88 Heroes (98 Heroes Edition)
Windows PlayStation 4 Xbox One Nintendo Switch

Souvenez vous, en ce jour funeste du 8 août 1988, à 8h08, le terrible et maléfique Dr H8 (de l’académhuit, peut-être ?) a déclaré la destruction de la terre. Il demandait 88 octillions de dollars sinon il ferait exploser 88 armes nucléaires atomiques explosives dangereuses. Heureusement, veillaient ceux que le gouvernement intergalactique appelle quand il n’est plus capable de trouver une solution à ses problèmes, quand il ne reste plus aucun espoir : l’élite des héros. Mais bizarrement ce jour là, ils n’étaient pas disponibles alors on a dû appeler l’arrière garde, voire l’arrière arrière garde, voire le marc de café restant dans la tasse à café des héros : les 88 Heroes. Et, euh, ben, on est toujours en vie, donc ils ont réussi, non ?



De Zero à Hero en 88 minutes

Dans 88 Heroes, on a 88 minutes pour parcourir 88 niveaux un peu tordus et farcis de pièges en tout genre afin de sauver la petite planète bleue de la destruction, et pour ce faire, on dispose de 88 “vies” représentées par les fameux 88 héros du jeu (98 dans la version Switch, 88 héros étant sélectionnés au pif dans le pool de départ). À chaque niveau, ou à chaque vie perdue, un nouveau héros remplace l’ancien offrant donc à chaque fois de nouveaux pouvoirs, une nouvelle maniabilité et très souvent un pouffement ou une bonne rigolade, du moins au début.



98 façons de jouer

88 héros au pif, c’est donc assez compliqué à expliquer, donc voici un exemple de session de jeu :

Premier niveau, premier héros, The Architect, son pouvoir, prendre des blocs dans les murs pour les disposer ailleurs, arriver à l’ascenseur ne lui pose aucun problème dans ce premier niveau. Niveau suivant, Tommy the Gun, le mafieux possède une mitraillette, il peut donc dégommer les ennemis du niveau et accéder à l’ascenseur. Vient ensuite Boomstick Benny, la parodie de Ash de Evil Dead, qui possède un fusil au recul très important (et à la dispersion non moins importante) mais qui lui permet de détruire facilement les tourelles laser lui barrant le chemin. Niveau 4, Electro Cutie, elle peut électrocuter ses ennemis au contact, aucun problème donc pour passer ce niveau, même si les lézards yakuza doivent être abordés dans le dos où depuis au-dessus. Niveau 5, c’est Power José qui arrive, un pompier qui n’a pour lui qu’une lance à incendie surpuissante mais qui ne fait que repousser les ennemis. Il n’a pas le temps de l’utiliser car il tombe dans les pics du début du niveau. Captain Colossus prend sa place, mais sa très grande taille l’empêche de prendre un passage normal et il meurt dans des pics aussi. Sort alors de l’ascenseur Mme Missile, qui comme son nom l’indique peut se transformer en missile, mais un manque de prudence la conduit à passer par un trou dans un mur et elle disparaît de l’écran. Vient ensuite Arachnerd, qui peut s’accrocher aux murs, mais une manœuvre risquée la fait prendre le même chemin que Mme Missile. Le puissant Zorb prend la suite mais roule dans des pics et explose à son tour. Beelzebutler lui, se fait tuer par un tir ennemi alors qu’il pratiquait un vol stationnaire. Miss Fortune, pile ou face ? Face, c’est la mort… Mr Kung-Fu prend la suite. Mais un dragon punch pratiqué d’un peu loin le fait arriver devant un lézard yakuza qui le réduit en sushi, punition à l’atterrissage comme disent les pros. Robotron et Lowres Reggie ne vont pas très loin. Le duo de mini Ninjas réussit enfin à passer ce niveau, grâce à ses shurikens et à son double saut. Ouf… Le tout, évidemment, se déroule sous le regard amusé du Dr H8, qui sirote un soda, se moque quand on perd et rage quand on gagne, au travers de son écran de contrôle et devant lequel passent sans cesse des robots de sécurité.

La suite du jeu, c’est à vous de l’écrire ! Quel héros arrivera à passer là où les autres failliront ? Et même s’il est possible de ressusciter un héros en ramassant 88 pièces, votre pire ennemi sera aussi le temps car 88 minutes, au final ça passe vite.



98 bonnes raisons de jouer ?

Mélange entre Super Meat Boy, Prince of Persia et Rogue Legacy, et avec une grosse composante aléatoire, 88 Heroes offre un challenge assez relevé, tout en étant assez agréable à parcourir. Reposant sur la connaissance des niveaux tout en ayant besoin d’improviser grâce au hasard des héros, aucun début de partie ne ressemblera vraiment à une autre au début. Reste qu’après quelques aventures, on sent bien quels héros sont réellement utiles et terminer un run en conservant les “bons” héros sera l’objectif à accomplir (quand on ne grugera pas purement et simplement en ayant conservé quelques héros surpuissants comme Batbot qui gèle le temps et miss Fortune qui peut finir les niveaux en un clin d’oeil avec de la chance).


Pas un incontournable, mais une bonne petite addition à votre ludothèque même si la Switch ne manque pas de platformers/action 2D retro. Par contre, honnêtement il reste un peu cher à 25 €, préférez des soldes… ou les versions Steam, PS4 et Xbox One qui sont 10 balles moins cher quand même…

Shutan

Joueur éclectique, archéologue du jeu vidéo, rétrogamer compulsif. Dans un monde qui va trop vite, il faut parfois se poser et le regarder passer, sinon on loupe des trucs... Comme des vieux jeux...

Shutan

Shutan

Joueur éclectique, archéologue du jeu vidéo, rétrogamer compulsif. Dans un monde qui va trop vite, il faut parfois se poser et le regarder passer, sinon on loupe des trucs... Comme des vieux jeux...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.