They Breathe

Je ne sais pas trop comment parler de They Breathe sans gâcher l’expérience, une simple description du jeu lui-même pourrait être un spoiler, ce que je vais donc essayer d’éviter car, dans le cas du jeu de The Working Parts, ça le ruinerait totalement et lui laisserait très peu d’intérêt. D’abord sorti sur Xbox Live Indie Game en 2011, le jeu a débarqué sur Steam il y a quelques mois, le rendant ainsi accessible à un plus grand public.

 Plouf plouf la grenouille

They Breathe vous met dans la peau de Glenn, une mignonne petite grenouille, tandis qu’elle s’enfonce dans les profondeurs d’une forêt inondée où elle découvrira bien des mystères. Dès le lancement du jeu, on est accueilli par le logo des développeurs avec un message vous souhaitant bonne chance avant d’être directement lancé dans le jeu. L’immersion est totale, les différents menus ayant été réduits au strict minimum : on vous indique simplement que vous pouvez pousser sur vos pattes arrières pour exécuter une sorte de dash. Le reste se résume à un écran de pause vous indiquant comment reprendre le jeu ou recommencer la vague en cours. Cela permet évidemment de renforcer l’immersion et ça fonctionne à merveille mais au moins un moyen de changer les contrôles aurait été appréciable, ceci étant faits pour du qwerty seulement (d’ailleurs, en signe de rébellion contre ce monde pro-qwerty, j’écris actuellement ce test en qwerty. Je ne peux pas vous dire à quel point je souffre sur les accents, langue française je te déteste) sauf si jouer avec les touches fléchées vous convient et il me semble qu’en 2014, aucune personne âgée de moins de 200 ans ne fait encore ça. Ce petit problème passé, vous vous retrouvez donc à vous enfoncer dans les étranges profondeurs de cette forêt immergée.

Le jeu dispose d’une courbe de progression très bien faite, les différents ennemis se rajoutant  petit à petit au fil des différentes vagues composant cette aventure. Ainsi, vous allez rencontrer trois “choses” différentes : d’autres camarades grenouilles que vous pouvez sauver ou laisser mourir selon votre bon vouloir, des sortes d’élans qui vous foncent dessus et vous blessent avec leurs bois ainsi que des méduses vous capturant jusqu’à vous étouffer. En effet, comme l’indique le titre du jeu, tout est basé sur un système d’oxygène et de respiration. Chaque être respire et doit se nourrir de bulles d’eau pour pouvoir survivre. Celles-ci vous serviront donc à regagner votre vie si vous êtes blessé ou mourant – ce qui se caractérise par des bulles de sang et/ou la perte de couleur de votre grenouille, ainsi plus celle-ci est verte, plus elle est de bonne santé  – mais aussi à soigner les autres grenouilles pour leur permettre de regagner la surface, à faire exploser les méduses ou à empêcher les élans de respirer.

30 minutes dans la peau d’une grenouille

Du fait de sa durée de vie et de son concept même, They Breathe peut être décrit comme une expérience. Le jeu se termine en effet en une trentaine de minutes – et est faisable en au moins une vingtaine, si ce n’est moins – et à part pour faire les différents succès, on n’y reviendra probablement pas. En effet, passé le twist final et le doute qui s’installe durant toute l’aventure quant à la vraie nature des choses (je n’en dévoile pas plus), refaire le jeu a peu d’intérêt. Mais, contrairement à de nombreuses autres expériences vidéololudiques, l’histoire de They Breathe est contée à travers son gameplay qui, s’il est plutôt simple, fonctionne bien et est efficace. De même, l’ambiance du jeu est tout aussi réussie, supportée tout d’abord par l’immersion dont je parlais plus haut mais aussi par des graphismes plutôt jolis et une bande-son d’ambiance remplissant parfaitement son rôle.

They Breathe est donc une aventure certes assez courte, mais cela lui donne plus d’impact dans un certain sens, la progression se faisant petit à petit dans un rythme parfait à la fois au niveau de l’histoire et du gameplay. La simplicité de celui-ci peut cependant ne pas plaire, de même pour ceux qui passeraient à coté du délire et de l’histoire du jeu mais au prix qu’il coûte vous ne risquez pas grand chose. They Breathe n’est peut-être pas un jeu révolutionnaire, mais c’est une expérience très sympathique, une petite demi-heure de votre vie très bien dépensée. 

Ripper

Grand fan de Call of Duty et Candy Crush, ce n'est malheureusement pas quelque chose dont je peux librement parler ici... Du coup, je vais me rabattre sur fan de plates-formes, de stratégie (et surtout grand strategy) et « d'ovnis vidéoludiques » avant tout, même si les meilleurs jeux sont ceux qui arrivent à transcender leur genre. Un peu comme Candy Crush, pour ne citer qu'un seul chef-d'oeuvre du style.

Ripper

Ripper

Grand fan de Call of Duty et Candy Crush, ce n'est malheureusement pas quelque chose dont je peux librement parler ici... Du coup, je vais me rabattre sur fan de plates-formes, de stratégie (et surtout grand strategy) et « d'ovnis vidéoludiques » avant tout, même si les meilleurs jeux sont ceux qui arrivent à transcender leur genre. Un peu comme Candy Crush, pour ne citer qu'un seul chef-d'oeuvre du style.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.