Rapide Critique

Toasterball

Nyam Hazz
Publié le 16 mai 2023

Développeur

Les Crafteurs

Éditeur

Les Crafteurs

Date de Sortie

3 mai 2023

Prix de lancement

9,99 €

Testé sur

PC

Après des débuts sur itch.io et une campagne Kickstarter, Toasterball s’est lancé sur Steam en  accès anticipé en janvier 2020. Il vient d’en sortir le 3 mai 2023. Il s’agit là d’un jeu signé Les Crafteurs, un petit studio indépendant lillois composé de quatre potes s’étant donné comme mission de  « transformer leurs idées absurdes en expériences de jeu destinées à vous faire passer un bon moment ».  Et proposer un jeu de sport multijoueur où l’on incarne des grille-pains s’inscrit clairement dans cette optique.

Le principe est simple : un but de chaque côté où il faut faire rentrer une balle en utilisant les grille-pains que nous sommes, ou les tartines que l’on y insère et que l’on peut éjecter plus ou moins haut, et être le premier à atteindre les 5 points. Le titre s’appuie bien entendu sur un moteur physique prenant en compte les rebonds du ballon, que ce soit sur les toasters, les tranches de pain de mie, mais aussi le sol et les murs, ainsi que tous ces éléments les uns avec les autres. Suivant le temps de pression sur l’un ou les deux boutons du toaster, on peut le faire rebondir ou projeter nos projectiles de boulangerie plus ou moins haut et plus ou moins cramés, tout comme effectuer des saltos, se redresser ou avancer, voire faire un double saut.

Les tartines qui ne retombent pas dans les fentes dédiées peuvent être réinsérées lorsque l’on se trouve à côté, mais il n’y en a pas toujours, il faut parfois s’en passer. D’autres fois, par contre, elles peuvent arriver à profusion. Le jeu offre en effet de très nombreuses variantes, changeant aléatoirement après chaque but : sol mouvant ou destructible, lave, balle invisible ou explosive, bouton à atteindre pour ouvrir le portail fermant les buts, lasers destructeurs, antigravité, dalles à ressort, patinoire, sol électrifié, double balle, basket ball, portails façon Portal… et même une version de Pong en 2D plus ou moins monochrome. Il y a en tout 24 options auxquelles on peut jouer sur 5 cartes différentes avec 14 grille-pains disposant chacun de son propre look, casier d’athlète et lore (futile, certes, mais saluons la proposition), et il est possible de déterminer ses propres conditions de jeu, y compris le nombre de points gagnants ou les points de vie des portes de buts et des grille-pains.

Contrairement à l’accès anticipé, la version finale permet désormais de jouer en solo grâce à l’introduction d’une IA. Toasterball reste un jeu multijoueur par essence, mais si vous souhaitez vous amuser seul, ou simplement vous entraîner, c’est maintenant possible, que ce soit en 1v1, 2v2, ou même 1v2 ou 2v1. Cela peut également être utile pour compléter des équipes s’il vous manque des joueurs. C’est en effet typiquement un soft qui se joue entre amis, à l’apéro. Et pour seulement 9,99€, il fait plutôt bien le taf et permet de passer un agréable moment ensemble. On regrette par contre qu’un mode en ligne ne soit pas disponible, avec pourquoi pas un classement des joueurs et des tournois dignes de ce nom, mais ce sera sans doute pour une prochaine étape, du moins espérons-le. En attendant, il faudra se contenter du mode avec deux joueurs se partageant le clavier (4 touches suffisent, surtout 2) et deux autres avec des manettes, chacun remplaçable, donc, par une IA.

Et pour l’emporter, toutes les solutions sont bonnes, à vous de faire preuve de créativité en combinant les actions. Attention tout de même aux rebonds pouvant se retourner contre vous en vous faisant marquer contre votre camp, ainsi qu’à ne pas exploser en tombant à cours de points de vie. Nous sommes ici dans la catégorie de ces jeux plus que simples à comprendre, mais pas si évidents à maîtriser vraiment. Avec Toasterball, Les Crafteurs nous livre en tout cas un jeu original, entièrement disponible dans notre bonne vieille langue (c’est un minimum pour un studio français, mais ce n’est pas toujours le cas), avec des graphismes certes simples, mais à la direction artistique réussie et avec un sound design efficace. Il ne se prend jamais au sérieux et sait faire preuve d’humour. Vous n’y passerez peut-être pas des nuits entières dessus, mais vous apprécierez de le ressortir régulièrement, surtout lorsque d’autres aficionados vous rendront visite. Et c’est déjà beaucoup.

Dordogne
Dordogne

Vive les vacances

The Foglands
The Foglands

Un peu trop dans le brouillard

1 réflexion au sujet de « Toasterball »

Laisser un commentaire