Tick Tock: A Tale for Two

C’est à l’occasion de l’Indiecade Europe 2017 que vous avions pu prendre contact pour la première fois avec Tick Tock: A Tale for Two, première production des deux jeunes femmes se cachant derrière le studio Other Tales Interactive. Le jeu ne nous mets pas dans la peau d’un “enquêteur” mais de deux, qui devront s’entraider afin de découvrir le mystère quand à la disparition de la fille de l’horloger d’un petit village.

Fait particulier, en plus d’être obligatoirement jouable en coopération, le jeu est purement offline. À aucun moment les interactions d’un des deux joueurs impactera directement la partie du second. Par contre, afin de résoudre les énigmes proposées par le jeu, vous devrez communiquer avec votre partenaire, qu’ils soit sur PC ou tablette. Si les énigmes en elles mêmes ne sont pas particulièrement difficiles ou innovantes, le challenge viendra évidemment de la bonne (et surtout mauvaise) communication entre les deux joueurs. Car si le village se présentera de manière identique pour chacun des participants (les mêmes maisons ou monuments aux mêmes endroits) ce qui se trouvera en chaque lieux sera différent.

On trouve ici les indices de résolution du puzzle de notre camarade de jeu au même endroit, donc dans la même maison, où il devra effectuer des actions que nous lui dicteront. Au fur et à mesure de la résolution de puzzles individuels, nécessitant toujours l’aide de l’autre joueur, arrive à la fin un puzzle global, où chacun aura une moitié de la solution. Le jeu demandera de l’observation, du calme pour décrire ce que l’on voit de la manière la plus compréhensible possible et un niveau d’anglais (ou de danois) suffisamment correct (il y a plusieurs puzzles basés sur du texte) pour espérer venir à bout de cette petite aventure coopération, avec un plot twist final très chouette, où l’on apprécia la conclusion (le cas de Vasquaal qui m’a accompagné) ou pas du tout (mon cas).

Il suffit de se munir de deux jeux, deux tablettes ou PC, un logiciel de communication (être dans la même pièce serait une manière bien trop tentante de tricher en regardant l’écran de son compagnon de jeu) et ne nous voilons pas la face, d’un peu de mauvaise foi !

Degrees of Separation

Jouable en coopération ou seul, en alternant entre les personnages ou en les faisant avancer ensemble, Degrees of Separation à au premier coup d’œil rien d’original à proposer. Si on joue à des jeux indépendants depuis quelques années, on trouve même cela assez banal au commencement. Puis vient la mise en scène visuelle des deux protagonistes, mise en avant par une réelle barre de séparation tranchant entre deux mondes visuellement très différents.

C’est cette séparation qui est au cœur du jeu : elle définit les zones dans lesquelles chacun des protagonistes peut influer, avec un personnage de glace qui gèle par exemple l’eau (pour s’en servir comme plateformes) et un autre plus ensoleillé qui peut nager dans cette eau (et profiter d’un raccourci unique). Des exemples comme celui-là, il va y en avoir beaucoup pendant les quelques heures de jeu proposées.

L’effet Ragdoll des personnages ne sera pas au gout de tout le monde : quand ils se soulèvent, se plient, se penchent, nos deux héros ont des animations bien trop simples pour être appréciables. Mais l’effet WOW des premières découvertes et les puzzles coopératifs fonctionnent très bien.

Reste à préciser que malheureusement, si le jeu parvient à proposer de nouvelles idées d’utilisation des deux héros et de la séparation des deux mondes à chaque nouveau niveau à parcourir, Degrees of Separation reste un titre assez répétitif à partager à petites doses. Chaque niveau demande de récolter un maximum d’écharpes, artefacts de fin de puzzles disséminés tout au long du trajet. La difficulté des puzzles est peu logique (on peut s’arracher les cheveux sur un et trouver la solution au suivant en quelques secondes) et peut-être qu’il aurait fallu proposer d’autres idées de progression pour mieux égayer l’aventure.

Reste un jeu plutôt joli, aux premières minutes enthousiasmantes, qui se joue parfaitement bien en coopération et reste accessible au plus grand nombre, ce qui est sa plus belle qualité.

