à la base s’il fallait le rappeler. Les animations souvent rigides et manquant de naturel n’aideront pas non plus. De ce fait, le côté mature et sombre du petit monde du Trône de Fer est atténué dans ses moments les plus durs par une technique inadaptée.

En dehors de ma volonté de voir enfin Telltale faire un effort de ce côté plutôt que de se reposer sur ses lauriers, dans le genre de l’expérience narrative et interactive (puisque ce ne sont plus vraiment des point and click), ils sont parmi les meilleurs du genre. Il y a toujours cette illusion du choix qui persiste, et pourtant, ils ont le chic pour vous donner envie de poursuivre l’aventure. Je dois avouer, par mon attachement à certains personnages, la cruauté du monde de Westeros aura rendu certains épisodes particulièrement difficiles à terminer.

Game of Thrones – A Telltale Games Series souffre d’imperfections techniques qui l’empêche à mon sens d’atteindre le Saint Graal de l’émotion interactive. Le doublage y est par contraste excellent. Les quelques longueurs inutiles de l’intrigue ne l’empêchent pas pour autant de nous livrer une histoire pleine de rebondissements et très prenante. Il y a cependant un hic et de taille. Il me semble difficile d’y adhérer complètement sans être un amateur de la série télévisée, puisque l’histoire des Forrester s’y raconte en parallèle faisant intervenir certains de ses acteurs principaux. Mais si vous êtes fan, il n’y a pas de raison de vous refuser ce voyage tout en sachant qu’il faudra attendre une très probable saison deux avant d’en espérer une fin réellement cathartique.

Vasquaal

On dit de lui qu'il jouerait sur un clavier sans pavé numérique. De l'Apple IIe au pc survitaminé en gigahertz, il subtiliserait tel un ninja numérique le loot de ses potes dans les jeux en ligne pour mieux s'enorgueillir d'un "Muhahahaha". Certains disent même qu'il va se tatouer un jour "Aladin Snes is the best" sur la fesse gauche. D'autres disent simplement qu'il est fou.

Vasquaal

Vasquaal

On dit de lui qu'il jouerait sur un clavier sans pavé numérique. De l'Apple IIe au pc survitaminé en gigahertz, il subtiliserait tel un ninja numérique le loot de ses potes dans les jeux en ligne pour mieux s'enorgueillir d'un "Muhahahaha". Certains disent même qu'il va se tatouer un jour "Aladin Snes is the best" sur la fesse gauche. D'autres disent simplement qu'il est fou.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.