Rifter
Windows mac Linux

Ca fait un bon moment que je suis Maximilian Csuk sur twitter, en grande partie pour ne rater aucun gif accompagnant le développement de Rifter. Dès le départ, le jeu m’a tapé dans l’oeil avec une esthétique années 80 et un rythme assez fou. Je l’attendais avec impatience et ça y est, depuis le 12 juillet je peux me balancer à toute vitesse à travers les niveaux !



Et paf la planète

Vous êtes un rifter, un être parcourant les systèmes solaires pour en faire exploser les planètes. Ouais ok, dit comme ça c’est assez bizarre mais c’est pourtant ce que vous allez faire en suivant les conseils de Tiny un drône présent lors de votre réveil.

Equipé d’un grappin, vous allez traverser les niveaux à vive allure pour vous rendre jusqu’à la faille et la faire exploser. Chaque sixième stage se déroule dans une tour, au bout de quatre tours détruites la planète explose et vous passez à la suivante, simple et efficace !

Question ambiance le jeu sent bon les années 80 avec ses couleurs fluo, sa 3D low poly et sa synthwave qui tabasse les oreilles (la bande-son est excellente). Honnêtement ça fonctionne à merveille, d’autant plus que contrairement à la majorité des jeux rapides, l’auteur a pensé à reculer la caméra lorsque l’action s’accélère et en vous arrêtant à certains points précis, vous pourrez même avoir un aperçu de la suite du parcours et éviter le syndrome « je saute dans le vide et je verrai bien ce qui se passera ».



Balance, balance, balance-toi

Le héros possède donc un grappin pour s’accrocher un peu partout et se propulser à toute vitesse. Je vous conseille d’ailleurs de jouer au clavier / souris pour avoir un maximum de précision dans vos « tirs ». La maniabilité est parfaite et c’est un réel bonheur d’enchaîner les cascades sans jamais toucher le sol (en plus ça fait monter la jauge de combos).

Au fil de l’aventure vous obtiendrez également la possibilité de dasher pour fendre en deux vos ennemis, un « fouet » pour activer les interrupteurs à distance et vous propulser en sens opposé, etc. Parallèlement à ça, vous collecterez des orbes colorés permettant de débloquer des bonus passifs répartis dans trois arbres différents : boost de vitesse lorsque vous vous accrochez quelque part, dash invincible, rebond sur l’eau… l’action deviendra alors totalement frénétique.

Assez rapidement, un énorme PNJ fera son apparition et vous proposera tout un tas de niveaux bonus pour le divertir. Plutôt difficiles, ils vous permettront de faire le plein d’orbes en cas de réussite.

La courbe de progression générale du jeu est vraiment bonne. Les ennemis et les environnements montent en intensité au fil des mondes de façon quasi linéaire, vous n’aurez jamais de mauvaise surprise ou de sentiment de découragement (même si évidemment les robots quasi inoffensifs du départ feront ensuite place à de véritables machines à tuer armées de missiles à têtes chercheuses). Chaque stage comporte plusieurs points de passage d’où vous pourrez repartir en cas de mort mais attention, le nombre de réapparitions est limité. Le jeu est gentil mais il ne faut pas abuser non plus ! Les boss sont plutôt réussis à donnent lieu à des affrontement plutôt épiques.

Une des grosses forces du jeu est la variété de ses niveaux. Là où on aurait pu s’attendre à une suite de stages se ressemblant comme deux gouttes d’eau avec quelques pics ici ou là histoire de justifier l’augmentation de difficulté, Maximilian a su les diversifier un maximum. Chacun est d’ailleurs noté sur différents critères : puzzle, déplacement, combat, etc.

Les joueurs acharnés pourront s’affronter via le leaderboard (comme d’habitude les replays des meilleurs temps sont vraiment impressionnants à regarder) et tenter de valider les défis de chaque niveau (terminer en moins de x secondes, ne pas tomber dans l’eau…) pour obtenir des orbes spéciaux qui débloqueront peu à peu l’histoire du jeu et permettront de comprendre qui sont les rifters, pourquoi certains ont décidé d’arrêter cette quête, qui souhaite la destruction les planètes, etc. Je ne spoilerai évidemment rien ici, mais il y a trois fins différentes, ce qui est rare pour un platformer et là encore, j’ai bien aimé la façon dont c’est intégré au jeu.


Rifter est de très loin le meilleur jeu à grappin sorti ces dernières années. L’ambiance années 80 est excellente, le rythme du jeu est complètement fou et le personnage répond parfaitement aux commandes. La centaine de niveaux est très variée et les défis bonus proposent un réel challenge au joueur. Je me suis vraiment éclaté avec ce titre et même l’histoire m’a suffisamment tenu en haleine pour m’inciter à en découvrir le plus possible. Ca faisait longtemps que je suivais son développement, mais pour être franc, je ne m’attendais pas à ce qu’il soit aussi bon, vous pouvez l’acheter les yeux fermés !


Bestio

Fan de shmup, de hack'n slash et plus globalement de tout ce qui est typé arcade. Si je teste un jeu, il y a de fortes chances que ça explose de partout et que l'écran soit rempli de boulettes.

Bestio

Bestio

Fan de shmup, de hack'n slash et plus globalement de tout ce qui est typé arcade. Si je teste un jeu, il y a de fortes chances que ça explose de partout et que l'écran soit rempli de boulettes.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.