Chasing Aurora

Chasing Aurora

De toute la gamme de jeux à télécharger disponible au lancement de la nouvelle console de Nintendo, Chasing Aurora est sans aucun doute le moins connu du lot. Cette histoire d’oiseaux se faisant la chasse en solo ou multijoueurs saura t’elle faire la joie des petits et des grands ?

Sur un air de Woody Woodpecker…
Au style visuel très dépouillé, mettant davantage en avant ses atmosphères et ses couleurs plutôt que son moteur graphique et des effets lumineux assez discrets, Chasing Aurora joue la carte de l’artistique au premier abord. On est joliment accueilli, malgré des chargements bien lents. Tout cela, c’est néanmoins pour camoufler un jeu clairement pas étoffé.
Un mode Solo est tout d’abord présent, idéal pour découvrir le principe du jeu. Que ce soit sur l’écran du Gamepad ou sur votre téléviseur, vous contrôlez un oiseau devant suivre un chemin, comme dans une course, tout en collectant un maximum de points de passage. Plus ils les enchaînent et plus il gagne du temps. Le but du jeu est alors de tenir le plus longtemps en réussissant le circuit le plus de fois possible dans le temps imparti et regagné. Du pur scoring, bête et méchant.
L’idée est sympathique, malgré le manque de niveaux variés. On peut proposer son score en ligne, ce qui dynamise les parties et donne envie d’affronter les autres joueurs. Dommage que le jeu soit vendu aussi cher pour ce qu’il “est”, limitant le nombre de curieux et donc, fatalement, le nombre de défis disponibles sur la toile.
Du multijoueur pour le sauver ?
On pourrait oublier ce titre, dire qu’il est totalement raté, mais non seulement ce serait assez honteux (surtout que visuellement, il est très sympathique) mais ce serait aussi oublier son mode multijoueur. Divisé en plusieurs modes assez banals, tels que le jeu du chat et des souris (remplacez le chat par un oiseau capable de geler ses adversaires), de la chasse à l’objet et autres classiques, le jeu à plusieurs n’est pas incroyable d’intérêt, mais permet au moins un peu de rejouabilité.
Qu’on soit clair : le principe est amusant, les commandes répondent au doigt et à l’oeil, la physique est intéressante avec cette possibilité de piquer vers le bas de l’écran pour prendre de la vitesse, mais Chasing Aurora est tout simplement beaucoup trop simpliste pour se permettre d’être vendu à un tel prix sur une console qui vient tout juste de sortir. Sur iOS, par exemple, Chasing Aurora y trouverait tout son intérêt. Mais en l’état, il fait surtout office de petite déception vite oubliée ce qui est réellement dommage pour les talents qui en ont signé l’atmosphère.

Laisser un commentaire