Oknytt

Nemoria Entertainment, développeur venu du froid, nous sort de ses cartons son premier jeu d’aventure sous la forme d’un conte nous plongeant dans le folklore scandinave. Curieux, nous y jetons un œil.

Oknytt soit qui mal y pense

Dans Oknytt, vous suivrez le destin d’une insignifiante petite créature, qui à sa venue au monde, par une nuit étoilée, en bordure d’un lac à l’eau si noire, se pose une question universelle : quelle est ma place ici bas ? Divisée en cinq chapitres, cette quête identitaire est l’occasion de multiplier les rencontres avec un bestiaire issue des légendes nordiques allant des fées à trois inquiétants trolls en passant par un draugr.

La première impression qui nous saute aux yeux est celle de faire face à un conte à la hauteur de ceux que nous pouvions lire dans notre enfance, à ceci près que celui de ce petit être semble beaucoup plus se rapprocher du ton originel de ces derniers, qui étaient la plupart du temps beaucoup plus inquiétants que dans bon nombre de leurs relectures modernes et enfantines.

Malheureusement, cet extra-terrestre bien terrestre passe d’un chapitre à l’autre en répétant un peu trop souvent le même rite. Nous l’accompagnons alors qu’il multiplie les rencontres avec des êtres surnaturels tous plus étranges les uns que les autres. Ils ont tous des problèmes ou des demandes qui le plus souvent se traduisent par l’échange d’un objet avec un autre. Si une rencontre soudaine avec une jeune fée sans ailes n’intervenait pas, on aurait pu se demander si toute cette histoire n’était pas plutôt celle d’un expert en troc trop intimidé par ses interlocuteurs pour leur dire non. Altruiste plus que de raison, notre obscure héros, le cœur sur la main, se pliera en quatre pour aider sa nouvelle amie de ce qui deviendra alors le véritable moteur de l’intrigue.

La petite créature, ainsi qu’elle est décrite par le narrateur, poursuit donc son chemin dans le but de trouver de nouvelles ailes pour cette fée. En parlant du narrateur, il constitue à lui seul la globalité du casting vocal. C’est lui qui domine le texte et nous raconte l’histoire de sa voix grave, interprétant à tour de rôle celle de chacun des acteurs de cette épopée. Si l’oknytt est naïf et ne connaît rien du monde, le narrateur fait le contre-poids en offrant son savoir et sa sagesse. Et là dessus, Brian Hall a effectué un excellent travail de doublage en donnant du corps et de la présence à ce récit, qui malgré une bonne écriture, souffre par moment de ne rester qu’en surface des choses sans jamais vraiment aller en profondeur.

Une nuit noire

Ne réglez pas la luminosité de votre téléviseur, c’est normal, car on se retrouve tout le temps plongé dans la nuit la plus noire. Si quelques couleurs resurgissent, il s’agit souvent de tons grisâtres ou marrons parfois rehaussés par de rares sources lumineuses donnant l’impression par moment de faire face à un mélange de lavis et d’ombres chinoises. Ces tonalités renvoient inévitablement à l’idée de nature inhérente à la présence d’une forêt, d’un lac, d’une ferme, d’une montagne ou encore d’un dédale de cavernes.

Esthétiquement parlant, il est difficile de mettre en faute le travail des artistes de Nemoria tant le trait est soigné donnant ainsi beaucoup de charisme aux différents habitants de ce petit coin de verdure. Peut-être émettra-t-on un bémol sur la résolution maximale un peu faible, ce qui rend l’image un peu floue sur certains écrans, tandis que d’autres trouveront que c’est parfois trop sombre, ce qui rend d’ailleurs certains objets essentiels à la progression difficiles à cerner.

La musique est elle plutôt discrète. Réussie sans pour autant faire dans le grandiose, elle parvient à fusionner avec l’ambiance sonore faite de bruits de vent, d’eau, bref de tout ce qui caractérise le chant naturel de la vie à la campagne, notamment la nuit dans le cas ici présent, et devient un véritable atout pour l’ambiance très spéciale qui berce Oknytt.

Classique et sans prétention

Oknytt ne bouleversera pas nos habitudes. C’est un point and click on ne peut plus classique avec inventaire et tout le reste sans verser dans la fioriture ni l’extravagance d’innover en quoi que ce soit ou presque. Cela veut dire qu’il y a de nombreux aller-retours, qui heureusement restent tolérables vu qu’il est possible de passer d’un écran à l’autre très rapidement, mais aussi que bien souvent on se retrouve à cliquer un peu de partout dans l’espoir de trouver quelque chose, quand il ne s’agit pas d’essayer toutes les combinaisons d’items possibles. Ce jeu est classique jusque dans les redondances et les qualités habituelles du genre.

On trouvera tout de même quatre runes en bas de l’écran en se demandant bien à quoi elles peuvent bien servir. Il y en a une pour l’élément de terre, d’eau, de feu et du vent. En activant l’une d’entre elle, une réaction se produit à l’écran qui se traduit la plupart du temps par une simple animation en relation avec l’élément provoqué comme de faire tomber la pluie par exemple. Par contre, à d’autres occasions, elles auront un rôle important dans la résolution des énigmes.

Malheureusement, rien n’est jamais expliqué. Si l’on assume aisément que rechercher des objets, et les combiner est quelque chose d’acquis pour un joueur chevronné, l’utilisation de ces runes élémentaires, bien qu’étant une idée rafraîchissante, n’est pas forcément évidente au début. Seule la curiosité du joueur pourra l’amener à les utiliser comme il se doit. La découverte par soi-même est peut-être voulue d’ailleurs. Mais il est important de le savoir.

Oknytt est un petit jeu d’aventure classique qui se distingue principalement par son univers et sa galerie de personnages plutôt unique en son genre. En lorgnant du côté obscur des contes pour enfants, il obtient un cachet et une atmosphère qui lui permettent de se distinguer malgré quelques erreurs de jeunesse et parfois un manque de profondeur dans les choses qui sont dites. C’est un titre qui n’a vraisemblablement aucune prétention si ce n’est de nous relater l’histoire toute simple d’une petite créature en apparence insignifiante avec une morale finale positive et gentillette. Pour un prix plus que raisonnable, il devrait seulement vous convenir pourvu que vous vous laissiez séduire par son ambiance singulière, son rythme contemplatif et ses monstres de légendes.

1 réflexion au sujet de “Oknytt”

Laisser un commentaire