Gua-Le-Ni

Gua-Le-Ni

Un bon moyen de se faire un nom dans l’industrie du jeu vidéo est probablement, à la manière de Sid Meier, de l’ajouter à celui de sa création. Le game designer Stefano Gualeni, et le studio italien Double Jungle, a poussé cette approche jusqu’au bout en appelant sa première création: Gua-Le-Ni. Un peu étrange, mais surement pas autant que son concept, puisque le jeu nous propose de prendre part à une grande taxinomie de Chimères en parade… (pardon?!?)

La taxinomie de chimères…

Gualeni est une application assez régressive qui, à première vue, peut s’apparenter à un jeu éducatif pour les tout-petits. Le jeu propose de manipuler de petits cubes représentant des parties d’animaux: une tête de tigre, les tentacules d’une pieuvre… chacune accompagnée d’une syllabe relative au morceau de l’animal : “Ti” pour la tête de tigre, “ger” pour son arrière-train. L’objectif du mode principal étant de reconstituer, à l’aide des cubes, la créature fantastique qui défile avant que celle-ci n’atteigne l’autre bout de l’écran. Le challenge relève donc essentiellement de la mémorisation des faces des cubes afin de rapidement reconstituer les monstres qui paradent de plus en plus vite. Un concept simple, fun, innovant et accessible, qui explique comment Gualeni s’est retrouvé récompensé du Best Dice Game Award l’année dernière.

Gualeni n’a, dans les faits, pas grand-chose à voir avec un jeu pour enfant. En effet, les créatures à reconstituer sont des chimères (au sens mythologique du terme) qui feraient passer les Pokémon pour des pigeons parisiens. Cet univers fantastique vous fera découvrir des bêtes aussi étranges que le Tistertle, le Bimeldor ou encore le Cagerpus, soit un monstre à tête de chameau (ca-mel) et à corps de tigre (ti-ger) affublé de tentacules de pieuvre (octo-pus) en guise de pattes arrières. C’est là que le charme opère: Gualeni met en scène une parade de monstres fabuleux qui génèrent un imaginaire poétique et étrange, digne d’une épopée d’Homère.

Un bestiaire à la carte

Gualeni débute par un tutoriel qui n’en finit pas, commenté par un vieux sage qui, du coup, parait radoter comme un ancien combattant (no offense!). Le mode “fiction” est alors imposé au joueur, l’obligeant à pratiquer les mécaniques, pour s’achever brutalement, sans sommation. Un tuto pas très agréable, mais très largement compensé par l’intérêt du gameplay et le challenge modulable. En effet, il est possible d’ajouter ou de retirer des cubes à volonté. Concrètement, il est possible de jouer avec des créatures constituées de deux, trois ou quatre parties, et ce quand on le désire. On peut ainsi augmenter ou réduire la difficulté à volonté et à n’importe quel moment. Ceci est particulièrement appréciable lorsque l’on prend un peu de niveau et surtout totalement adapté à l’évaluation de la performance qui se fait en temps. L’intérêt d’une partie se trouve ainsi davantage en son déroulement qu’en sa finalité, ce qui est, malheureusement, suffisamment rare pour être relevé.

Gualeni propose un autre mode, bizarrement appelé “non-fiction”, qui ne met pas en scène des animaux réels, tel qu’on pourrait le croire, mais propose d’accroître encore davantage le challenge en demandant au joueur de nourrir les créatures fantastiques qui paradent selon qu’elles sont herbivores ou carnivores. Les monstres ralentissent lorsque de la nourriture leur est jetée, se plaignent lorsqu’un aliment ne correspondant pas à leur régime alimentaire leur est proposé et mutent lorsque de la gelée extraterrestre leur est offerte… ce qui rend d’autant plus difficile la tâche du joueur, surtout lorsque les cubes réagissent mal aux inputs! Enfin, Double Jungle a ajouté à son jeu un nouveau mode bien plus relax: Poetry. Ce mode propose de constituer des créatures de manière libre. A la lisière du loisir-créatif, ce mode complète la belle courbe de progression proposée par Gualeni à de multiples niveaux.

De Jules à Stefano

L’ambiance générale du jeu est particulièrement léchée. L’univers est assez impressionant de détail pour un jeu de ce type, jusqu’aux logorrhées du vieux fou qui vous encourage ou vous engueule selon votre performance. Tout est mis en scène à travers un livre ancien dans lequel les créatures fabuleuses sont représentées sous forme de croquis, au crayon de papier, ce qui justifie l’objectif de classification qu’implique la taxinomie. Les passages d’une partie à l’autre se font en tournant les pages, les modes et les notes se présentent comme des marque-pages… le caractère mythique de monstres achève cette ambiance fantastique, quasi-vernienne (toute proportion gardée).

La magie de Gualeni tient dans cette globalité cohérente et consistante qu’est son univers. L’enchantement se produit aux premières notes des versions revisitées de chefs-d’oeuvre de la musique classique introduisant l’aventure. La palette de couleurs ternies: le papier jauni du décors, les armatures de bois, les traits des esquisses au crayon de papier… tout participe d’une ambiance globale singulière et poétique comme on en voit rarement. Le lien à la taxinomie n’a rien de forcé et s’impose de lui-même par l’univers finement conçu: un tour de force peu commun et qui donc s’applaudit…

Laisser un commentaire