Proteus : Ed Key donne les clés du jeu à Sony

Si j’ai horreur de la plupart des jeux poétiques, il y a un genre de jeu qui est plutôt proche mais qui m’intéresse beaucoup plus : le jeu contemplatif. C’est ce genre de jeu qui, comme la plupart des jeux poétiques, n’a pas de gameplay mais n’essaie pas de faire comme s’il en avait un et donc de proposer un mauvais gameplay. Des jeux poétiques qui s’assument, même si l’appellation jeu n’est pas forcément pertinente pour certains d’entre eux.

Quand on pense jeu contemplatif, on pense surtout Dear Esther mais aussi Proteus, deux jeux illustrant ce genre à la perfection. Et aujourd’hui, c’est du second que je vais vous parler. Développé par Ed Key et David Kanaga, le jeu vous propose de vous balader en vue subjective dans des environnements simplistes et générés aléatoirement au fil des saisons et d’un cycle jour/nuit. Et c’est en effet la seule action que vous pouvez faire : vous déplacer, cela vous permettant de vous concentrer sur les paysages que vous allez découvrir, sur les musiques que vous allez entendre. Sorti en début d’année sur PC, Mac et Linux et ayant fait partie d’un Humble Bundle plutôt récemment, Proteus s’apprête à arriver sur de nouveaux supports. En effet, grâce à une collaboration entre Curve Studios et le développeur original Ed Key, Proteus devrait arriver sur PlayStation 3 et PlayStation Vita dans les mois à venir. Le jeu profitera du cross-buy, vous permettant d’acheter l’une des deux versions pour obtenir l’autre en prime. On apprend aussi que cette version devrait être meilleure que l’originale, exploitant toutes les capacités des consoles de Sony, sans plus de précisions. Dans tous les cas, on vous en reparlera sûrement quand on en saura plus !

Ripper

Grand fan de Call of Duty et Candy Crush, ce n'est malheureusement pas quelque chose dont je peux librement parler ici... Du coup, je vais me rabattre sur fan de plates-formes, de stratégie (et surtout grand strategy) et « d'ovnis vidéoludiques » avant tout, même si les meilleurs jeux sont ceux qui arrivent à transcender leur genre. Un peu comme Candy Crush, pour ne citer qu'un seul chef-d'oeuvre du style.

Laisser un commentaire