The Next Penelope

A la Gamescom j’ai beaucoup discuté avec Aurélien Regard, nous avons parlé de Micro Machines, d’Ulysse 31 et de Megaman entre autre. C’est suite à cette discussion qu’il m’a présenté Penelope, dès notre première rencontre je fus conquis, mais il m’aura fallu attendre jusqu’à récemment pour nous revoir. L’attente suscite le désir dit-on, c’est ce que nous allons voir.

[singlepic id=39122 w=320 h=240 float=right]

Comme elle est belle

Penelope est une jeune femme magnifique, son look un peu rétro me rappelle tant de choses de mon enfance à regarder le Club Dorothée. Non pas qu’elle ressemble à l’animatrice mais dans son look, sa façon de se tenir et des mimiques elle me rappelle les femmes de cette époque. Si Albator n’était pas si vieux vous pouvez être sûr qu’il aurait tenté sa chance car ils ont un peu le même style je trouve, la cicatrice en moins.

Comme vous le savez peut être, elle est marié à Ulysse qu’elle attendait depuis trop longtemps déjà et plutôt que de patienter en vain jusqu’au retour de son cher et tendre elle s’est lancée à sa recherche. Je l’ai donc accompagné aux confins de l’univers pour tenter de retrouver Ulysse planète après planète, toutes aussi belles que dangereuses.

[singlepic id=50929 w=320 h=240 float=left]

Un étrange engin

J’ai eu la chance de piloter son vaisseau, celui-ci se présentait de manière étrange. Habituellement les véhicules de l’espace sont présentés avec des vitres et des consoles à 3000 boutons. Celui de Penelope n’a pas de fenêtre, ni des centaines de touches, seulement un écran central sur lequel est relié une manette comme celle que j’avais sur ma xbox 360. Cette étrange technologie me permet de voir en permanence le vaisseau de l’extérieur comme si une caméra volait au-dessus de nous et nous suivait. Une sensation qui m’a furieusement rappelé mon enfance à jouer à Micro Machine avec pas mal de différences bien sûr.

En fait son vaisseau avance tout seul, je le contrôle en le pivotant à gauche et à droite via les gâchettes ou la croix directionnelle de ma manette, c’est très simple et on s’y fait vite. Au départ le vaisseau n’avait comme fonctions que de se déplacer, tirer des projectiles et amorcer une accélération, malheureusement ces 2 dernières actions entraînent toujours une perte d’énergie. Nous avons par la suite amélioré notre véhicule sur chaque planète, par chance elles nous ont presque toute donné accès à une nouvelle technologie et à une ressource que nous échangions contre des améliorations à notre base. Penelope et moi avons ainsi découvert de nouvelles pratiques : la téléportation, le minage, l’usage du grappin…

Malheureusement chaque nouvelle capacité puisait encore et toujours dans la réserve de vie du vaisseau. Comprenez bien que notre seule ressource énergétique est la barre de vie de notre vaisseau, chacune de nos capacités puisant dans ces réserves nous mourrions si nous en abusons. Une donnée qui apporte un aspect tactique au pilotage de l’engin.

[singlepic id=50930 w=320 h=240 float=right]

Une exploration méthodique

Sur chaque planète nous avons procédé de la même façon : la première étape consistait à assimiler nos nouveaux pouvoirs. Cela pouvait prendre différentes formes, tantôt de la chasse aux cristaux avec le grappin, tantôt une mini-course ou nous truffions le terrain de mines vampires. Des moyens assez diversifiés et ludiques de comprendre comment utiliser une nouvelle technologie et de mesurer sa consommation en énergie. La seconde étape fut toujours une course, c’est d’ailleurs très étrange, comme si les habitants de tout le cosmos avaient déclarés cela comme un sport universel. Bien souvent la technologie découverte sur la planète en question nous servait à gagner en performance. Le grappin permettait d’attraper les concurrents, nos mines aspiraient leur vie pour nous la redonner, sans parler de la téléportation qui nous aura évité un sacré virage en épingle. Et c’est uniquement après être sorti vainqueur de la course que nous étions autorisés à rencontrer le maitre de chaque planète.

Le(s) maitre(s) de chaque planète n’étaient jamais des inconnus, on y retrouvait le minotaure ou les sirènes par exemple (et je peux vous assurer qu’elles n’ont rien de sexy du tout). Des noms et des personnages que je connaissais via ce fameux livre antique “L’odyssée”. Cette dernière étape d’exploration nous révélait des informations sur Ulysse et son emplacement mais se terminait toujours par un combat. Une fois de plus, utiliser l’amélioration fraichement découverte permettait de vaincre plus facilement notre ennemi, mais certains plus coriaces nécessitaient l’usage d’autres capacités précédemment acquises. Vaincre cette araignée mécanique fut par exemple d’une difficulté redoutable sans les mines, mais j’avais accepté ce défi que m’avait lancé Penelope. En effet notre progression étant un poil facile nous nous sommes proposés des défis, histoire que ces succès relève la difficulté de notre voyage, ce fut très efficace et je pense avoir impressionné Penelope.

Une fois le boss vaincu nous quittions la planète en direction de la suivante, gardant au passage la fameuse technologie acquise. Un concept qui m’a une fois de plus remémoré mon enfance à jouer, mais à Megaman cette fois ci. Il est en effet évident que selon l’ordre des planètes visitées il fut plus ou moins facile d’accomplir nos missions sur celles-ci. Mes parents me disaient souvent que je jouais trop, ils avaient sans doute raison car j’ai croisé plusieurs technologies me rappelant des jeux, tout comme cette étrange substance verte au sol qui rechargeait notre barre de vie, à la manière de F-zéro. Mon esprit déraillait il sans doute, Penelope me troublant de plus en plus.

Je préfère ne pas vous conter la fin de notre nuit, celle-ci se révélant pleine de surprises que vous découvrirez vous-même si vous décidez de vivre vous aussi cette aventure.

[singlepic id=50931 w=320 h=240 float=left]

Ma nuit avec Pénélope fut fantastique

On dit parfois que les choses étaient courtes mais intenses, c’est le cas ici. J’ai passé une nuit fantastique avec Pénélope à explorer chaque recoin de son espace, à essayer de nouvelles choses jusqu’à avoir accompli tous les succès. Malgré cette nuit de folie il lui manque malheureusement un petit quelque chose pour y revenir car j’ai la sensation d’en avoir fait le tour. Heureusement il sera bientôt possible de partager mon aventure avec mes amis dans le canapé du salon. Penelope m’ayant promis prochainement des parties endiablées à plusieurs qu’on terminera autour d’une bonne bière.

Bonus : vous vous rappellez de notre interview d’Aurelien Regard à la GamesCom ?

1 réflexion au sujet de “The Next Penelope”

  1. Gros coup de coeur pour ma part, je l’attendais depuis un bon moment, je n’ai pas participé aux différentes sessions de tests pour me garder la surprise et je n’ai vraiment pas été déçu 🙂

    J’attends maintenant avec impatience les défis difficiles !

Laisser un commentaire