Pillars Of Eternity : The White March, Part. 1

Alors, vous pensiez avoir écumé chaque coin du Dyrwood et retourné chaque cailloux sur votre chemin ? Chaussez vos bottes, fiers aventuriers et sortez de votre pajot ! Vous avez du boulot, Obsidian rajoute un chapitre a notre histoire alors sortez vos lames et vos sorts puis rentrez votre bide de riche seigneur de Caed Nua dans vos armures… et au charbon !

A faire avant le Boss…

Pour commencer je trouve que l’intégration de cette extension est très mal gérée et tombe comme un cheveu au milieu de ma soupe. Si, comme moi, vous avez fini le jeu, vous devrez charger une sauvegarde avant le point de non-retour du boss de fin, ce qui d’un point de vue narratif est un peu décevant. De plus l’extension est d’un niveau inférieur au votre si vous avez atteint le niveau 12.

Donc, je charge ma partie et j’ai tout d’un coup plus du tout envie de latter le boss de fin alors que l’intensité de l’histoire est à son comble et que le suspens m’a rendu tendu comme un string, je touche au but, je vais enfin avoir des réponses ! Mais finalement je préfère rentrer à Caed Nua, y’a des épées à fourbir et des grimoires à trier et … Ho ça alors ! Une missive d’un village jusqu’ici totalement inconnu est arrivée, c’est l’occasion pour notre groupe de partir en vacances à la neige !

Bref vous l’aurez compris, pour les nouveaux joueurs l’intégration sera parfaite mais pour les joueurs de la première heure il vous faudra passer outre le vide abyssal qui vous fera faire demi-tour sans raisons. Vous aurez droit à deux nouveaux compagnons qui n’ont curieusement pas vraiment de raisons de vous accompagner (vous en trouverez un dans un tonneau… Obsidian, un effort pour les prochains s’il vous plait ?) à l’instar de ceux que vous connaissez déjà qui, eux, avait un contexte et une motivation pour se joindre à vous. Toutefois ils sont aussi bien l’un que l’autre, très (trop ?) puissants et sont agréables à jouer.

Le premier est un moine qui pratique la philosophie de comptoir a temps plein et la multiplication des pains (dans la tronche). Le deuxième compagnon est une Anima, elle est vicieuse, agressive, méchante bref elle a tout pour déplaire à vos ennemis mais si vous avez déjà un voleur dans votre groupe, elle restera sur le banc de touche.

Difficulté relevée !

La forteresse naine à de fortes ressemblances avec la tour de Durlag, ça m’a rendu nostalgique. Les nouvelles zones sont sublimes et détaillés avec des effets qui flattent l’œil, c’est un vrai régal. Chaque zones a sa propre ambiance sonore et ses musiques qui vont bien, on sent que le soin apporté à cette extension est le même que pour l’histoire principale.

Obsidian a pensé aux petits malins qui ont trouvé le jeu de base trop simple, je ne vous dirais pas pourquoi mais vous allez en baver face à un ennemi en particulier. Aller, un indice pour ceux qui comprendront : Kangaxx ! Pour ce qui est de l’ajout de scripts d’intelligence artificielle pour vos compagnons, disons-le clairement, ça ne sert à rien à part vous faire tuer. Cette option n’est envisageable qu’en mode facile pour ceux qui souhaite terminer le jeu en suivant l’histoire en touriste.

Cette extension est très courte et vous passerez plus de temps à combattre qu’autre chose, c’est un peu dommage d’autant que l’histoire de la marche blanche est intéressante mais incomplète, il vous faudra attendre la sortie de la deuxième partie pour en profiter. Certains de vos choix à la fin de l’extension vont clairement avoir des répercussions sur le jeu et la suite de cette aventure et j’ai hâte de voir le résultat final. Pillars Of Eternity s’annonce comme un jeu qui va prendre en taille et en richesse mais je ne peux m’empêcher de me dire qu’il serait plus sage d’attendre que toutes les contenus additionnels soient sortis pour profiter pleinement de l’ensemble… et j’envie presque ceux qui découvriront ce jeu en GOTY !

MarcheMort

Rock ’n’Rôliste sadique d’alignement loyal mauvais, il aime la littérature anglaise et faire rouler les dés et les têtes. Il déteste les arcs en ciel, les poneys et les escaliers en colimaçon. Joueur de jeux vidéo compulsif depuis le règne de Justinien, il a joué en LAN avec Abdul Al Hazred. Il pratique la nécromancie au quotidien et voue un culte à Cthulhu lorsqu’il est en robe de chambre. Pour lui le jeu de rôle est un style de vie et il parle de lui à la troisième personne pour faire croire à ses lecteurs qu’il n’a pas écrit sa bio’ lui-même à quatre heures du matin. Twitter : @Marchemort.

Une pensée sur “Pillars Of Eternity : The White March, Part. 1

  • Vasquaal
    14/09/2015 à 10:55
    Permalink

    En fin de compte, ça joue en ma faveur de ne pas avoir eu le temps de trop m’avancer dans le jeu. Je vais attendre sagement que toutes les extensions soient disponibles avant de vraiment me lancer dedans.

    D’autant plus que je n’ai toujours pas eu le temps de finir The Witcher 3 :D

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.