Uncharted: Journal d’un explorateur

Third Editions continue cas d’explorer en profondeur le jeu vidéo, de ceux devenus cultes et par bien souvent acclamés pour leurs multiples qualités. Avec Uncharted pour autant, Nicolas Deneschau et Bruno Provezza ne vont pas seulement aborder une des sagas les plus importantes de ces dernières années, mais également son étrange corrélation avec les bouleversements qu’elle aura provoqué au sein du studio qui l’aura vu naître.


Avant-propos

L’avant-propose résume assez bien l’angle que vont prendre Deneschau et Provezza avec ce livre. Un angle qui se voudra plus proche de l’humain. Car derrière son apparence de blockbuster d’aventure, la série des Uncharted s’est peu à peu dessiné comme le parcours d’un homme que nous avons pu voir grandir à mesure de la sortie de chaque nouvel épisode, Nathan Drake ayant tiré sa révérence avec le quatrième épisode officiel A Thief’s End.

Mais avant de commencer à nous parler de Nathan, les auteurs vont avant tout commencer par s’étendre sur l’évolution d’un studio et des événements marquants l’ayant amené là où il se trouve aujourd’hui. Un récit amené à notre hauteur, Deneschau et Provezza s’étant attardé à rendre leur écriture la plus naturelle au possible en se focalisant sur les personnes qui ont fait de Naughty Dog plutôt que sur les jeux eux-mêmes. L’occasion de se rendre compte que le studio américain était avant tout l’affaire de technicien, de programmeurs de talent capables de pousser dans leurs retranchements les consoles de Sony ce qui poussera se dernier à les racheter par la suite.

Un défi technique qui n’a eu de cesse de se renouveler au point d’être devenu presque commun. Juste avant que l’artistique ne prenne le pas sur la technique ? Quoiqu’il en soit, dans les lignes de ce livre, il est alors possible de comprendre à quel point le visage de Naughty Dog changea régulièrement au gré des nombreux départs de ses têtes les plus importantes. Un renouvellement des effectifs qui explique pourquoi le studio est passé de Crash Bandicoot à Jax & Daxter avant d’arriver à Uncharted.


Territoires inexplorés

Ce n’est qu’à partir du chapitre cinq sur sept au total, avant la conclusion, qu’on peut enfin attaquer les jeux, prouvant au passage l’importance accordée à l’histoire de Naughty Dog. Ce cinquième chapitre reste pourtant orienté vers les à côtés de la série, comme par exemple les spin-off Golden Abyss ou encore The Lost Legacy. Rien n’a donc été laissé au hasard même si ce chapitre se survolera plus rapidement le lecteur n’ayant peut-être plus envie d’attendre le gros du dossier.

Un seul chapitre – le sixième – a été consacré à l’exploration des mythologies et des histoires ayant enrichis la totalité de l’univers Uncharted, jeux comme livres. Mais ne vous méprenez pas, celui-ci compte une bonne centaine de pages et plus sur un livre qui compte un peu plus du double. Un chapitre par conséquent bien gras qui va se concentrer sur les thématiques et les influences historiques de la saga. Il est entièrement dédié aux scénarios de chaque épisode laissant le décryptage du gameplay et des concepts narratifs de la série au septième et dernier chapitre.

C’est alors avec le septième qu’il faudra compter pour vous expliquer la philosophie intrinsèque des Uncharted, abordé au travers des points de vue des auteurs. L’analyse est par conséquent plus personnelle et rentre un peu plus dans le vif du sujet, c’est à dire les Uncharted comme des jeux d’action avec un aspect narratif très prononcé. Et cela que ce chapitre va explorer, des premiers pas balbutiants à son ultime épisode, en passant par les expérimentations ayant marqué les différentes mutations de leur gameplay.


Uncharted: Journal d’un explorateur n’est pas seulement le livre d’un héros de jeu vidéo mais d’une saga qui aura marqué l’horizon vidéo-ludique à sa manière, tout en ne manquant de nous introduire en long et en large à l’évolution de Naughty Dog en tant que studio. Le style est simple et facilite la lecture la rendant parfois digne d’un roman tant la vie de ce studio aura été pleine de rebondissements. Une lecture passionnante riche d’anecdotes qui ne plaira pas seulement aux amoureux des Uncharted mais tout simplement à celles et ceux intéressés par le processus créatif dans le jeu vidéo.

Vasquaal

On dit de lui qu'il jouerait sur un clavier sans pavé numérique. De l'Apple IIe au pc survitaminé en gigahertz, il subtiliserait tel un ninja numérique le loot de ses potes dans les jeux en ligne pour mieux s'enorgueillir d'un "Muhahahaha". Certains disent même qu'il va se tatouer un jour "Aladin Snes is the best" sur la fesse gauche. D'autres disent simplement qu'il est fou.

Vasquaal

Vasquaal

On dit de lui qu'il jouerait sur un clavier sans pavé numérique. De l'Apple IIe au pc survitaminé en gigahertz, il subtiliserait tel un ninja numérique le loot de ses potes dans les jeux en ligne pour mieux s'enorgueillir d'un "Muhahahaha". Certains disent même qu'il va se tatouer un jour "Aladin Snes is the best" sur la fesse gauche. D'autres disent simplement qu'il est fou.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.