Rapide Critique

The Solitaire Conspiracy

Développeur/Éditeur : Bithell Games
Date de Sortie : 06 octobre 2020 – Prix : 9,99 €

Devenu cĂ©lèbre dans le milieu du jeu indĂ©pendant avec Thomas Was Alone, Mike Bithell n’a pas chĂ´mĂ© durant toutes ces dernières annĂ©es. Entre Quarantine et Subsurface Circular qui donnaient de la profondeur Ă  des robots venus d’ailleurs, Volume qui jouait les Metal Gear Solid d’un autre temps ou encore John Wick Hex, sa dernière crĂ©ation en date, qui Ă©tait une simulation tactique de ballet violent n’ayant pas fait l’unanimitĂ©, l’auteur ne s’est jamais arrĂŞtĂ©. Il nous revient une fois de plus en forme avec une toute nouvelle Ĺ“uvre, annoncĂ©e dès son titre comme un « court jeu » : The Solitaire Conspiracy.

Reprenant toutes les idées du Solitaire, ce jeu auquel vous avez déjà forcément joué avec de vraies cartes ou tout simplement sur le bureau de votre ordinateur, au travail, si tant est que vous ne soyez pas né avec un smartphone entre les mains (nous sommes vieux, faisons-nous à cette idée), The Solitaire Conspiracy transforme l’idée de base et la place au sein même d’une petite épopée d’une heure bien scénarisée où un duo d’acteurs entièrement filmés en FMV (composé de Inel Tomlinson et surtout de Greg Miller, que les amateurs de jeu vidéo connaissent très bien sur Youtube) vont vous demander de mener à bien des missions. Chaque mission vous rapporte des points d’expérience et chaque niveau vous débloque une nouvelle couleur d’interface et surtout, la suite de ce scénario d’espionnage plutôt malin.

Vos cartes appartiennent à des decks, chaque deck étant un groupe d’espions en particulier. Et comme au Solitaire classique, vous allez devoir replacer vos cartes de l’As jusqu’au Roi pour chaque deck. Oubliez les carreaux, trèfles, cœurs et piques habituels et imaginez que vous avez le droit à des couleurs d’espions : voilà, vous avez compris, il vous faut retrouver vos quatre familles le plus vite possible en ne pouvant qu’ajouter les cartes se trouvant au-dessus de chaque tas situé autour de votre aire de jeu. Il faut alors bouger et transférer vos cartes d’un tas à l’autre pour débloquer le chiffre qu’il vous faut et ainsi de suite, jusqu’à ce que vos quatre decks soit reconstruits.

Chaque deck définit un type d’espion et chaque espion a son pouvoir : si vous validez l’As et donc, commencez la suite d’un deck, alors les cartes Valet/Dame/Roi de ce deck auront un pouvoir activé qui s’enclenchera dès l’utilisation de ces cartes sur un des tas du jeu. Certaines cartes placent la plus petite valeur au-dessus, d’autres mélangent votre jeu, etc. En toute honnêteté, et c’est l’un des premiers défauts du jeu, ces pouvoirs ne sont pas bien utiles ni agréables à utiliser. On termine très bien le jeu sans et ils apparaissent plus souvent comme des handicaps que de vraies solutions.

PortĂ© par des musiques de grande qualitĂ© Ă©pique, composĂ©es par Jon Everist (Shadowrun, Battletech…) qui propose une introduction sublime, le jeu de Mike Bithell pèche finalement par une simplicitĂ© Ă©vidente de sa campagne solo. S’en suit une MĂ©lĂ©e (juste des « escarmouches » de parties) et un mode en temps limitĂ© qui vous demandera d’enchaĂ®ner les parties jusqu’à ne plus avoir de temps. Chaque validation de cartes vous ajoute quelques prĂ©cieuses secondes et vous devrez alors tenir le plus longtemps possible pour pouvoir vous afficher fièrement dans les classements mondiaux.

Passionnant pendant l’heure scénarisée qu’il propose, The Solitaire Conspiracy ne donnera aucun fil à retordre à quiconque connait déjà les règles du Solitaire. Néanmoins, il propose une revisite très stylée et intelligente du concept de base en plus d’être servi par une direction artistique remarquable. C’est ce bon petit jeu de dimanche après-midi, comme l’original finalement, mais avec un twist très agréable sous forme de petit scénar « qui fait réfléchir ».

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Skywilly

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs

Laisser un commentaire