NaissanceE

C’est en découvrant Building de Anouk de Clerq que Limasse Five, le créateur de NaissanceE, s’est mis en tête de réaliser Jeux d’Ombres en tant que mod pour FarCry. C’était en 2007 et depuis, un nouveau jeu est né, comme son nom l’indique avec génie…

Atmosphère artistique

Tout est fait de constructions simples dans ce qui ressemble à un futur lointain. Une jeune fille, le joueur, court pour semer un danger invisible. Soudain, une porte se referme et on comprend très bien quel est l’objectif actuel : sortir d’ici, quel que soit cet « ici » dont il est question. Et pour cela, il va falloir explorer l’inconnu. En cinq minutes d’introduction, NaissanceE se pose en grand maître de l’ambiance. On a envie d’y jouer, on a envie de le découvrir.

Tout se joue à la première personne. Tout n’est que mouvements, puisque les actions se font excessivement rares. Le clic de la souris servira principalement à prendre son souffle en courant, histoire de le faire avec rythme. Si vous ne cliquez pas, l’héroïne aura du mal à garder son souffle et halètera, rendant la vision des choses beaucoup plus problématique et souvent gênée par un voile blanc, signe d’une faiblesse humaine qu’on ne voit que trop rarement dans le jeu vidéo. Le reste : c’est du saut, du bon sens, du rythme, de la compréhension du monde qui nous entoure.

Il est souvent question de compréhension, par ailleurs. NaissanceE ressemble beaucoup à Flashback, ce vieux titre qui a toujours la cote et qui proposait le même genre de départ : vous êtes seul, dans un monde inconnu, persuadé qu’il en est de même pour l’avatar que vous incarnez. Et vous devez apprendre, explorer, comprendre cet univers qui ne vous guide absolument jamais. NaissanceE est pareil, avec encore moins d’actions, mais davantage d’oppression et d’ambiance pesante.

Claustrophobie ennemie

C’est trop facile de dire d’un jeu qu’il est une œuvre d’art mais dans ce cas particulier, il faut vraiment le vivre pour en être persuadé. Vous enchaînez les puzzles de façon fluide, vous descendes des escaliers de constructions très illogiques, mais à l’évolution charmante. Des plateformes apparaissent et disparaissent, des coulées de lave en briques vous permettent de passer un fossé géant, des murs se rendent invisibles à l’ombre et bien solides à la lumière, bien des choses sont à découvrir et à comprendre au fil d’une progression plaisante et jamais répétitive. On est toujours relancé par cette simple question : que vais-je découvrir par la suite ?

Bref, vous l’aurez compris, NaissanceE est passionnant pour les amateurs de voyages originaux. Néanmoins, ce qui rend l’atmosphère si particulière ce son les effets de lumières : souvent absente, l’éclairage fait place à des ombres ennemies, vous laissant vous perdre dans les méandres d’un level-design heureusement bien conçu vous permettant de vous y retrouver si vous tâtonnez, y allez simplement avec précaution. Le jeu se servira de cette qualité pour vous proposer les pires moments de claustrophobie, pour vous cacher des portes de sortie et jouer avec vos nerfs.

Gameplay inventif

Des orbes de lumières sont à toucher, tout au long de la partie. Ceux-ci se déplacent, toujours au même endroit et peuvent revenir à leur position originale. Ils font partie intégrante des différentes énigmes de plateformes du jeu et doivent être maîtrisées. On remarquera quelques rares bugs à quelques interesection, promis comme bientôt réparés par l’auteur. Heureusement, le jeu sauvegarde souvent, ne vous laissant pas le loisir de le faire pour ne pas casser le rythme des énigmes, mais le faisant toujours intelligemment, jamais n’importe quand ou si peu. Et les énigmes se feront souvent originales : du saut de plateforme au bon rythme, des positions à tenir pour faire apparaître un passage, du vent qui vous propulse et que vous devez éviter ou apprendre à maîtriser… Et cela, encore une fois, sans aucune indication et aide quelle qu’elle soit de la part du jeu.

Quel est le but de NaissanceE ? Ou cette aventure mène t’elle ? C’est tout ce que son concepteur vous propose de découvrir avec un titre génial. L’exploration est intense, la mise en scène sublime et pourtant, tout est froid et peu réconfortant. Seules les quelques lumières, le sentiment de progression et halètement de l’héroïne lors de ses courses, prouvant si besoin qu’on contrôle bien un être vivant et décidé à s’en sortir, vous apporteront un peu de chaleur. NaissanceE n’a peut-être pas inventé la poudre, mais il l’utilise avec brio pour une expérience marquante qui en satisfaira plus d’un. Un vrai coup de cœur !

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs

Skywilly

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs

7 pensées sur “NaissanceE

  • 16/02/2014 à 02:52
    Permalink

    je viens de le finir, et je confirme c’est un bijou ! cela dit, il ne plaira pas à tout le monde; car il faut une certaine sensibilité artistique, et un gout prononcé pour la contemplation et l’exploration, pour l’apprécier à sa juste valeur. amateurs de call of, passez votre chemin; fans de solaris, foncez les yeux fermés.

    Répondre
  • 22/02/2014 à 09:35
    Permalink

    bonjour, je ne trouve pas est-il compatible avec Windows 8 ? et vous l’avez acheter en direct avec un téléchargement ou peut -on le trouvé sur cd a acheter ?

    Répondre
  • Mwarf
    23/02/2014 à 01:18
    Permalink

    Il me semble que le jeu est uniquement dispo sur Steam. Pour Windows 8 j’avoue que je ne sais pas, l’éditeur recommande 7. N’ayant pas moi-même Windows 8, je ne connais pas les éventuels problèmes de compatibilité qu’il peut entraîner.

    Répondre
  • Bestio
    23/02/2014 à 08:57
    Permalink

    Pareil que Mwarf, jeu uniquement en dématérialisé et aucune idée pour Windows 8.

    J’ai fini le jeu hier soir et je suis partagé. J’ai adoré l’aventure jusqu’au chapitre de la folie (jusqu’au 2/3 du jeu je dirais, peut-être même 3/4) et par contre à partir de ce moment-là je me suis vraiment forcé à la finir car l’orientation ne me plaisait plus.

    Malgré ça je vous le recommande chaudement :)

    Répondre
  • 28/09/2015 à 01:24
    Permalink

    Quelle connerie d’en avoir fait un jeu de plateau! Je hais ce genre de jeu, donc après avoir raté pour la millième fois un saut, être mort et avoir du recharger la dernière sauvegarde, j’ai abandonné.
    Vraiment dommage car le graphisme et l’ambiance sont géniaux, les énigmes à base de lumière originales, bref si cela n’avait été qu’un jeu intelligent et beau, j’aurais mis 10/10. Hélas, les concepteurs en ont fait un jeu débile pour les excités du manche. Gros gâchis!

    Répondre
    • Bestio
      28/09/2015 à 08:48
      Permalink

      C’est bizarre car je n’ai vraiment pas eu cette impression, à quel moment as-tu été bloqué par le côté plate-forme ?

      Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.