Runner 3

Runner 3

Le studio Gaijin Game, responsable de la série de jeux BIT.TRIP, n’est plus. Depuis 2014, le studio s’est renommé Choice Provisions et a sortit plusieurs titres en dehors de la saga BIT.TRIP tel que Woah Dave! ou encore Tharsis. BIT.TRIP.RUNNER et Runner 2 ayant eu beaucoup de succès, Choice Provisions revient à la charge avec un Runner 3 très attendu par les fans.



It’s-a-me Commander Video !

Une précédente interview de Dant Rambo nous promettait que Runner 3 allait offrir de belles surprises et un retour de Charles Martinet (le doubleur de Mario) à la voix-off. Runner 3 propose effectivement pas mal de nouveautés, tout en se reposant beaucoup sur les acquis du deuxième épisode. Mais pour les néophytes, c’est quoi Runner au juste ? Comme son nom l’indique, vous contrôlez un personnage (Commander Video ou Commandgirl Video pour commencer) qui court, et doit éviter des obstacles à travers différents niveaux. La musique est primordiale dans le jeu : la bande son se déroule naturellement et chaque obstacle évité, objet ou bonus ramassé, fait un petit son qui s’intègre dans la musique et ajoute un rythme qui varie alors à chaque niveau.

On retrouve ainsi beaucoup de choses empruntées à son prédécesseur Runner 2, notamment dans le gameplay, les checkpoints dans les niveaux, et les bonus à collecter pour débloquer d’autres niveaux spéciaux. Mais il y a également d’autres surprises à découvrir, comme les véhicules ou encore un double-saut. Sans être forcément destiné aux hardcore gamers, Runner est tout de même connu pour sa difficulté qui demande beaucoup de réflexes. Cette difficulté est très modulable dans Runner 3, qui ne propose pas plusieurs niveaux de difficultés, mais plusieurs chemins à prendre pour se faire plus ou moins du mal. Ainsi, si on souhaite finir “l’histoire” sans collecter les objets et sans finir les niveaux à part, cela reste accessible au commun des mortels.



Uncanny Runner

Cependant, Runner 3 est sans doute le titre le plus frustrant de la série. A plusieurs reprises, on se retrouve dans des situation où il est impossible d’anticiper un obstacle, et à moins d’avoir eu la chance de deviner ce qui allait suivre, c’est la mort assuré et il faudra apprendre par cœur l’enchaînement de mouvement à faire pour passer une partie du niveau. Cela reste assez rare, mais terriblement rageant et injuste. On retrouve cela, forcément, dans les niveaux “impossibles” qui sont à débloquer en récoltant un maximum d’or. Ces niveaux sont réservés aux hardcores gamers ou ceux qui aiment se faire du mal. Ils rappellent énormément l’ambiance du premier BIT.TRIP.RUNNER, ce qui n’est pas le cas du reste du jeu.

En effet, la directions artistique de Runner 3 est légèrement différente de celle du 2. Les personnages et certains éléments de décors sont souvent dérangeants, ce qui ajoute au jeu une ambiance oppressante qui n’est clairement pas la bienvenue. Aussi, le jeu propose 3 environnements différents et si le premier monde est assez coloré, les deux autres sont plutôt sombres et fermés. On est alors loin du sentiment de fraîcheur qu’apportait Runner 2. Les musiques quant à elles, sont assez peu nombreuse mais de qualité pour la plupart. De plus, avec les sons émis par les obstacles/objets, on retrouve des rythmes bien sympathiques.



*BIP* Trip

Beaucoup de choses sont à découvrir dans Runner 3. J’ai déjà mentionné les niveaux difficiles, mais il existe également des mondes rétro qui cette fois ne proposent pas un runner, mais un jeu de plate-forme en 2D magnifique (si on ne regarde pas la tronche des ennemis qui est en accord avec le reste du jeu). Dans ce mode, il faut collecter des pièces, qui sont utilisables pour débloquer des costumes, capes et autres accessoires pour les personnages. Les gemmes collectées dans les parcours alternatifs des niveaux de bases servent également à acheter ces objets. Des quêtes pour débloquer des personnages jouables et d’autres surprises sont également au rendez-vous. Il faut être très attentif aux parcours pour trouver les objets cachés qui permettent de déverrouiller tout cela.

Si on ne prend en compte que les niveaux basiques et les parcours simples, le jeu est assez court et avec un peu de skill, il peut se terminer en moins de 5 heures. Cependant, si on cherche vraiment à tout avoir et découvrir tout ce que Runner 3 à a offrir, on peut attendre la dizaine d’heures, voir plus si on cherche vraiment à se la péter dans le tableau des scores.


Runner 3 est légèrement décevant par rapport à ce qu’on pouvait attendre. Malgré tout son contenu, il est difficile d’accrocher à la direction artistique et facile de balancer la manette à travers l’écran quand viennent les moments les plus frustrants. Cependant, il reste un Runner de qualité et on sent réellement que Choice Provisions a voulu apporter tout ce qu’ils pouvaient aux fans.

Laisser un commentaire