Skywilly

This War of Mine : le jeu de plateau

Sorti en 2014, le jeu vidéo This War of Mine proposait une expérience de survie intense en plaçant le joueur du côté des civils lors d’un conflit armé. Besoins primaires et dépression, lien social et tragédie, le tout accompagné d’une narration forte et originale, ont fait du jeu de 11 bits studio une œuvre acclamé, à juste titre. Cette adaptation en jeu de plateau coopératif fait tout aussi bien.

Lire la suiteThis War of Mine : le jeu de plateau

XCOM – le jeu de plateau

XCOM est un monument du tactical dans le jeu vidéo. Réputé pour son exigence, la saga possède de nombreuses spécificités, comme des phases en temps réel,  un côté gestion poussé, de la permadeath… Justement : le tactical vidéoludique et la gestion de production, voilà deux aspects qui paraissent pouvoir bien s’accorder avec le jeu de société. Voyons donc ce que nous propose Fantasy Flight Games avec XCOM : le jeu de plateau.

Lire la suiteXCOM – le jeu de plateau

Full Metal Furies

Les Canadiens de Cellar Door Games avaient fait un carton plein en 2013 avec Rogue Legacy, un titre qui avait su donner envie au grand public de jouer à un roguelike en assouplissant pas mal les règles et en permettant au joueur de devenir de plus en plus fort au fil de ses essais. Pour ce nouveau jeu, ils ont décidé de dépoussiérer le beat’em up, voyons ce que ça donne.

Lire la suiteFull Metal Furies

Surveillez vos enfants dans Think of the Children

Imaginez Overcooked, sauf qu’au lieu de gérer des menus, vous empêchez des enfants de commettre toutes les bêtises possibles et imaginables. Vous voilà dans de beaux draps ! Think of the Children est un jeu de coopération jusqu’à 4 joueurs prévu pour 2018 par Jammed Up Studios. En voici un petit aperçu…

Lire la suiteSurveillez vos enfants dans Think of the Children

T.I.M.E Stories

Depuis quelques années, le jeu vidéo se tourne régulièrement vers la narration comme principe fondamental du jeu. Des titres comme Gone Home ou Dear Esther se sont construits entièrement autour d’elle, et l’on a vu naître un genre presque à part entière, représenté par des œuvres telles que The Walking Dead (de Telltale) ou Life is Strange (de Dontnod). Si le phénomène n’est pas si surprenant pour un média qui lorgne traditionnellement vers la littérature ou le cinéma, voilà qui est plus étonnant : la narration s’invite à présent également dans le jeu de plateau. Bienvenue dans Time Stories, édité par Space Cowboys.

Lire la suiteT.I.M.E Stories

LEGO City Undercover

En grand fan de la franchise LEGO, j’ai évidemment déjà terminé ce monde libre dans l’univers de la gamme City lors de sa sortie sur WiiU. Pourtant, on ne vous en a jamais parlé sur Game Side Story : un comble, tant cet épisode fait partie des meilleurs. Profitons de sa nouvelle sortie sur PlayStation, Xbox One et PC pour faire le point sur ce qu’il le rend si intéressant. Quant aux nouveautés, qu’elles sont-elles ?

Lire la suiteLEGO City Undercover

Sniper Elite 4

La Seconde Guerre Mondiale vue sous toutes les coutures : c’est apparemment l’ambition (qui a dit l’excuse) de Rebellion avec tous ses épisodes de Sniper Elite. Connue depuis son second épisode comme de la coopération excessivement fun et modifiable à volonté en terme de difficulté, la franchise Sniper Elite tente de nous relancer en plein conflit avec la même vigueur d’antan. A l’heure où la coopération revient au goût du jour, Sniper Elite 4 sait-il se faire intéressant ?

Lire la suiteSniper Elite 4

Sniper Elite 4 en COOP : le manoir de trucbidule

On continue avec des micros qui font de l’écho… mais vous allez voir, y’a du progrès ! La prochaine sera-t-elle la bonne ? En tous les cas, c’est notre seconde et dernière vidéo sur Sniper Elite 4 pour l’instant. La prochaine fois, ce sera du Conan : Exiles !

Lire la suiteSniper Elite 4 en COOP : le manoir de trucbidule