Gamescom 2016 – Preview : Candle

Gamescom 2016 – Preview : Candle

Candle est la dernière addition aventuresque au catalogue de l’éditeur Daedalic. Ce petit jeu d’aventure espagnol qui sera jouable à la manette et muet comme une carpe, détonne immédiatement de par sa plastique autant organique que réussie.



Aimant personnellement tout ce qui a un rapport avec le dessin, voir le héros de Candle se mouvoir au travers des quelques tableaux qui nous furent montrés avait quelque chose de presque magique. Je ne sais honnêtement pas trop quoi attendre de lui en terme de jeu pur, mais visuellement, je suis en conquis.

Une vidéo plus tard, nous expliqua sous la forme d’un mini making of la réalisation inhabituelle de ce petit bijou. Quatre ans. Il aura fallu quatre ans à Teku Studios pour arriver au bout de sa vision. Imaginez le travail qui a été nécessaire derrière. Car tout ce qui s’affiche dans Candle, absolument tout a été construit à partir de dessins colorés avec de la peinture à l’eau. Que cela soit les décors ou les personnages, tout a été peint en utilisant ce procédé. Sur du papier, à l’ancienne.

Le résultat à l’écran est visuellement très réussi, surtout sur une télé haute définition, un trailer mal encodé ne rendant pas nécessairement les mêmes coups qu’une démonstration en temps réel. C’est bien simple, on a presque l’impression de palper le papier. Les tâches colorés à l’eau sur les décors sont présentes. De légères imperfections qui donnent une vie et une histoire au dessin, ce qu’un trait parfaitement maîtrisé et retouché au numérique n’aurait jamais su raconter. Tandis que dans chaque phase d’animation de Teku, le héros de l’histoire, le flot de la peinture accompagne chacun de ses mouvements.



Il y a ainsi un côté très organique et par conséquent très vivant qui amuse et attire l’œil. Mais on ne peut faire un jeu seulement sur ces prétentions esthétiques. Si j’avoue que le gameplay ne m’aura pas autant émoustillé que la technique employée pour ses graphismes, Candle promet un paquet d’heures de jeu (dix-huit heures selon les paroles fort optimistes de la personne qui nous en a fait la présentation) réparties dans trois chapitres qui feront intervenir plusieurs individus comme Teku, chacun ayant un talent propre à nous faire avancer.

Teku peut par ailleurs allumer le bout de sa main d’une chandelle, ayant donné son titre au jeu. Une chandelle fragile alors que plusieurs passages se passeront sous la pluie et nous demanderons réflexion pour arriver à protéger la faible flamme. Candle se joue visiblement avec une manette en toute aisance. Il n’est pas un point and click classique, mais plus dans une tendance moderne plus accessible dans sa maniabilité. Il y a ainsi plusieurs mécaniques comme une pseudo-infiltration qui se met en marche quand un membre de la tribu ennemie de notre héros se trouve dans les parages, ou encore la possibilité de grimper sur des plate-formes.


On agit dès lors directement sur notre environnement si vivant plutôt que de simplement pointer et cliquer nos ordres. Un moyen pas bête pour nous faire sentir plus investi dans le monde de Teku je pense. Côté narration, outre ce qui se passera à l’écran, que cela soit les énigmes et les différentes animations des protagonistes de cette histoire, le récit passe d’un côté au travers de petites bulles animées nous contant un moment présent, et de l’autre au travers du monologue d’un narrateur en voix off. Candle est prévu pour très bientôt avec une sortie aux alentours de la fin de l’année 2016.


Laisser un commentaire