From Pulse

Le Runner musical, on connait déjà. Mais quand Pixel Molotov s’y met avec plein de charmes dans ses images de teasing, tout de suite, on est plus confiant. Néanmoins, on pensait tout de même que l’aventure durerait plus de vingt minutes…

Une histoire de rythme

Après vous avoir raconté l’histoire d’une race extraterrestre guidée par la musique, attaquée par d’étranges ennemis qui poussent notre héros à traverser l’espace-temps pour sauver son monde, From Pulse nous place à droite de l’écran avec un scrolling horizontal partant vers la gauche. Le but est alors de traverser des stages tous inspirés d’époques particulières, tout en effectuant les bonnes actions au bon moment. Il y a quatre actions : petit saut (vert), grand saut (jaune), rapetisser (bleu) ou grossir (rouge). Chaque action est évidemment liée à un bouton de la manette, essentiellement celle de la Xbox 360 qui est la plus “compatible” avec le jeu sur PC.

Des indicateurs apparaissent alors à l’écran, avec des vibrations méchamment fortes dans la manette, pour vous dire quand effectuer vos actions. On ne fait alors qu’appuyer sur des boutons en rythme, avec plus ou moins de facilité selon le placement des obstacles et leur rapprochement. Un concept simple, déjà vu, mais qui est ici plutôt efficace. Le seul problème, c’est que le jeu est extrêmement court. Du jamais vu auparavant pour un jeu “payant” (même s’il ne coute qu’un petit euro).

Enfin, plutôt une nouvelle…

Pourquoi une telle durée de vie rachitique ? Le jeu a des défauts, c’est vrai : certaines caméras se placent au mauvais endroit par moment, nous forçant à rater un saut quand on ne connait pas le niveau par coeur (je pense au niveau pirate, ou la caméra a clairement pris trop de grog). Mais on aurait sans aucun doute fait l’impasse sur ces petits bugs si le jeu avait un contenu intéressant. En l’état, il ne propose donc que quatre petits niveaux qui mettent en place un scénario cisaillé vers la fin, avec un “To Be Continued” vraiment énervant pour si peu de minutes de jeu.

Si vous finissez une fois le scénario, vous débloquez un mode New Game +. Celui-ci vous demande juste d’augmenter la vitesse de jeu, rendant plus diffcile les actions à effectuer en rythme. Mais le tout casse les musiques, plutôt sympathiques en vitesses normales et que vous pourrez d’ailleurs débloquer avec de bonnes parties à chaque stage, via un QR Code à valider avec votre smartphone. En New Game + vous débloquez les références utilisées pour les passages de scénario, bien écrit et allant du Petit Prince à Indiana Jones avec pas mal de classe. Le seul problème c’est qu’encore une fois, on en fait vraiment trop vite le tour.

Une telle débâcle, c’est incompréhensible. Le jeu est bon, amusant, prenant, a de gros défauts, mais reste efficace. Le scénario promet d’être touffu, intéressant et finalement, on vous casse tout. On vous propose une petite démo d’un jeu qui n’existera peut-être jamais et qui avait tout d’un grand. Messieurs les développeurs, pourquoi vous êtes-vous si précipités ? Quel gâchis !

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs

Skywilly

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.