The Witness : un témoin parmi les arbres

Attention, je tiens à préciser à tous les amateurs de jeux poétiques, de David Cage et de jeux au gameplay inexistant (moi, me répéter ?) que la news qui va suivre pourrait être choquante et n’est pas à mettre devant tous les yeux. En effet, je vais accomplir la dure tâche de newser un jeu qui appartient à l’une des catégories précédemment citée (et donc, par définition, à la troisième) : les jeux poétiques ou poético-branlette comme je préfère les appeler. Vous l’aurez compris, l’entièreté de cet news ne reflète que mon avis.

Lors de la conférence à propos de la PlayStation 4 qui s’est déroulée il y a deux jours déjà (pour moi c’était la nuit précédente, bonjour je suis dans le futur), quelques têtes connues sont venus présenter leurs jeux. Parmi ces têtes connues, il y avait des personnes dont la venue était bien sûr évidente comme David Cage, mais aussi quelques surprises comme Jonathan Blow. Ce dernier est en effet venu parler un peu de la version pour PlayStation 4 de son prochain jeu, The Witness. Et ce fut pour moi l’occasion de cracher ma haine, évidemment, ayant tout simplement détesté Braid et le bonhomme m’insupportant au possible depuis Indie Game : The Movie. Je le comparerais bien à ce cher Cage tiens, mais je n’ai pas envie que des terroristes fanboys militants viennent m’assassiner pendant mon sommeil. Je vais donc me contenter de parler des faits : le prochain jeu du créateur du poétique, beau et chiant Braid (oups, désolé, j’avais dit que j’arrêtais) sera une exclusivité PlayStation 4… du moins temporairement jusqu’à la sortie du jeu sur la prochaine console de Sony, après quoi il pourra arriver sur d’autres supports précédemment annoncés, Windows et iOS notamment. A l’occasion, le tout premier trailer du jeu a été dévoilé, n’apprenant à peu près rien sur le gameplay de celui-ci (vous avez de la chance que j’essaie de me retenir, vu comment on me tend des perches), n’aidant pas du tout à comprendre le jeu si ce n’est qu’il y a des arbres et plein de couleurs, que c’est hipster et que la musique est vachement cool. The Witness est en réalité un puzzle-game à la première personne qui fera la part belle à l’exploration. Je vous laisse en compagnie du joli trailer, en espérant que sa magie agira plus sur vous que sur moi (histoire d’être le blasé du coin, vous voyez le genre).

[youtube i7h7AleSCF4 640 390]

3 réflexions au sujet de “The Witness : un témoin parmi les arbres”

  1. J’avoue n’avoir un peu rien à faire des graphismes.
    Je les trouve plaisant sans m’émerveiller.

    Tout ce qui compte pour moi, ce sont les puzzles. J’aime ça.

  2. Très honnêtement, je ne vois pas ce que tu reproches aux jeux “poétiques, de David Cage et aux gameplay inexistant”.
    Par ailleurs, j’ai joué à Braid (j’ai même une version boîte), et j’ai trouvé que c’est un bon jeu : graphisme superbe, énigmes intelligentes … Et son apparition dans Indie Game the movie, bah je ne vois pas ce que tu lui reproches.
    Pareil David Cage, c’est quelqu’un d’intéressant je trouve … Regarde cette vidéo, ce qu’il est (pour moi) intéressant. http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=Co8e37Pc-lw

    Bref, j’avoue ne pas comprendre ton point de vue, pour honnête j’attends The Witness et j’y jouerais dès qu’une version PC sortira.

    • C’est juste mes goûts, il n’y a rien de plus à comprendre. Mais bon, je vais tenter de m’expliquer un minimum.

      Pour Braid, je n’ai pas du tout aimé en ce qui me concerne, c’est tout, que ce soit au niveau du gameplay, des énigmes ou de la direction artistique (mais j’aime bien la musique). Pour Jonathan Blow je parle de toute la partie où il parle de la sortie de son jeu et des réactions des fans, je suis plus sûr exactement vu que ça fait un moment que le film est sorti et que je l’ai vu mais il me semble qu’il réagissait en mode “olalalala ils ont pas compris mon jeu pourquoi ouin ouin pourquoi ils sont nuls ouin” et je l’ai trouvé assez hautain aussi, avis personnel encore une fois.

      Je n’ai pas regardé ta vidéo sur David Cage, je ne pense pas le faire parce que déjà qu’il m’endort en cinq minutes dans une conférence alors en trente minutes de lui seul je n’ose pas imaginer. Mais je pense savoir à peu près ce qu’il raconte, quelque chose comme : oh mon dieu le jeu vidéo n’est pas mature oh mon dieu les jeux sont tous pareil oh mon dieu les autres ne font que de la merde copiés oh mon dieu regardez-moi regardez-moi je fais des jeux uniques je fais pas pareil que tous les autres regardez-moi mes jeux sont géniaux je fais les seuls jeux avec plein d’émotion oh mon dieu regardez le nombre de polygones vous pouvez voir les émotions du personnage dans ses yeux oh mon dieu tout le monde devrait s’inspirer du cinéma comme moi pour faire des jeux trop bien qui sont plein d’émotions. Voilà, pour moi c’est ça David Cage dans à peu près toutes les interviews ou conférences ou autres choses où on peut l’entendre parler : il pense que ses jeux sont meilleurs que les autres (alors que bon, Heavy Rain…….), il parle d’émotion toutes les deux secondes et pense être un précurseur tout ça.

      Enfin voilà, je ne m’attends pas à ce que tu sois d’accord avec moi mais c’est seulement mes goûts donc voilà.

Laisser un commentaire