Evolve

Il a fallu pas moins de quatre années de développement à Turtle Rock Studio pour finaliser leur projet “Metamorphosis”. Une idée que Mike Booth (fondateur du studio qui travailla entre autre sur la série des Counter Strike et qui a depuis quitté le studio, travaillant désormais chez Blizzard Entertainment), Phill Robb et Chris Ashton respectivement co-fondateurs mijotaient dans un coin de leur tête bien avant de créer Left 4 Dead.

Je dis toujours ce que je pense lorsque je teste un jeu et je me fiche éperdument de l’avis des éditeurs, cela ne m’influence pas, en revanche je me documente, j’essaye et je me forge ma propre opinion ensuite je dis ce que j’en pense pour ceux que cela intéresse, je manque parfois d’objectivité certes, je suis un passionné et on a tous nos goûts mais dans le cas d’Evolve j’ai été dégoûté de voir à quel point on peut, par flemme ou connivence, dire de la merde simplement pour être dans le moule.

Asymé-quoi? Ah oui… trique!

Avant de faire ce test j’en ai lu pas mal sur le net et je me suis dis : “Bordel, personne ne parle du jeu, personne ne l’a creusé un peu c’est pourtant un nouveau concept et non un énième FPS multijoueurs qui sont clonés d’un épisode à l’autre, par contre tout le monde pisse dessus joyeusement à cause des DLC et on le compare même parfois à Destiny ou encore Titan Fall?” On a pas dû jouer au même jeu, Certains se plaignent du manque de contenu ou du match-making sans même avoir mis les pieds dans le jeu à proprement dit et on raté l’essence même de ce titre qui a su se faire une place dans l’e-sport à peine sorti de son moule. Evolve m’a énormément plu, et je compte bien en parler en détail et vous expliquer pourquoi et surtout, ce qu’il contient.

A l’origine il était question de s’inspirer du célèbre jeu de chasse au cerf Deer Hunter sorti en 1997 avec une idée simple en tête : “Et si la proie pouvait se défendre?”. Le résultat prit son temps à prendre forme au grès des problèmes financiers de leur précédent éditeur en faillite : T.H.Q. Et cette année, après un rachat de licence en écus sonnants et trébuchants (plus de 10 millions de dollars tout de même) par l’éditeur 2K, Evolve sort de son oeuf et vous invite à la chasse!

Chris Ashton révélait il y a quelques temps que Turtle Rock Studio s’inspirait de l’ambiance du film Predator de John McTiernan sorti en salle en 1987, le frisson de la traque d’un monstre insaisissable et puissant dans l’environnement hostile et étouffant d’une jungle aussi sauvage que dangereuse et je dois dire qu’en fait c’est assez bien réussi.

Evolve est un jeu au gameplay multiple, c’est un First-Person Shooter lorsque l’on incarne un chasseur et un Third-Person Shooter lorsque l’on joue le monstre, le tout étant asymétrique puisque seul un monstre est opposable aux quatres chasseurs. C’est également un jeu d’une grande profondeur stratégique en mode évacuation, et tactique en mode escarmouche et particulièrement en jeu à cinq joueurs car il est également possible de jouer contre l’Intelligence Artificielle à quatre contre un ou seul face à quatre bots ce qui sert en général simplement à vous exercer avant de vous lancer dans le multi.

12 humains, 3 monstres, 16 cartes, 12 effets, 4 modes de jeu : 800 000 possibilités…

En tant que joueur vous aurez le choix parmi quatre classes de chasseurs proposant chacune trois chasseurs, au total douze personnages jouables pour cette “faction” au gameplay totalement différent et pour l’instant trois monstres ayant eux aussi un gameplay unique. Turtle Rock Studio sortira d’autres chasseurs et monstres en téléchargement payant par la suite afin d’augmenter la durée de vie et les possibilités tactiques dans un futur proche. Rassurez-vous, les cartes et modes de jeu qui sortiront plus tard seront eux, entièrement gratuits et le studio nous promet qu’aucun D.L.C payant ne divisera les joueurs, donc que vous ayez le jeu de base sans rien acheter d’autre ne vous empêchera jamais de jouer avec et contre les joueurs qui auraient craqué pour tel ou tel nouveau chasseur ou monstre fraîchement sorti.

Evolve vous propose quatre modes de jeu mais également des variantes :

Le mode Chasse : Les quatre chasseurs doivent traquer et abattre le monstre le plus vite possible, lorsque le monstre atteint le troisième niveau d’évolution, il peut détruire l’objectif de la carte : le relais. Les chasseurs quant à eux doivent protéger le relais de communication qui leur permet de contacter leur vaisseau ou tuer le monstre. La partie se termine si vous tuez le monstre, que celui-ci tue tous les chasseurs ou qu’il détruise le relais.

Le mode Nid : Les chasseurs ont pour objectif de détruire six œufs de Goliath disséminés sur la carte le plus rapidement possible, car le monstre peut faire éclore un oeuf libérant ainsi un sbire qui combattra aux côtés du monstre. Celui-ci doit alors protéger les oeufs durant un temps limité. La partie se termine lorsque les chasseurs ont détruit les six oeufs/sbires ou qu’ils ont tué le monstre. Il gagne s’ il reste un oeuf intact à la fin du temps imparti ou s’il tue les chasseurs.

Le mode Sauvetage : Les chasseurs doivent retrouver et sauver des survivants dans la zone, en les soignant et en les escortant jusqu’à la zone d’évacuation où un vaisseau vient les prendre via une balise de téléportation. Le monstre doit tuer les survivants et empêcher les chasseurs de les évacuer. La partie se termine si les chasseurs tuent le monstre ou évacuent cinq survivants. Le monstre gagne s’ il tue les survivants ou les chasseurs.

Le mode Défense : Un vaisseau de transport rempli de survivants est sur le point de quitter la planète, les chasseurs doivent le protéger durant son ravitaillement en carburant. Le monstre doit détruire les générateurs électriques qui ferment les portes menant au spationef afin de faire exploser le point d’ancrage du vaisseau aux réservoirs de carburant, ce qui provoquera la destruction du vaisseau tuant tout le monde à bord. Chaque générateur est protégé par des tourelles de défense ainsi que le point d’ancrage . La partie se termine si le monstre détruit le point d’ancrage ou si les chasseurs tuent le monstre.

MarcheMort

Rock ’n’Rôliste sadique d’alignement loyal mauvais, il aime la littérature anglaise et faire rouler les dés et les têtes. Il déteste les arcs en ciel, les poneys et les escaliers en colimaçon. Joueur de jeux vidéo compulsif depuis le règne de Justinien, il a joué en LAN avec Abdul Al Hazred. Il pratique la nécromancie au quotidien et voue un culte à Cthulhu lorsqu’il est en robe de chambre. Pour lui le jeu de rôle est un style de vie et il parle de lui à la troisième personne pour faire croire à ses lecteurs qu’il n’a pas écrit sa bio’ lui-même à quatre heures du matin. Twitter : @Marchemort.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.