Epic Manager (Win)

Epic Manager (Win)

Backé en novembre 2014, ce qui fait un petit moment maintenant mine de rien, Epic Manager sort enfin en Early Access à 17,99 €. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il y a encore du boulot !


epicmanager_screenshot_nobanner_06_combat


A l’aventure compagnons…

L’idée des développeurs d’Epic Manager, c’est de vous proposer de gérer vos troupes d’aventuriers de A à Z. On commence alors par recruter quelques héros partant à l’aventure avec leurs classes très différentes : archer, bourrin, soigneur, etc. On passe de case en case à chaque tour et d’un jet de dés à un autre, on tombe sur de bonnes ou mauvaises situations. Il faut alors jouer de ses compétences pour s’en sortir, le jeu proposant beaucoup de lecture et uniquement en anglais.

Epic Manager, c’est aussi un zest de 4X avec une gestion de troupes dans une Agence d’aventuriers que l’on doit absolument surveiller. C’est grâce à cette agence que l’on gagne assez d’argent pour recruter, réévaluer les contrats des aventuriers, créer des portails d’une ville à l’autre pour simplifier les déplacements, etc. A la fin de chaque semestre, représenté par un certain nombre de tours, l’Agence du joueur est mise en concurrence avec celles des voisins, pour l’instant jouées par une I.A assez correcte. Le but est alors, évidemment, de devenir la meilleure Agence d’aventuriers et de voir arriver des héros connus du monde du jeu indépendant, comme le chevalier de Shovel Knight ou de Rogue Legacy, dans notre équipe de joyeux castagneurs du dimanche.



Ça sent bon… Mais ce n’est pas cuit !

Je suis persuadé que le paragraphe précédent vous vend un peu de rêve et je vous comprends. Seul problème : on est en plein Early Access qui montre davantage de défauts que de qualités, faute de finition. Mal réglé, le jeu montre vite ses limites : il est extrêmement répétitif pour l’instant et surtout, ses combats sont affreusement ennuyants.

Se jouant comme dans un vieux Final Fantasy qu’on aime, les affrontements montrent vos héros à gauche, les ennemis à droite et ne se permettent même pas avec une telle vue de copier un système de déplacements à la Heroes of Might & Magic. Tout ce que vous allez faire c’est, au tour par tour, frapper des ennemis et lancer des potions et autres objets. C’est extrêmement quelconque et c’est sans aucun doute la grosse épine dans le petit pied qu’est cet Early Access.


Epic Manager est l’Early Access parfaitement imprévisible. Il a toutes les idées et la construction nécessaire à un jeu passionnant, captivant. Néanmoins, son exécution est loin d’être motivante et on s’ennuie ferme devant cette version non-terminée. C’est donc un jeu à surveiller, sans pour autant craquer trop rapidement pour lui. On vous en reparle !

Laisser un commentaire