Monochroma

Limbo, le jeu de la hype, surprenant et beau à la fois, osé aussi. Voila quel est la principale inspiration des développeurs de ce Monochroma (avec Brothers) qui rajouter du rouge au noir et blanc du jeu original, pour raconter lui aussi une curieuse histoire avec un enfant en son centre…
[singlepic id=42512 w=320 h=240 float=right]

Incompréhensible scénario

Votre frêre joue avec son cerf-volant quand soudain, il tombe et se blesse. Vous devez alors le porter jusqu’à un certain point en traversant quatre gigantesques niveaux pendant six ou sept heures de jeu, sans jamais avoir de véritable but à atteindre. Qui êtes-vous ? Que faites-vous là ? Quel est ce monde ? Pourquoi est-il jonché de gens qui veulent votre mort ? Absolument rien n’est expliqué et le jeu n’a ni queue ni tête, toutes les situations n’étant bonnes qu’à vous proposer des phases de plateformes et de puzzle à la suite.
On peut sauter, pousser des caisses, porter son frère blessé et le poser dans les zones éclairées. Il faut alors grimper sur les rebords (sachant que les sauts sont forcément moins hauts lorsque vous portez votre protégé), sauter sur des chaînes ou des cordes, grimper à des échelles et tenter de comprendre un level-design qui propose le meilleur comme le pire. On enchaîne rapidement de grands moments intelligents en termes de réflexion, à des phases complètement à coté de la plaque et ou leur résolution se fait souvent au hasard, avec de la chance ou en faisant avec les bugs qui apparaissent en plein jeu. Car oui, Monochroma est jonché de bugs.
[singlepic id=42508 w=320 h=240 float=left]

Ennuyante progression

Sauts qui ne finissent par correctement leur course, rebords auquel le personnage ne veut soudainement plus agripper, problème de collision… Les pires bugs du genre viennent maudire la partie et pour un tel jeu, vraiment, c’est infernal. Le problème c’est qu’il est très difficile de ne pas lui en porter préjudice, tant le reste est assez exécrable. Monochroma est un jeu d’une extrême lenteur, qui ne captive pas, qui ne raconte rien et du coup, on s’ennuie ferme. Les six heures de jeu proposées sont un vrai carnage pour nos yeux qui se ferment tout seul au bout de quelques minutes tant Monochroma manque de punch, d’intérêt et tout simplement d’âme.
Quelle grande déception ! Si les décors (en fond principalement) sont plutôt réussi, même visuellement Monochroma semble quelconque la plupart du temps. On s’attendait réellement à la relève de Limbo, à un jeu qui prendrait les bases pour les renouveler et au-delà de quelques puzzles originaux, il n’en est rien. Si vous aimez furieusement le genre, alors peut-être que vous devriez vous intéresser une fois le jeu en soldes. Mais pour l’instant, malheureusement, vous feriez mieux de passer votre chemin.

0 réflexion au sujet de “Monochroma”

Laisser un commentaire