Critique VR

Arizona Sunshine

Développeur / Éditeur :  Vertigo Games – Date de Sortie : 06 décembre 2016 – Prix : 39,99 €

Lire la vidéo
Attention à la Cinétose ! Surtout en mode de déplacement libre.
Tout de même un peu angoissant pour les plus fragiles

Je vous parle d’un temps que les possesseurs de casque VR ne sont pas forcément en capacité de connaitre : 2016, la VR n’est nulle part, l’Oculus Quest n’existe pas, le casque de Steam n’est qu’à l’état de croquis et pourtant, la société Vertigo Games débarque en fanfare avec un jeu qui sera l’un des plus populaires représentant des jeux de tirs en réalité virtuelle : Arizona Sunshine.

Vertigo Games a commencé sur ce faux Uncharted en trois jeux qu’est Adam’s Venture (et si vous suivez Game Side Story depuis le début vous venez d’avoir un vrai flash de rappel qui ne vous rajeunit pas). Depuis, ils se sont trouvé une réelle passion pour la VR. Arizona Sunshine est arrivé au bon moment, en 2016, là où tout a vraiment commencé pour une VR à laquelle personne ne croyait.

Nous voilâmes donc dans Arizona Sunshine qui, c’était obligatoire, est aussi sorti sur Oculus Quest. À noter que les images de gameplay affichées ici proviennent du premier casque Quest, mais que le jeu est plus beau et plus net sur le second.

Parce que clairement, si vous comparez cela à la version PC, la version Oculus Quest, que ce soit le premier ou le second casque, fait un peu de peine : beaucoup moins détaillée, aux textures bien moins fines, elle met aussi en avant pas mal de bugs de collision qui cassent l’immersion. Voir des zombies étendre leurs bras contagieux à travers les portes fermées du niveau n’est pas des plus réalistes.

Malgré ce gros défaut de downgrade dû à la puissance embarquée de l’Oculus Quest, Arizona Sunshine se joue tout de même très bien et avec plusieurs options de confort à valider dans les options. Si dans cette vidéo, vous me voyez jouer en mode téléportation pour avancer, un moyen de locomotion fluide et réaliste utilisant les sticks est aussi de la partie. Par contre, coté cinétose, il va falloir vous méfier avec ce mode. En téléportation, au moins, tout va bien.

Arizona Sunshine débarque sur Oculus Quest après toute la concurrence, ce qui en fait un « vieux jeu » pour un regard de connaisseur. Plusieurs choses jurent dans ce titre face à d’autres jeux plus connus. Par exemple, il y a très peu d’objets avec lesquels interagir. Les décors sont très fixes, n’évoluent pas vraiment et aucune mise en scène ne vient réellement dynamiser le tout, si ce n’est quelques très rares scènes de transition.

Arizona Sunshine c’est l’histoire d’un type qui va devoir parvenir à rejoindre un signal radio qui lui promet d’être sauvé de cette invasion zombie qui l’entoure. Pour cela, vous allez devoir porter jusqu’à quatre armes : deux dans vos mains, et deux dans vos poches, que vous rechargerez avec toutes les munitions que vous pourrez trouver sur le chemin. Ce sera clairement le nerf de la guerre et un petit côté Survival sera de la partie lors des grandes hordes qui vous foncent dessus puisque souvent, si vous n’avez plus de munitions et bah… C’est foutu pour vous.

Assumant pleinement ce côté parfois injuste, Arizona Sunshine propose un arsenal pas très varié mais convaincant, avec des pistolets et revolvers accompagnés d’un shotgun salvateur et de mitraillettes bien utiles pour faire le ménage. Il suffit d’appuyer sur un bouton pour éjecter le chargeur vide et de venir coller ensuite l’arme sur votre torse pour la voir se recharger. Rapide et pratique, mais pas très réaliste !

On notera aussi une version française absolument claquée au sol, dont je vous ai fait un petit condensé rigolo. En vrai, cela donne un cachet nanar au jeu qui n’est pas forcément déplaisant.

Enfin, il faut le préciser parce que c’est le cœur communautaire du jeu : il y a du multijoueur. Cela se joue en hordes d’ennemis dans de petites zones et des DLC sont déjà sortis pour accueillir quelques nouvelles cartes. Il y a toujours au moins une partie de disponible dans Arizona Sunshine ce qui prouve à quel point ce jeu reste populaire malgré tout.

Arizona Sunshine c’est un peu la base du jeu de tir de zombie en VR et il a déjà bien vieilli. Des jeux comme Half Life : Alyx ou the Walking Dead le surpassent de loin, mais impossible de nier que sans Arizona Sunshine, ces jeux n’auraient peut-être pas existé si vite, en tous les cas de façon si aboutie. Il faut des projets pour faire évoluer une technologie et si Arizona Sunshine n’apporte pas vraiment grand-chose de nos jours en termes de gameplay pur, il a posé les bases et les a popularisées auprès des joueurs de réalité virtuelle. Et pour ça honnêtement, on ne peut que lui dire merci. Mais par contre, pas sûr que ce soit bien intelligent de se le procurer maintenant avant d’avoir regardé ce qui était sorti plus récemment. Surtout pour son prix, élevé à 40 €, qui ne se justifie clairement pas face à la concurrence.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Skywilly

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs

Laisser un commentaire