DUSK

Revitaliser le genre FPS rétro avec des gros pixels et des armes violentes, on n’a jamais trop réussi à le faire depuis Brutal Doom. Il y a bien eu AMID EVIL (du même éditeur de DUSK), mais il est encore en accès anticipé alors on attendra avant de s’emballer davantage que dans la preview. Non, à bien y réfléchir, difficile de retrouver un trip à la Hexen, Half-Life et Blood bien mélangé qui plairait autant aux vieux qu’aux plus jeunes. Mais en fait, ça va aller. Parce que y’a DUSK.

Lire la suiteDUSK

Doom : le jeu de plateau (seconde édition)

Le célèbre FPS de ID Software possède une version jeu de plateau depuis 2005. Le remake vidéoludique de 2016 fut l’occasion de mettre à jour également le jeu de plateau en 2017, histoire de mieux coller à ce qu’est devenue la licence. Petite plongée dans l’Enfer de Doom : le jeu de plateau – seconde édition.

Lire la suiteDoom : le jeu de plateau (seconde édition)

Bunker Punks

Mélangeant les vieux FPS, un peu de Rogue-Like et une gestion de base à la Fallout Shelter (mais en beaucoup plus simplifié), Bunker Punks se repose essentiellement sur un principe de Game Over récompensant le joueur avec de nouvelles updates pour une nouvelle partie plus intéressante et pleine de nouveautés.

Le but est donc d’enchaîner les étages de lieux à nettoyer pour y collecter de l’argent (pour les updates de votre partie) et de la Tech (une autre monnaie qui s’échange contre des améliorations de futures parties après un Game Over). Le souci, c’est l’expérience de jeu globale. Rien que ça.

Les niveaux sont générés aléatoirement en placement d’ennemis, d’objets et de salles à visiter, mais chaque partie se ressemble beaucoup. On passe son temps à nettoyer (ou tracer) des niveaux en teintes de gris assez tristes et répétitifs. Les ennemis n’ont pas vraiment d’intelligence et eux aussi sont en nombre très limité. Le bestiaire se développer au fur et à mesure des parties et de l’augmentation de la difficulté, mais il faudra bine des heures de bourrinage intensif et à répétition pour voir quelques-unes de ces rares nouveautés.

Coté base, c’est aussi le strict minimum. Ça à l’allure d’un Fallout Shelter mais sans aucune profondeur. On doit là aussi enchaîner les Game Over pour débloquer de nouvelles salles à construire, venant améliorer nos personnages, nos armes et autres statistiques du jeu. C’est laborieux et avant tout, vraiment pas amusant au bout d’une heure de jeu. Et en ce laps de temps, on n’a même pas vu 20% de ce que peut proposer le titre en termes de bestiaire, d’armement et de salles à construire. Mais qui aura le courage de tout dévoiler, tant le gameplay ne change jamais ? Le pire étant clairement le seul environnement de jeu disponible, triste et décevant, qui ne relance pas du tout l’intérêt. Pire : le jeu est trop simple et du coup, le Game Over ne montre pas assez vite sa fatalité et l’offre de rejouabilité intéressant qu’il propose.

Skywilly

Ballistic Overkill

Shooter bresilien venant sur les plates-bandes pourtant plutôt bien gardées du FPS multijoueur « réaliste mais accessible », le jeu de Aquiris Game Studio voudrait bien sortir du lot. Mais pour cela, il va falloir travailler dur amis développeurs.euses car les joueurs n’accepteront aucun « titre sympathique » ou « jeu quelconque » de plus. Que vaut vraiment Ballistic Overkill après trois mois de disponibilité ?

Lire la suiteBallistic Overkill

Sniper Ghost Warrior 3

Plus confidentielle que beaucoup d’autres blockbusters du genre, la série des Sniper Ghost Warrior a visiblement réussi à se garantir un public suffisant pour exister jusqu’à ce troisième épisode. Pour être tout à fait honnête, elle a souvent été comparée à un Call of Duty du fusil à lunette ne réussissant pas forcément à se démarquer outre raison de par une qualité singulière ou un style spécialement novateur. Au contraire, sa réputation n’a pas toujours été très positive. A cet égard, CI Games, son éditeur, semble vouloir mettre un pied dans la cour des grands en commençant à apporter un peu plus de soins à ses productions, et c’est tout le mal qu’on lui souhaite.

Lire la suiteSniper Ghost Warrior 3

STRAFE

Entre les jeux qui s’essayent à l’innovation et la nouveauté, il y a ceux qui jettent un regard en arrière dans l’espoir que senpaï les remarque et apprécie leur hommage à peine déguisé. STRAFE est de cette dernière engeance amenant avec lui dans ses bagages toute une suite de choses se voulant joliment attractives pour le vieux chaland, tout en étant suffisamment in pour plaire à la jeune génération. Pourtant, STRAFE sait être aussi crade et sale qu’un fusil imbibé de sang et de sueur et c’est un compliment à mes yeux. Ses gros pixels font dans la bonne grosse tâche en jouant sur un côté rétro exhumé et assumé. Mais est-ce que cela s’avérera suffisant à la longue pour un jeu qui en vérité est un plus un mélange des genres qu’un moule parfaitement maîtrisé ?

Lire la suiteSTRAFE